share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Trente Batailles du Sergent Denis Moreau

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Trente Batailles du Sergent Denis Moreau

Les Trente Batailles du Sergent Denis Moreau

Collectif


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Trente Batailles du Sergent Denis Moreau"

Né en 1775 à Bonpuits, sur le territoire de Mulsans, petit village à quelques lieues de Blois, le sergent Denis Moreau a servi la République puis l'Empire, de 1794 à 1809, et a reçu la Légion d'honneur le 14 mars 1806. Démobilisé, il s'est établi à Blois, s'y est marié et y est vraisemblablement mort en 1819. Sur les pages d'un cahier de compte d'un négociant en vin détourné de sa fonction initiale, il a tenu un journal de campagne dans lequel il relate les trente batailles auxquelles il a participé, mais également les incessantes marches à travers l'Europe, auxquelles sont soumises les troupes. Il n'y décrit pas seulement les aléas de la vie quotidienne de la troupe, les assauts livrés, ses blessures et celles de ses compagnons, la mort qui rôde dans le bivouac, mais s'intéresse aussi aux pays traversés, à leurs paysages, aux moeurs et coutumes des habitants, à l'agriculture, l'architecture ou l'urbanisme. Ce document exceptionnel, totalement inédit, a été redécouvert dans les archives de la bibliothèque de l'abbaye de Maredsous en l'an 2000, par Etienne Guillaume, historien de l'art spécialiste du patrimoine architectural en Wallonie, qui préparait à l'époque un ouvrage sur l'abbaye. En partenariat avec Gustave Maison t, ancien journaliste et publicitaire féru d'histoire napoléonienne, notamment coauteur de Napoléon en Belgique (éd. Racine 2002), il décrypte le document et le retranscrit. Ensemble, les deux historiens mènent alors de multiples investigations autour des événements et des lieux mentionnés par Denis Moreau et rédigent des commentaires susceptibles de permettre une totale compréhension des faits consignés voici plus de deux siècles. Yves Moerman, auteur de plusieurs livres sur l'épopée napoléonienne, dont Les Grognards centenaires de Napoléon et De Bonaparte à Napoléon - 24 aquarelles de JOB, chez Memogrames en 2010, a parachevé leur travail par une recherche fouillée de documents iconographiques d'époque, souvent méconnus. Le journal de campagne du sergent Denis Moreau, émouvant " reportage " au coeur des armées de la République et de la Grande Armée, fournit assurément de nouveaux éclairages sur le quotidien des compagnons d'armes de Napoléon Ier et devrait séduire tant les passionnés de la Révolution et du Premier Empire que le grand public.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 208  pages
  • Dimensions :  2.0cmx21.4cmx21.8cm
  • Poids : 997.9g
  • Editeur :   Memogrames Paru le
  • ISBN :  2930418702
  • EAN13 :  9782930418704
  • Classe Dewey :  920
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Né en 1775 à Bonpuits, sur le territoire de Mulsans, petit village à quelques lieues de Blois, le sergent Denis Moreau a servi la République puis l'Empire, de 1794 à 1809, et a reçu la Légion d'honneur le 14 mars 1806. Démobilisé, il s'est établi à Blois, s'y est marié et y est vraisemblablement mort en 1819. Sur les pages d'un cahier de compte d'un négociant en vin détourné de sa fonction initiale, il a tenu un journal de campagne dans lequel il relate les trente batailles auxquelles il a participé, mais également les incessantes marches à travers l'Europe, auxquelles sont soumises les troupes. Il n'y décrit pas seulement les aléas de la vie quotidienne de la troupe, les assauts livrés, ses blessures et celles de ses compagnons, la mort qui rôde dans le bivouac, mais s'intéresse aussi aux pays traversés, à leurs paysages, aux moeurs et coutumes des habitants, à l'agriculture, l'architecture ou l'urbanisme. Ce document exceptionnel, totalement inédit, a été redécouvert dans les archives de la bibliothèque de l'abbaye de Maredsous en l'an 2000, par Etienne Guillaume, historien de l'art spécialiste du patrimoine architectural en Wallonie, qui préparait à l'époque un ouvrage sur l'abbaye. En partenariat avec Gustave Maison t, ancien journaliste et publicitaire féru d'histoire napoléonienne, notamment coauteur de Napoléon en Belgique (éd. Racine 2002), il décrypte le document et le retranscrit. Ensemble, les deux historiens mènent alors de multiples investigations autour des événements et des lieux mentionnés par Denis Moreau et rédigent des commentaires susceptibles de permettre une totale compréhension des faits consignés voici plus de deux siècles. Yves Moerman, auteur de plusieurs livres sur l'épopée napoléonienne, dont Les Grognards centenaires de Napoléon et De Bonaparte à Napoléon - 24 aquarelles de JOB, chez Memogrames en 2010, a parachevé leur travail par une recherche fouillée de documents iconographiques d'époque, souvent méconnus. Le journal de campagne du sergent Denis Moreau, émouvant " reportage " au coeur des armées de la République et de la Grande Armée, fournit assurément de nouveaux éclairages sur le quotidien des compagnons d'armes de Napoléon Ier et devrait séduire tant les passionnés de la Révolution et du Premier Empire que le grand public.