share_book
Envoyer cet article par e-mail

De Tintin au Congo à Odilon Verjus. Le missionnaire, héros de la BD belge

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
De Tintin au Congo à Odilon Verjus. Le missionnaire, héros de la BD belge

De Tintin au Congo à Odilon Verjus. Le missionnaire, héros de la BD belge

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "De Tintin au Congo à Odilon Verjus. Le missionnaire, héros de la BD belge"

La figure du missionnaire catholique aventureux et « civilisateur » est beaucoup plus répandue qu on ne pourrait le croire au sein de la bande dessinée belge d expression française. Elle tient une place éminente dans Tintin au Congo, qui se présente tout autant comme un éloge de l évangélisation que comme une apologie de la colonisation. Mais beaucoup d autres héros de papier croisent au cours de leurs exploits un sympathique prêtre barbu en soutane blanche : Tif et Tondu, Blondin et Cirage, Tiger Joe, Marc Dacier, Stany Derval, ou encore M. Tric. En outre, un nombre non négligeable de bandes dessinées « historiques » mettent au premier plan des missionnaires : grandes biographies en images comme le Charles de Foucauld de Jijé, ou brefs récits complets, comme ces deux « Histoires de l Oncle Paul » consacrées au jésuite De Smet, « apôtre des Peaux-Rouges ». Loin de se réduire à un élément du décor dans des aventures lointaines, le missionnaire apparaît comme un formidable révélateur des racines de la bande dessinée belge francophone. Cette dernière est née dans un environnement catholique, et elle entend privilégier les grandes aventures « exotiques », tout en cultivant une dimension didactique. Elle ne pouvait donc faire l impasse sur le missionnaire, personnage mis en avant par tout un discours et une imagerie de « propagande », et présenté comme un explorateur intrépide, mais aussi comme un héros « utile », puisqu il voue son existence au Salut des autres... Le vent de liberté et de « laïcité » qui souffle, à partir de la fin des années 1960, sur la bande dessinée belge aboutit à un certain effacement du missionnaire. Mais cette figure était trop ancrée dans l histoire du genre pour s évanouir complètement. Au cours des années 1980, des « maîtres » comme Jijé et Hausman apparaîtront dans certaines bandes dessinées sous les traits d un « ouvrier apostolique ». Mieux, une série humoristique centrée sur un bouillant missionnaire sera lancée au milieu des années 1990 : « Odilon Verjus »...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 216  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.4cmx21.4cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Karthala Paru le
  • Collection : TROPIQUES
  • ISBN :  281110495X
  • EAN13 :  9782811104955
  • Classe Dewey :  809
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe DELISLE

Spirou, Tintin et Cie, une littérature catholique ? Années 1930 / Années 1980

On oublie fréquemment que la bande dessinée belge d'expression française, terreau de l'école dite " franco-belge ", s'est épanouie dans un environnement chrétien. Les deux " pères fondateurs ", Hergé et Jijé, ont publié leurs premières séries avec des bulles dans des journaux catholiques...

L'anticléricalisme dans la Caraïbe francophone : Un

On connaît la célèbre formule prononcée par Gambetta " l'anticléricalisme n'est pas un article d'exportation ". En effet, pendant la Troisième République, dans plusieurs colonies, l'administration collabore avec les missions catholiques, tandis que les populations locales se tiennent à l'ég...

Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial : Des années 1930 aux années 1980

Née outre-Quiévrain dans le sillage d'Hergé, la bande dessinée dite " franco-belge ", qui s'est imposée par le biais des hebdomadaires Spirou et tintin, a largement fait écho aux préjugés coloniaux. Le cas de Tintin au Congo, publié en 1930, est assez bien connu. Cet ouvrage analysera la pr...

Voir tous les livres de Philippe DELISLE

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La figure du missionnaire catholique aventureux et « civilisateur » est beaucoup plus répandue qu on ne pourrait le croire au sein de la bande dessinée belge d expression française. Elle tient une place éminente dans Tintin au Congo, qui se présente tout autant comme un éloge de l évangélisation que comme une apologie de la colonisation. Mais beaucoup d autres héros de papier croisent au cours de leurs exploits un sympathique prêtre barbu en soutane blanche : Tif et Tondu, Blondin et Cirage, Tiger Joe, Marc Dacier, Stany Derval, ou encore M. Tric. En outre, un nombre non négligeable de bandes dessinées « historiques » mettent au premier plan des missionnaires : grandes biographies en images comme le Charles de Foucauld de Jijé, ou brefs récits complets, comme ces deux « Histoires de l Oncle Paul » consacrées au jésuite De Smet, « apôtre des Peaux-Rouges ». Loin de se réduire à un élément du décor dans des aventures lointaines, le missionnaire apparaît comme un formidable révélateur des racines de la bande dessinée belge francophone. Cette dernière est née dans un environnement catholique, et elle entend privilégier les grandes aventures « exotiques », tout en cultivant une dimension didactique. Elle ne pouvait donc faire l impasse sur le missionnaire, personnage mis en avant par tout un discours et une imagerie de « propagande », et présenté comme un explorateur intrépide, mais aussi comme un héros « utile », puisqu il voue son existence au Salut des autres... Le vent de liberté et de « laïcité » qui souffle, à partir de la fin des années 1960, sur la bande dessinée belge aboutit à un certain effacement du missionnaire. Mais cette figure était trop ancrée dans l histoire du genre pour s évanouir complètement. Au cours des années 1980, des « maîtres » comme Jijé et Hausman apparaîtront dans certaines bandes dessinées sous les traits d un « ouvrier apostolique ». Mieux, une série humoristique centrée sur un bouillant missionnaire sera lancée au milieu des années 1990 : « Odilon Verjus »...