share_book
Envoyer cet article par e-mail

Hergé archéologue

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Hergé archéologue

Hergé archéologue

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Hergé archéologue"

Alors qu'il réinhume la momie d'une jeune chamane, Kyys, quelque part en Iakoutie, Eric Crubézy est frappé de la similitude de sa situation avec celle des savants de l'expédition Sanders-Hardmuth, qui eux, osèrent rapporter en Occident la momie de Rascar Capac. Ce thème bien connu, celui des Sept boules de cristal, sert de base à la réflexion de l'auteur. Dans un cas, celui imaginé par Hergé, les savants « volent » les restes (et le payent très cher). C'est ainsi que les archéologue opéraient autrefois. Dans l'autre cas, aujourd'hui, les chercheurs réinhument la momie une fois celle-ci étudiée. Différence de traitement. Respect et sauvegarde de l'objet dans l'un, respect de la culture et des rites dans l'autre. A partir de ce thème, Eric Crubézy, en tintinophile averti qu'il est, réinvestit l'oeuvre d'Hergé et tente de cerner sa vision de l'archéologie. Les cigares du Pharaon, Les sept boules de cristal, Le Temple du Soleil, mais aussi Le secret de la Licorne, Le Trésor de Rackham le Rouge sont bien sûrs analysés. Si l'archéologie évoque l'exotisme et l'aventure, les archéologues ne se sont guère souciés de Tintin jusqu'à présent. Poursuivis par des clichés de rêveurs reconstituant un passé à partir de bribes, d'aventuriers pilleurs d'épaves ou de tombeaux, de découvreurs de pyramides ou de cités perdues, ils ont regardé de loin, de très loin l'oeuvre, n'y voyant qu'une reprise de clichés ou mieux l'occasion de s'ouvrir aux cultures. Et pourtant, si l'oeuvre reflète l'évolution du monde ne révélerait-elle pas celle de l'archéologie ? Mieux, si elle introduit du sacré dans le profane, de l'humain dans la science et si Tintin a su accepter d'écouter Tchang, alors ne pourrait-elle pas être sujet de réflexion pour ces archéologues qui attribuent tout geste intelligible au cultuel ou au sacré ou pour les autres dont les explications matérialistes éliminent tout fait étrange, tout détail qui échappe à une logique concrète ? En retour, la vision qu'ont nos contemporains de l'archéologie n'est-elle pas inspirée en partie de Tintin ? Mais Tintin, en nous montrant que le contemporain c'est l'occidental mais c'est aussi l'autre, l'autochtone, celui de là-bas mais aussi celui d'ici, ne pourrait-il pas nous offrir une réflexion sur l'archéologie vue par les autres, les Chiquito d'Amérique, les faucheurs de Sibérie, les religieux de chez nous ? L'archéologue de demain à la charnière d'univers différents pourrait alors lire le passé comme un objet de science mais lui donner un avenir, le gérer dans un univers de valeur différent.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 217  pages
  • Dimensions :  2.2cmx16.6cmx21.8cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Editions Errance Paru le
  • Collection : Le cabinet du naturaliste
  • ISBN :  2877724476
  • EAN13 :  9782877724470
  • Classe Dewey :  809
  • Langue : Français

D'autres livres de Eric Crubézy

L'archéologie funéraire

Les morts nous renseignent sur les vivants. Très souvent, la tombe apparaît comme un microcosme représentatif du monde. Les tombes reflètent les croyances spirituelles, mais elles rendent aussi compte de l'organisation sociale et de la hiérarchie qui existait dans les groupes humains. On y déc...

Anthropobiologie : Evolution humaine

Cet ouvrage présente l'histoire naturelle de l'homme en insistant sur la spécificité et la diversité humaines des origines de la lignée à nos jours. Après une introduction situant la place de l'anthropobiologie dans les sciences actuelles, l'ouvrage présente les différentes théories et mod...

Voir tous les livres de Eric Crubézy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Alors qu’il réinhume la momie d’une jeune chamane, Kyys, quelque part en Iakoutie, Eric Crubézy est frappé de la similitude de sa situation avec celle des savants de l’expédition Sanders-Hardmuth, qui eux, osèrent rapporter en Occident la momie de Rascar Capac. Ce thème bien connu, celui des Sept boules de cristal, sert de base à la réflexion de l’auteur. Dans un cas, celui imaginé par Hergé, les savants « volent » les restes (et le payent très cher). C’est ainsi que les archéologue opéraient autrefois. Dans l’autre cas, aujourd’hui, les chercheurs réinhument la momie une fois celle-ci étudiée. Différence de traitement. Respect et sauvegarde de l’objet dans l’un, respect de la culture et des rites dans l’autre. A partir de ce thème, Eric Crubézy, en tintinophile averti qu’il est, réinvestit l’oeuvre d’Hergé et tente de cerner sa vision de l’archéologie. Les cigares du Pharaon, Les sept boules de cristal, Le Temple du Soleil, mais aussi Le secret de la Licorne, Le Trésor de Rackham le Rouge sont bien sûrs analysés. Si l’archéologie évoque l’exotisme et l’aventure, les archéologues ne se sont guère souciés de Tintin jusqu’à présent. Poursuivis par des clichés de rêveurs reconstituant un passé à partir de bribes, d’aventuriers pilleurs d’épaves ou de tombeaux, de découvreurs de pyramides ou de cités perdues, ils ont regardé de loin, de très loin l’oeuvre, n’y voyant qu’une reprise de clichés ou mieux l’occasion de s’ouvrir aux cultures. Et pourtant, si l’oeuvre reflète l’évolution du monde ne révélerait-elle pas celle de l’archéologie ? Mieux, si elle introduit du sacré dans le profane, de l’humain dans la science et si Tintin a su accepter d’écouter Tchang, alors ne pourrait-elle pas être sujet de réflexion pour ces archéologues qui attribuent tout geste intelligible au cultuel ou au sacré ou pour les autres dont les explications matérialistes éliminent tout fait étrange, tout détail qui échappe à une logique concrète ? En retour, la vision qu’ont nos contemporains de l’archéologie n’est-elle pas inspirée en partie de Tintin ? Mais Tintin, en nous montrant que le contemporain c’est l’occidental mais c’est aussi l’autre, l’autochtone, celui de là-bas mais aussi celui d’ici, ne pourrait-il pas nous offrir une réflexion sur l’archéologie vue par les autres, les Chiquito d’Amérique, les faucheurs de Sibérie, les religieux de chez nous ? L’archéologue de demain à la charnière d’univers différents pourrait alors lire le passé comme un objet de science mais lui donner un avenir, le gérer dans un univers de valeur différent.