share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'arme secrète du FLN. Comment De Gaulle a perdu la guerre d'Algérie.

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'arme secrète du FLN. Comment De Gaulle a perdu la guerre d'Algérie.

L'arme secrète du FLN. Comment De Gaulle a perdu la guerre d'Algérie.

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'arme secrète du FLN. Comment De Gaulle a perdu la guerre d'Algérie."

Comment les nationalistes algériens s’y sont-ils pris, alors qu’ils étaient militairement écrasés par l’armée française, pour amener de Gaulle et le gouvernement de la France à accepter l’indépendance ? La réponse se trouve bien au-delà des frontières de l’Algérie. Fondé sur une recherche dans les archives et sur des entretiens menés en Europe, en Afrique du Nord et aux États-Unis, ce livre montre que la « révolution » algérienne était de nature résolument diplomatique et que ses luttes les plus décisives se sont déroulées sur la scène internationale. Les meilleures armes des Algériens furent des rapports sur les droits de l’homme, des conférences de presse et des congrès de la jeunesse, qui livrèrent bataille sur le front de l’opinion mondiale et des lois internationales, bien plus que sur celui des objectifs militaires conventionnels. Vers la fin du conflit, le GPRA avait rallié une majorité contre la France aux Nations unies, gagné la reconnaissance des conférences internationales, et même été accueilli par 21 coups de canon dans certains capitales du monde. Appuyés par les armées rebelles et les responsables réfugiés au Maroc ou en Tunisie, soutenus par des pays aussi divers que l’Arabie saoudite et la Chine communiste, ils vinrent à bout d’un gouvernement désormais obsédé par l’impact de la guerre sur sa réputation à l’étranger. Un exemple qui allait inspirer Mandela et l’ANC, ou encore Arafat et l’OLP…

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 507  pages
  • Dimensions :  3.4cmx14.0cmx22.4cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : PAYOT GD FORMAT
  • ISBN :  2228906247
  • EAN13 :  9782228906241
  • Classe Dewey :  645
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Comment les nationalistes algériens s’y sont-ils pris, alors qu’ils étaient militairement écrasés par l’armée française, pour amener de Gaulle et le gouvernement de la France à accepter l’indépendance ? La réponse se trouve bien au-delà des frontières de l’Algérie. Fondé sur une recherche dans les archives et sur des entretiens menés en Europe, en Afrique du Nord et aux États-Unis, ce livre montre que la « révolution » algérienne était de nature résolument diplomatique et que ses luttes les plus décisives se sont déroulées sur la scène internationale. Les meilleures armes des Algériens furent des rapports sur les droits de l’homme, des conférences de presse et des congrès de la jeunesse, qui livrèrent bataille sur le front de l’opinion mondiale et des lois internationales, bien plus que sur celui des objectifs militaires conventionnels. Vers la fin du conflit, le GPRA avait rallié une majorité contre la France aux Nations unies, gagné la reconnaissance des conférences internationales, et même été accueilli par 21 coups de canon dans certains capitales du monde. Appuyés par les armées rebelles et les responsables réfugiés au Maroc ou en Tunisie, soutenus par des pays aussi divers que l’Arabie saoudite et la Chine communiste, ils vinrent à bout d’un gouvernement désormais obsédé par l’impact de la guerre sur sa réputation à l’étranger. Un exemple qui allait inspirer Mandela et l’ANC, ou encore Arafat et l’OLP…