share_book
Envoyer cet article par e-mail

Visages de feu Parasites

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Visages de feu Parasites

Visages de feu Parasites

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Visages de feu Parasites"

Je sors de l'ascenseur, portes lourdes, et dehors le soleil me prend dans ses mains brûlantes et l'air danse, il ne veut plus entrer dans nos poumons étroits et nous frappe au visage et rit, et je regarde en l'air, et voici le ciel comme une lame de rasoir, et j'avance en regardant toujours en l'air, et alors les voix sont là, un bruissement, elles murmurent toutes dans une même direction, et ça ne s'arrête plus, et alors je reste où je suis et ne remarque pas que les chiens pissent contre mes roues, parce que le ciel s'est largement déployé et qu'il m'aspire, et il est absolument immaculé, on ne peut même pas le toucher. Parfois il s'élève, comme s'il inspirait profondément, et l'immense couverture céleste recule de quelques mètres, regarde, il faut y plonger la main et voir s'il y a quelque chose, derrière tout ce bleu, quelque chose a changé ces derniers jours, quelque chose ne va pas, cela pétille, quel ne chose est en train de se brasser là-haut, le ciel ne pétille pas comme ça d'habitude.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 121  pages
  • Dimensions :  1.0cmx10.8cmx17.4cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   L' Arche (Theatre) Paru le
  • Collection : Scène ouverte
  • ISBN :  2851814869
  • EAN13 :  9782851814869
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Marius von Mayenburg

La Pierre

1935 : une famille juive doit vendre sa maison de Dresde. La vente ne portera bonheur à personne. Les systèmes politiques changent au cours des années, les habitants aussi. Les nouveaux propriétaires fuient le régime communiste de la RDA pour se refugier à l Ouest. La pièce retrace les lignes...

Le moche / Le chien, la nuit et le couteau

Monsieur Lette, ingénieur doué, fait une découverte fatale, sa laideur. Pourquoi personne ne lui en a-t-il jamais parlé ? Et pourquoi son chef lui jette-t-il la pierre juste avant le voyage au congrès où il doit présenter sa dernière invention ? Le Moche est un personnage typique de Mayenbur...

Eldorado ; L'Enfant froid

" Le Pacifique sud, ça vous dit quelque chose ? Là-bas, devant mon masque de plongée, nageait le poisson-lanterne. Il éclaire avec les yeux, quand il fait sombre dans la mer, si bien que les petits poissons, attirés par cette lumière dans les profondeurs, se retrouvent devant sa gueule ornée ...

Voir tous les livres de Marius von Mayenburg

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Je sors de l'ascenseur, portes lourdes, et dehors le soleil me prend dans ses mains brûlantes et l'air danse, il ne veut plus entrer dans nos poumons étroits et nous frappe au visage et rit, et je regarde en l'air, et voici le ciel comme une lame de rasoir, et j'avance en regardant toujours en l'air, et alors les voix sont là, un bruissement, elles murmurent toutes dans une même direction, et ça ne s'arrête plus, et alors je reste où je suis et ne remarque pas que les chiens pissent contre mes roues, parce que le ciel s'est largement déployé et qu'il m'aspire, et il est absolument immaculé, on ne peut même pas le toucher. Parfois il s'élève, comme s'il inspirait profondément, et l'immense couverture céleste recule de quelques mètres, regarde, il faut y plonger la main et voir s'il y a quelque chose, derrière tout ce bleu, quelque chose a changé ces derniers jours, quelque chose ne va pas, cela pétille, quel ne chose est en train de se brasser là-haut, le ciel ne pétille pas comme ça d'habitude.