share_book
Envoyer cet article par e-mail

Faut-il s'accommoder de la violence ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Faut-il s'accommoder de la violence ?

Faut-il s'accommoder de la violence ?

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Faut-il s'accommoder de la violence ?"

Notre siècle, on le sait, s'est singularisé par ses cruautés et ses barbaries collectives. Triste constat mais aussi belle occasion d'approfondir notre réflexion sur l'inhumanité qui loge en l'homme : l'irréductible désir de nier l'autre. Mais aux discours généraux sur la nature agressive de l'espèce humaine il est temps d'opposer des analyses plus fines qui envisagent la violence dans la pluralité de ses lieux (types de société, familles, États, entreprises, écoles, télévision, quartiers défavorisés...), de ses temps (société moderne, d'ancien régime...) et de ses formes. Ainsi l'imprévisible flambée de fureur de tel groupe social dominé est à distinguer de la violence instrumentalisée, celle d'un État par exemple qui planifie, prépare et calcule sa politique. Il est également impérieux de dépasser l'opposition naïve entre l'usage légitime de la force publique au service de la paix civile et tout ce qui vient troubler l'ordre social qui relèverait de frustrations confuses ou de pulsions irrationnelles. Où qu'elle s'exprime, la violence est un fait social à entendre, à déchiffrer. On ne saurait la combattre efficacement en refusant d'en comprendre les enjeux. C'est là un des principaux enseignements qu'on tirera de la lecture de cette somme de contributions issues d'un colloque organisé par le journal Le Monde en octobre 1999. Une éclairante confrontation d'analyses au carrefour entre la sociologie, l'histoire, la psychologie et la philosophie. --Emilio Balturi

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 390  pages
  • Dimensions :  3.0cmx11.6cmx21.4cm
  • Poids : 430.9g
  • Editeur :   Editions Complexe Paru le
  • Collection : Interventions
  • ISBN :  2870278543
  • EAN13 :  9782870278543
  • Classe Dewey :  301
  • Langue : Français

D'autres livres de  PIERRE HASSNER

La violence et la paix

Ce livre est un effort pour penser, à l'aube du XXIe siècle, ce qui a fait souvent, hélas, l'actualité historique du XXe siècle : les guerres, le totalitarisme, les nationalismes, l'expérience de la paix vouée à l'échec, la violence persistante après la chute du nazisme et du communisme...

La violence et la paix

La terreur et l'empire. L'époque qui s'est ouverte avec le 11 septembre pourrait combiner la brutalité et le primat de la puissance, qui caractérisaient la guerre froide, avec la fluidité, les incertitudes et les ambiguïtés de l'après-guerre froide. Des trois combinaisons historiques, [......

Washington et le monde. Dilemmes d'une superpuissance

Pierre Hassner et Justin Vaïsse nous livre ici un superbe bréviaire de ces débats sur la politique étrangère des Etats-Unis en présentant de nombreux extraits des textes américains les plus influents. Ils replacent ceux-ci dans leur contexte et les commentent. Ainsi, les auteurs nous donnent ...

Voir tous les livres de  PIERRE HASSNER

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Notre siècle, on le sait, s'est singularisé par ses cruautés et ses barbaries collectives. Triste constat mais aussi belle occasion d'approfondir notre réflexion sur l'inhumanité qui loge en l'homme : l'irréductible désir de nier l'autre. Mais aux discours généraux sur la nature agressive de l'espèce humaine il est temps d'opposer des analyses plus fines qui envisagent la violence dans la pluralité de ses lieux (types de société, familles, États, entreprises, écoles, télévision, quartiers défavorisés...), de ses temps (société moderne, d'ancien régime...) et de ses formes. Ainsi l'imprévisible flambée de fureur de tel groupe social dominé est à distinguer de la violence instrumentalisée, celle d'un État par exemple qui planifie, prépare et calcule sa politique. Il est également impérieux de dépasser l'opposition naïve entre l'usage légitime de la force publique au service de la paix civile et tout ce qui vient troubler l'ordre social qui relèverait de frustrations confuses ou de pulsions irrationnelles. Où qu'elle s'exprime, la violence est un fait social à entendre, à déchiffrer. On ne saurait la combattre efficacement en refusant d'en comprendre les enjeux. C'est là un des principaux enseignements qu'on tirera de la lecture de cette somme de contributions issues d'un colloque organisé par le journal Le Monde en octobre 1999. Une éclairante confrontation d'analyses au carrefour entre la sociologie, l'histoire, la psychologie et la philosophie. --Emilio Balturi