share_book
Envoyer cet article par e-mail

La règle du Je

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La règle du Je

La règle du Je

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La règle du Je"

Chloé Delaume, l'une des plus importantes romancières de la jeune génération, décide de prendre le taureau par les cornes. Les débats sur l'autofiction n'ont cessé de réduire cette pratique à celle d'une forme littéraire de narcissisme. Il est vrai que nombreux sont les praticiens avérés de l'autofiction à s'y complaire. Pourtant, il suffit de considérer à nouveau l'histoire de la littérature pour constater que celle-ci se confond avec l'autofiction : de Madeleine de Scudéry à Boris Vian, de Jean-Jacques Rousseau à Jean-Jacques Schuhl, d'Arthur Rimbaud à Pierre Guyotat, la littérature a toujours été invention de soi. Que ce Soi n'ait rien à voir avec la personne même de l'auteur est ce qui rend l'autofiction si paradoxale, et si ironique. Loin de n'être que le miroir d'egos minuscules, l'autofiction  ou plutôt, comme préfère le dire Chloé Delaume, l'« autoréalisme », ou encore la 'psychofiction'  est une manière de refuser les cloisonnements que la critique, l'Université ou un certain bon goût aiment à introduire entre auteur, narrateur, personnage et lecteur. En ce sens, l'autofiction représente d'abord la dimension politique de toute littérature : en elle se joue une nouvelle manière dorganiser ces cloisonnements  manière subversive, dont aucun 'Moi' ne sort indemne. Au cours de son enquête en direction des nouveaux « Moi » qui nvente l'autofiction, Chloé Delaume dialogue avec les plus grands auteurs, les plus grands critiques et les plus grands philosophes du moment : où l'on découvrira que nul ne peut se dire absout du péché autoréaliste.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 92  pages
  • Dimensions :  1.0cmx12.4cmx18.6cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Travaux pratiques
  • ISBN :  2130574254
  • EAN13 :  9782130574255
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Chloé Delaume

La dernière fille avant la guerre

Chloé Delaume redonne vie à Anne, l'ancien moi du dedans, celui d'avant la destruction du dossier Indochine (1995), celui qui fut fan du groupe dans les années 80 et même après, quand il passa au purgatoire. Oscillant entre je et elle, barbotant dans le jus de mémoire, Chloé Delaume restitue ...

J'habite dans la télévision

Rebondissant sur le fameux propos de Patrick Le Lay, président de TF1 : « Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible […]. Ce que nous vendons à Coca-Cola ...

Le Cri du sablier

"Vous étiez petite fille même rongée de tristesse, les nattes doivent virevolter c'est dans l'ordre des choses". Chloé "la fille de l'aume", narratrice de ce deuxième roman de Chloé Delaume, fait le portrait de son enfance tabassée. Entre le père fouettard et la mère non moins violente dans...

Voir tous les livres de Chloé Delaume

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Chloé Delaume, l'une des plus importantes romancières de la jeune génération, décide de prendre le taureau par les cornes. Les débats sur l'autofiction n'ont cessé de réduire cette pratique à celle d'une forme littéraire de narcissisme. Il est vrai que nombreux sont les praticiens avérés de l'autofiction à s'y complaire. Pourtant, il suffit de considérer à nouveau l'histoire de la littérature pour constater que celle-ci se confond avec l'autofiction : de Madeleine de Scudéry à Boris Vian, de Jean-Jacques Rousseau à Jean-Jacques Schuhl, d'Arthur Rimbaud à Pierre Guyotat, la littérature a toujours été invention de soi. Que ce Soi n'ait rien à voir avec la personne même de l'auteur est ce qui rend l'autofiction si paradoxale, et si ironique. Loin de n'être que le miroir d'egos minuscules, l'autofiction  ou plutôt, comme préfère le dire Chloé Delaume, l'« autoréalisme », ou encore la 'psychofiction'  est une manière de refuser les cloisonnements que la critique, l'Université ou un certain bon goût aiment à introduire entre auteur, narrateur, personnage et lecteur. En ce sens, l'autofiction représente d'abord la dimension politique de toute littérature : en elle se joue une nouvelle manière dorganiser ces cloisonnements  manière subversive, dont aucun 'Moi' ne sort indemne. Au cours de son enquête en direction des nouveaux « Moi » qui nvente l'autofiction, Chloé Delaume dialogue avec les plus grands auteurs, les plus grands critiques et les plus grands philosophes du moment : où l'on découvrira que nul ne peut se dire absout du péché autoréaliste.