share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les guerres d'Hergé : Essai de paranoïa-critique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les guerres d'Hergé : Essai de paranoïa-critique

Les guerres d'Hergé : Essai de paranoïa-critique

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les guerres d'Hergé : Essai de paranoïa-critique"

C'est peu dire d'Hergé qu'il est une figure ambiguë de la culture belge... et mondiale. Adulé, on voit en lui un génie de l'art graphique, un philosophe, un grand écrivain, un remarquable journaliste. Aucun dithyrambe ne lui est épargné. Ce qui ne déplaît pas à ceux qui sont derrière le tiroir-caisse. Créateur d'une oeuvre qui se veut positive et exemplaire, père spirituel d'un héros paré de toutes les vertus, Hergé, entre 1940 et 1944, n'a cependant pas hésité à donner, on le sait, ses bandes dessinées à la presse pro-hitlérienne de son pays. Maxime Benoît-Jeannin va plus loin. A partir des albums emblématiques dont il donne le contexte précis et la lecture indispensable à leur compréhension véritable, apparaît une politique d'Hergé. Le dessinateur s'est défini lui-même comme un "médium". Ses bédés sont donc le reflet de certaines influences reçues passivement à différentes époques de son histoire qui a coïncidé avec celle du XXe siècle. Des années vingt à la fin des années cinquante, Hergé a toujours su traduire dans un langage compréhensible aux enfants de "7 à 77 ans" les idées dominantes, qui ne sont que les idées de la classe dominante. Du colonialisme à la collaboration et l'antisémitisme. De l'antibolchevisme à l'antisoviétisme. De l'amertume née de la défaite de l'Ordre nouveau à l'apologie de l'Occident et de l'homme blanc. Tels sont, presque jusqu'à la fin de sa vie, les grands messages politiques de la "médiumnité" d'Hergé. De la "déconstruction" opérée par l'auteur émerge une certitude: Hergé ne s'est jamais renié et n'a jamais déposé les armes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 254  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx19.6cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Aden Editions Paru le
  • Collection : Grande bibliothèque d'Aden
  • ISBN :  2930402237
  • EAN13 :  9782930402239
  • Classe Dewey :  818
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

C'est peu dire d'Hergé qu'il est une figure ambiguë de la culture belge... et mondiale. Adulé, on voit en lui un génie de l'art graphique, un philosophe, un grand écrivain, un remarquable journaliste. Aucun dithyrambe ne lui est épargné. Ce qui ne déplaît pas à ceux qui sont derrière le tiroir-caisse. Créateur d'une oeuvre qui se veut positive et exemplaire, père spirituel d'un héros paré de toutes les vertus, Hergé, entre 1940 et 1944, n'a cependant pas hésité à donner, on le sait, ses bandes dessinées à la presse pro-hitlérienne de son pays. Maxime Benoît-Jeannin va plus loin. A partir des albums emblématiques dont il donne le contexte précis et la lecture indispensable à leur compréhension véritable, apparaît une politique d'Hergé. Le dessinateur s'est défini lui-même comme un "médium". Ses bédés sont donc le reflet de certaines influences reçues passivement à différentes époques de son histoire qui a coïncidé avec celle du XXe siècle. Des années vingt à la fin des années cinquante, Hergé a toujours su traduire dans un langage compréhensible aux enfants de "7 à 77 ans" les idées dominantes, qui ne sont que les idées de la classe dominante. Du colonialisme à la collaboration et l'antisémitisme. De l'antibolchevisme à l'antisoviétisme. De l'amertume née de la défaite de l'Ordre nouveau à l'apologie de l'Occident et de l'homme blanc. Tels sont, presque jusqu'à la fin de sa vie, les grands messages politiques de la "médiumnité" d'Hergé. De la "déconstruction" opérée par l'auteur émerge une certitude: Hergé ne s'est jamais renié et n'a jamais déposé les armes.