share_book
Envoyer cet article par e-mail

De l'excès d'efficacité des systèmes paranoïaques

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
De l'excès d'efficacité des systèmes paranoïaques

De l'excès d'efficacité des systèmes paranoïaques

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "De l'excès d'efficacité des systèmes paranoïaques"

Le 3 décembre 1999 est annoncée la mort d'Edmond Safra, propriétaire de la Republic National Bank of New York. Le richissime banquier, barricadé dans son appartement monégasque conçu sur le modèle d'un coffre-fort, a en effet succombé à un excès de précautions : faute de pouvoir pénétrer dans la salle de bains équipée d'une porte blindée (une de ces pièces si justement appelées panic room), les pompiers ne sont pas arrivés à temps pour le ranimer. Ça ne vous rappelle rien ? Mais si, voyons : Nouf Nouf, celui des trois petits cochons qui avait bâti sa maison en dur, au contraire de Nif Nif et Naf Naf, ses deux imprévoyants de frères. On n'arrête pas le progrès, voici venir super Nouf Nouf, ainsi qu'Olivier Bardolle baptise l'individu contemporain. Avec ironie et élégance, l'auteur développe une réflexion originale et percutante sur des sociétés soumises aux ravages de l'efficacité où, du bureau jusqu'à l'alcôve (voir le chapitre intitulé " Amour, pornographie et sentiment "), en passant par l'assiette, la rue et le loisir, règne la peur au détriment du désir, où l'homme moderne est transformé en pur consommateur, où le combattant cède place à la victime, où les psychotropes s'efforcent d'endiguer la montée du mal-être et des dépressions.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 139  pages
  • Dimensions :  1.2cmx13.6cmx20.8cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   L'esprit Des Péninsules Paru le
  • ISBN :  2846360820
  • EAN13 :  9782846360821
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Olivier Bardolle

Petit traité des vertus réactionnaires

En Occident, depuis près d'un demi-siècle, les idées progressistes tiennent le haut du pavé. Il semblerait pourtant que l'on redécouvre aujourd'hui certaines vertus à la pensée réactionnaire. Ne serait-ce qu'une capacité de résistance certaine aux ravages de l'hypermodernité et aux [.....

La Littérature à vif (le cas Houellebecq)

Dans cet essai aussi vigoureux que concis, Olivier Bardolle expose, textes à l'appui, une thèse iconoclaste : À la recherche du temps perdu et Voyage au bout de la nuit constituent les chants du cygne de la grande littérature française à vocation universelle. Ces deux textes nous parlent de la...

Mon réveillon avec le dernier des chiens

Céleste, un clochard est renversé, le soir du 31 décembre par un publicitaire au volant de sa rutilante Mercedes. Accident sans gravité mais l'homme d'affaires est intrigué par l'exubérance et la culture du vagabond, et l'invite à boire un verre. Commence alors une nuit hors du commun pour le...

Voir tous les livres de Olivier Bardolle

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le 3 décembre 1999 est annoncée la mort d'Edmond Safra, propriétaire de la Republic National Bank of New York. Le richissime banquier, barricadé dans son appartement monégasque conçu sur le modèle d'un coffre-fort, a en effet succombé à un excès de précautions : faute de pouvoir pénétrer dans la salle de bains équipée d'une porte blindée (une de ces pièces si justement appelées panic room), les pompiers ne sont pas arrivés à temps pour le ranimer. Ça ne vous rappelle rien ? Mais si, voyons : Nouf Nouf, celui des trois petits cochons qui avait bâti sa maison en dur, au contraire de Nif Nif et Naf Naf, ses deux imprévoyants de frères. On n'arrête pas le progrès, voici venir super Nouf Nouf, ainsi qu'Olivier Bardolle baptise l'individu contemporain. Avec ironie et élégance, l'auteur développe une réflexion originale et percutante sur des sociétés soumises aux ravages de l'efficacité où, du bureau jusqu'à l'alcôve (voir le chapitre intitulé " Amour, pornographie et sentiment "), en passant par l'assiette, la rue et le loisir, règne la peur au détriment du désir, où l'homme moderne est transformé en pur consommateur, où le combattant cède place à la victime, où les psychotropes s'efforcent d'endiguer la montée du mal-être et des dépressions.