share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un parlement colonial ? Les Délégations financières algériennes 1898-1945 : Tome 2, Le déséquilibre des réalisations

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un parlement colonial ? Les Délégations financières algériennes 1898-1945 : Tome 2, Le déséquilibre des réalisations

Un parlement colonial ? Les Délégations financières algériennes 1898-1945 : Tome 2, Le déséquilibre des réalisations

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un parlement colonial ? Les Délégations financières algériennes..."

Les Délégations financières algériennes ont, au fil des années et des circonstances, dégagé les arêtes d'une politique budgétaire, financière et économique au sens large. L'agriculture tient évidemment la première place dans les préoccupations de l'assemblée : les élus ont des avis tranchés sur l'évolution de la législation foncière, sur la refonte du crédit agricole, sur les modalités de commercialisation de la production, sur les meilleurs moyens de défendre les secteurs menacés de l'économie rurale. Mais la gestion du budget ordinaire est un domaine réservé : cette gestion est prudente, fondée sur une évaluation modérée des recettes, sur une résistance instinctive aux perspectives des bouleversements de la fiscalité, et sur une politique sociale resserrée et bien peu généreuse. Toute l'énergie dont les délégués sont capables se reporte sur les programmes de grands travaux couverts par une série d'emprunts gagés sur le budget extraordinaire. Le résultat est spectaculaire. Et si la population musulmane n'a bénéficié que très indirectement de ces programmes, l'Algérie n'en est pas moins, à la veille de la deuxième guerre mondiale, une colonie remarquablement équipée pour l'époque.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 787  pages
  • Dimensions :  4.4cmx16.2cmx24.0cm
  • Poids : 1238.3g
  • Editeur :   Publications De L'université De Rouen Et Du Havre Paru le
  • ISBN :  2877754979
  • EAN13 :  9782877754972
  • Classe Dewey :  965
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Bouveresse

Prodiges et vertiges de l'analogie

Côté de l'abus de pouvoir " scientifique ", il en existe un (le " littérarisme ") qui consiste à croire que ce dit la science ne devient intéressant et profond qu'une fois retranscrit dans un language littéraire et utilisé de façon " métaphorique ", un terme qui semble autoriser et [.......

La connaissance de l'écrivain

Les postmodernes ont érigé la littérature en une sorte de genre suprême, dont la philosophie et la science ne seraient que des espèces. Chacune des trois disciplines aurait aussi peu de rapport avec la vérité que les autres ; chacune se préoccuperait uniquement d'inventer de bonnes [....]...

Voir tous les livres de Jacques Bouveresse

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les Délégations financières algériennes ont, au fil des années et des circonstances, dégagé les arêtes d'une politique budgétaire, financière et économique au sens large. L'agriculture tient évidemment la première place dans les préoccupations de l'assemblée : les élus ont des avis tranchés sur l'évolution de la législation foncière, sur la refonte du crédit agricole, sur les modalités de commercialisation de la production, sur les meilleurs moyens de défendre les secteurs menacés de l'économie rurale. Mais la gestion du budget ordinaire est un domaine réservé : cette gestion est prudente, fondée sur une évaluation modérée des recettes, sur une résistance instinctive aux perspectives des bouleversements de la fiscalité, et sur une politique sociale resserrée et bien peu généreuse. Toute l'énergie dont les délégués sont capables se reporte sur les programmes de grands travaux couverts par une série d'emprunts gagés sur le budget extraordinaire. Le résultat est spectaculaire. Et si la population musulmane n'a bénéficié que très indirectement de ces programmes, l'Algérie n'en est pas moins, à la veille de la deuxième guerre mondiale, une colonie remarquablement équipée pour l'époque.