share_book
Envoyer cet article par e-mail

Une politique de l'enfance : Du patronage au centre de loisirs

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Une politique de l'enfance : Du patronage au centre de loisirs

Une politique de l'enfance : Du patronage au centre de loisirs

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Une politique de l'enfance : Du patronage au centre de loisirs"

Comment, en France, l'animation des loisirs enfantins s'est fait une place à côté du service social et de l'éducation spécialisée ? Inspirée du principe selon lequel c'est dans le passé (des patronages) que l'on trouve les éléments dont est formé le présent (des centres de loisirs sans hébergement), la socialisation par les loisirs est envisagée à travers une institution polymorphe représentée par les trois termes successifs de " patronages ", " centres aérés " puis " centres de loisirs ". En présentant les organisations concernées, il s'agit de fixer les repères chronologiques essentiels pour comprendre la genèse du métier d'animateur. Avec des préoccupations liées à l'hygiène et à la surveillance, le patronage incarne l'institution qui, du XIX° siècle aux années 1970, propose des activités récréatives aux enfants tout en participant de la construction sociale de l'Ecole, de la religion et de la politique. Si la métaphore guerrière fixe les bornes des discours " laïques " et " catholiques ", un consensus pédagogique définit la nature primordiale de l'enfant par le jeu. Le développement du travail des femmes et de leur scolarisation, la tertiarisation du salariat, la légitimation du terme unificateur de " travail social ", le déclin des colonies de vacances, la quasi-disparition des patronages paroissiaux constituent la toile de fond de la naissance officielle, en 1970, du centre de loisirs. Depuis lors, le passage du vocable de " patronage " à celui de " centre de loisirs " signe une laïcisation de l'institution qui se manifeste par la normalisation juridique, la centralisation bureaucratique, la scolarisation des pratiques, l'autonomisation et la spécialisation des fonctions corrélatives de l'accroissement de la division du travail d'encadrement. La structure du champ de l'animation reste cependant extrêmement dispersée, entre un niveau central (Etat, associations nationales et départementales) et un niveau local (communes, associations) lui-même très diversifié.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 272  pages
  • Dimensions :  2.0cmx15.4cmx23.6cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • Collection : Logiques sociales
  • ISBN :  274759002X
  • EAN13 :  9782747590020
  • Classe Dewey :  362.7120944
  • Langue : Français

D'autres livres de Francis Lebon

Les animateurs socioculturels

Qui sont les animateurs ? Combien sont-ils ? Après une forte croissance des effectifs, on compte, en France, autour de 110 000 professionnels. Mais plus de deux millions de personnes ont obtenu le diplôme de moniteur de colonie de vacances ou le Bafa, une des clés de l'entrée dans ce métier. Ch...

Voir tous les livres de Francis Lebon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Comment, en France, l'animation des loisirs enfantins s'est fait une place à côté du service social et de l'éducation spécialisée ? Inspirée du principe selon lequel c'est dans le passé (des patronages) que l'on trouve les éléments dont est formé le présent (des centres de loisirs sans hébergement), la socialisation par les loisirs est envisagée à travers une institution polymorphe représentée par les trois termes successifs de " patronages ", " centres aérés " puis " centres de loisirs ". En présentant les organisations concernées, il s'agit de fixer les repères chronologiques essentiels pour comprendre la genèse du métier d'animateur. Avec des préoccupations liées à l'hygiène et à la surveillance, le patronage incarne l'institution qui, du XIX° siècle aux années 1970, propose des activités récréatives aux enfants tout en participant de la construction sociale de l'Ecole, de la religion et de la politique. Si la métaphore guerrière fixe les bornes des discours " laïques " et " catholiques ", un consensus pédagogique définit la nature primordiale de l'enfant par le jeu. Le développement du travail des femmes et de leur scolarisation, la tertiarisation du salariat, la légitimation du terme unificateur de " travail social ", le déclin des colonies de vacances, la quasi-disparition des patronages paroissiaux constituent la toile de fond de la naissance officielle, en 1970, du centre de loisirs. Depuis lors, le passage du vocable de " patronage " à celui de " centre de loisirs " signe une laïcisation de l'institution qui se manifeste par la normalisation juridique, la centralisation bureaucratique, la scolarisation des pratiques, l'autonomisation et la spécialisation des fonctions corrélatives de l'accroissement de la division du travail d'encadrement. La structure du champ de l'animation reste cependant extrêmement dispersée, entre un niveau central (Etat, associations nationales et départementales) et un niveau local (communes, associations) lui-même très diversifié.