share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ouvéa, la République et la morale

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ouvéa, la République et la morale

Ouvéa, la République et la morale

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ouvéa, la République et la morale"

Avril 1988, Ile d'Ouvéa, Nouvelle-Calédonie. 30 gendarmes sont pris en otage par un petit groupe d'indépendantistes kanaks. Pour rétablir l'ordre, la France va envoyer 300 militaires dont les troupes d'élite du 11e choc et le commando de nageurs de combat Hubert, tous deux spécialistes des coups de force. A leurs côtés, le GIGN, des gendarmes tout aussi performants mais surtout des as de la négociation. Car, avant de faire parler les armes, des pourparlers sont engagés. Deux hommes se font face : le capitaine Legorjus officier du GIGN, chargé de commander l'opération Victor et Alphonse Dianou, le jeune leader indépendantiste kanak, à la tête des preneurs d'otage. A travers des valeurs communes, les deux hommes vont tenter de faire triompher le dialogue. Mais en plein combat électoraliste, entre les deux tours de l'élection suprême, les enjeux sont devenus trop politiques. Paris, sous la pression caldoche, joue un double-jeu. Les évènements s'emballent jusqu'à l'issue fatale : l'assaut fera 19 morts. C'est cette histoire, véritable drame postcolonial, que nous raconte de l'intérieur le capitaine Legorjus. Une histoire vraie qu'il a vécu au plus près, seul témoin au contact de tous les protagonistes : les militaires souvent divisés sur l'éthique et la méthode, François Mitterrand et Jacques Chirac au paroxysme de leur affrontement, et enfin les Kanaks désunis. Un cocktail explosif, où la valeur du sacrifice prend tout son sens quand la politique démissionne. Une réflexion sur le courage et la politique.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 210  pages
  • Dimensions :  2.4cmx14.0cmx22.4cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Plon Paru le
  • ISBN :  2259217060
  • EAN13 :  9782259217064
  • Classe Dewey :  993
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avril 1988, Ile d'Ouvéa, Nouvelle-Calédonie. 30 gendarmes sont pris en otage par un petit groupe d'indépendantistes kanaks. Pour rétablir l'ordre, la France va envoyer 300 militaires dont les troupes d'élite du 11e choc et le commando de nageurs de combat Hubert, tous deux spécialistes des coups de force. A leurs côtés, le GIGN, des gendarmes tout aussi performants mais surtout des as de la négociation. Car, avant de faire parler les armes, des pourparlers sont engagés. Deux hommes se font face : le capitaine Legorjus officier du GIGN, chargé de commander l'opération Victor et Alphonse Dianou, le jeune leader indépendantiste kanak, à la tête des preneurs d'otage. A travers des valeurs communes, les deux hommes vont tenter de faire triompher le dialogue. Mais en plein combat électoraliste, entre les deux tours de l'élection suprême, les enjeux sont devenus trop politiques. Paris, sous la pression caldoche, joue un double-jeu. Les évènements s'emballent jusqu'à l'issue fatale : l'assaut fera 19 morts. C'est cette histoire, véritable drame postcolonial, que nous raconte de l'intérieur le capitaine Legorjus. Une histoire vraie qu'il a vécu au plus près, seul témoin au contact de tous les protagonistes : les militaires souvent divisés sur l'éthique et la méthode, François Mitterrand et Jacques Chirac au paroxysme de leur affrontement, et enfin les Kanaks désunis. Un cocktail explosif, où la valeur du sacrifice prend tout son sens quand la politique démissionne. Une réflexion sur le courage et la politique.