share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ca s'affiche mal ! : Le meilleur du pire des affiches de cinéma du monde, Le Ghana

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ca s'affiche mal ! : Le meilleur du pire des affiches de cinéma du monde, Le Ghana

Ca s'affiche mal ! : Le meilleur du pire des affiches de cinéma du monde, Le Ghana

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ca s'affiche mal ! : Le meilleur du pire des affiches de cinéma du monde, Le Ghana"

En matière de film de genre - récits préhistoriques, guerre, karaté, aventures, science-fiction, fantastique, gore, héroïc-fantasy - les affiches ghanéennes ont la cote et les prix montent. Des expositions s'organisent dans le monde entier (à gauche, celle de Chicago). Tout un public s'interroge sur cette forme d'expression. On parle déjà de peinture automatique, comme jadis pour les écrivains surréalistes... Le Ghana est un charmant pays d'Afrique de l'Ouest, situé entre la Côte d'Ivoire et le Togo. Au début des années 80, les belles salles équipées en 35mm, vestiges des fastes de l'Empire Britannique, avaient disparu depuis belle lurette. Avec les débuts de la vidéo, quelques firmes s'avisèrent de répandre la bonne parole dans les coins les plus reculés du pays et formèrent des "techniciens pilotes" prêts à partir à l'aventure. C'est parfois avec une seule télévision et un magnétoscope que ces chevaliers de la culture sillonnaient les routes, s'arrêtant chez un commerçant, sous une tente ou en plein air. Les responsables chargèrent quelques artistes locaux d'imaginer à leur guise, non pas le visuel le plus conforme au scénario original du film à projeter, mais le poster idéal censé impressionner la population. Le symbolisme ghanéen dans le domaine du visuel cinématographique reste, on le verra, d'une rusticité exemplaire. L'artiste préfère le choc au chic, le fantasme au réel, faisant partager avec une belle innocence ses craintes, sa crédulité, voire ses rites ancestraux. En clair : le poids des maux et l'échec des photos (aviez-vous reconnu, en médaillon, Nicolas Cage, Tom Cruise et Sean Connery ? Ou encore, ci-contre, le fameux "Jaws", adversaire de James Bond dans The Spy who loved me ?) Cela nous vaut aussi cette prolifération de têtes de morts, explosions de sang, tortures raffinées, armes surdimensionnées, muscles saillants, décapitations, squelettes en vadrouille, membres coupés, reptiles à foison, malformités diverses, tout un bestiaire monstrueux finement brossé en des couleurs délicieusement criardes. Et l'ambiance, déjà doucement drolatique, prend des proportions inattendues lorsque l'auteur entreprend un périlleux parallèle pictural entre cet art naïf typiquement ghanéen et une école polonaise au symbolisme un peu plus intellectuel.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 142  pages
  • Dimensions :  1.4cmx21.2cmx29.6cm
  • Poids : 1020.6g
  • Editeur :   Editions Le Bord De L'eau Paru le
  • Collection : La Muette
  • ISBN :  2356871276
  • EAN13 :  9782356871275
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Pierre Putters

101 monstres ringards

L'histoire du cinéma à effets spéciaux a établi depuis 100 ans le plus fou des bestiaires. Personnage récurrent du cinéma fantastique, le monstre kidnappeur de jeune fille revêt pourtant des costumes très différents. Ainsi, vous trouverez dans cet ouvrage à peu près tous les types d'extra...

Voir tous les livres de Jean-Pierre Putters

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

En matière de film de genre - récits préhistoriques, guerre, karaté, aventures, science-fiction, fantastique, gore, héroïc-fantasy - les affiches ghanéennes ont la cote et les prix montent. Des expositions s'organisent dans le monde entier (à gauche, celle de Chicago). Tout un public s'interroge sur cette forme d'expression. On parle déjà de peinture automatique, comme jadis pour les écrivains surréalistes... Le Ghana est un charmant pays d'Afrique de l'Ouest, situé entre la Côte d'Ivoire et le Togo. Au début des années 80, les belles salles équipées en 35mm, vestiges des fastes de l'Empire Britannique, avaient disparu depuis belle lurette. Avec les débuts de la vidéo, quelques firmes s'avisèrent de répandre la bonne parole dans les coins les plus reculés du pays et formèrent des "techniciens pilotes" prêts à partir à l'aventure. C'est parfois avec une seule télévision et un magnétoscope que ces chevaliers de la culture sillonnaient les routes, s'arrêtant chez un commerçant, sous une tente ou en plein air. Les responsables chargèrent quelques artistes locaux d'imaginer à leur guise, non pas le visuel le plus conforme au scénario original du film à projeter, mais le poster idéal censé impressionner la population. Le symbolisme ghanéen dans le domaine du visuel cinématographique reste, on le verra, d'une rusticité exemplaire. L'artiste préfère le choc au chic, le fantasme au réel, faisant partager avec une belle innocence ses craintes, sa crédulité, voire ses rites ancestraux. En clair : le poids des maux et l'échec des photos (aviez-vous reconnu, en médaillon, Nicolas Cage, Tom Cruise et Sean Connery ? Ou encore, ci-contre, le fameux "Jaws", adversaire de James Bond dans The Spy who loved me ?) Cela nous vaut aussi cette prolifération de têtes de morts, explosions de sang, tortures raffinées, armes surdimensionnées, muscles saillants, décapitations, squelettes en vadrouille, membres coupés, reptiles à foison, malformités diverses, tout un bestiaire monstrueux finement brossé en des couleurs délicieusement criardes. Et l'ambiance, déjà doucement drolatique, prend des proportions inattendues lorsque l'auteur entreprend un périlleux parallèle pictural entre cet art naïf typiquement ghanéen et une école polonaise au symbolisme un peu plus intellectuel.