share_book
Envoyer cet article par e-mail

Bon pied, bon oeil. Deux rencontres avec André de Toth

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Bon pied, bon oeil. Deux rencontres avec André de Toth

Bon pied, bon oeil. Deux rencontres avec André de Toth

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Bon pied, bon oeil. Deux rencontres avec André de Toth"

" André De Toth a beau avoir été déclaré "cliniquement mort" par deux fois dans des cliniques suisses, l'expression " bon pied, bon oeil " viendrait tout de suite à l'esprit si elle n'était un peu scabreuse dans son cas : De Toth est borgne, le seul metteur en scène à bandeau qui reste à Hollywood. Il est d'une vitalité étonnante (qui rappelle un peu celle de ses films) et témoigne d'un sain (mais, on le soupçonne, un peu feint) mépris pour le passé. Ou plutôt, il refuse de s'y intéresser. Il prétend n'aimer aucun de ses films, sauf celui qu'il est sur le point de faire. Les souvenirs, les anecdotes, il faut les lui extraire : presque comme des dents. Et pourtant, De Toth a vécu la même épopée centrale-européenne, puis hollywoodienne, que les Fritz Lang, Lubitsch, Wilder et compagnie - même s'il était plus jeune que la plupart des transplantés. " (extrait)

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Dimensions :  1.2cmx10.0cmx18.2cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Coédition Institut Lumière/Actes Sud
  • ISBN :  2742701451
  • EAN13 :  9782742701452
  • Classe Dewey :  791
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Garnier

L'oreille d'un sourd

“L’oreille d’un sourd” était le nom d’une chronique qui paraissait dans Libération durant les années 80. L’expression reflétait à la fois la vocation de dénicheur farfouilleur du journaliste, et son fonctionnement pour le moins atypique au sein d’un journal qui ne l’était pas ...

Les coins coupés

Los Angeles est une ville où les distances s'estiment à l'heure qu'il est, pas au kilométrage. Stretch s'était retranché dans cette ville qu'il habitait depuis plus de vingt ans et qu'il avait fini par ne plus voir. Il écrivait pour des magazines de musique jusqu'au jour où sa femme et son sa...

Freelance : Grover lewis à Rolling Stone, une vie dans les marges du journalisme

Entre 1965 et 1975 il y a eu ce moment en Amérique où les barrières semblaient tombées, les frontières ouvertes, les institutions en déroute. Dans cette faille s'est immiscé ce qu'on a appelé la presse alternative. Grover Lewis n'a passé que trois ans (71-73) au magazine Rolling Stone, mais...

Caractères : Moindres lumières à Hollywood

A une époque où Mitchum est devenu une marque de déodorant pour hommes, où les classiques hollywoodiens se vendent en DVD comme des packs de six, et où le rayon cinéma des librairies engrange des livres de plus en plus spécialisés sur des sujets de plus en plus restreints, la cinéphilie sin...

Voir tous les livres de Philippe Garnier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" André De Toth a beau avoir été déclaré "cliniquement mort" par deux fois dans des cliniques suisses, l'expression " bon pied, bon oeil " viendrait tout de suite à l'esprit si elle n'était un peu scabreuse dans son cas : De Toth est borgne, le seul metteur en scène à bandeau qui reste à Hollywood. Il est d'une vitalité étonnante (qui rappelle un peu celle de ses films) et témoigne d'un sain (mais, on le soupçonne, un peu feint) mépris pour le passé. Ou plutôt, il refuse de s'y intéresser. Il prétend n'aimer aucun de ses films, sauf celui qu'il est sur le point de faire. Les souvenirs, les anecdotes, il faut les lui extraire : presque comme des dents. Et pourtant, De Toth a vécu la même épopée centrale-européenne, puis hollywoodienne, que les Fritz Lang, Lubitsch, Wilder et compagnie - même s'il était plus jeune que la plupart des transplantés. " (extrait)