share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Refus du féminin

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Refus du féminin

Le Refus du féminin

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Refus du féminin"

Freud désigne le «refus du féminin » comme un « roc », une part de l'« énigme de la sexualité «L'énigme n'est pas tant celle du « refus du féminin » que celle du « féminin » sexuel, génital, et de sa création par la jouissance sexuelle. La nouvelle expérience de réalité de la différence des sexes qu'est ce mode de pénétration réélabore celle qu'avait initiée le complexe d'Œdipe et ses identifications, le fantasme de scène primitive et le complexe de castration. Si ce « féminin » là, ouverture coûte que coûte au pulsionnel et à l'étranger, n'est pas révélé, s'il est refusé, l'homme en reste à une position phallique, celle d'une théorie sexuelle infantile de la phase oedipienne, la femme à son envie du pénis et tous deux à leur frigidité. Autant l'égalité des sexes doit être revendiquée dans les domaines social et économique, autant la relation sexuelle ne commence qu'avec la reconnaissance exaltée des voeux de la différence des sexes. C'est donc le caractère à la fois effractif et nourricier de la poussée constante libidinale, lorsqu'elle est portée dans le corps de la femme par la pénétration de l'homme, qui maintient le désir. Le conflit constitutif du féminin s'exprime ainsi : le sexe de la femme veut être effracté, exige de grandes quantités de libido, de la « défaire » et du masochisme érotique, mais son moi hait tout cela. C'est le « masculin » de l'homme qui crée le «féminin » de la femme en lui arrachant la jouissance sexuelle. Il se réalise alors une véritable expérience de différenciation sexuelle et d'introjection selon la poussée constante dans la psychosexualité.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 240  pages
  • Dimensions :  2.2cmx13.6cmx20.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France (Puf) Paru le
  • Collection : Epîtres
  • ISBN :  2130489591
  • EAN13 :  9782130489597
  • Classe Dewey :  155.333
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacqueline Schaeffer

Le refus du féminin : (La Sphinge et son âme en peine)

Jacqueline Schaeffer est psychanalyste. Elle a obtenu le Prix Maurice Bouvet de psychanalyse en 1986. Elle a été directrice adjointe de la collection Débats de psychanalyse aux PUF. Ce texte avait été publié dans la collection Epîtres dirigée par Jean Cournut et Claude Le Guen....

Voir tous les livres de Jacqueline Schaeffer

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Freud désigne le «refus du féminin » comme un « roc », une part de l'« énigme de la sexualité «L'énigme n'est pas tant celle du « refus du féminin » que celle du « féminin » sexuel, génital, et de sa création par la jouissance sexuelle. La nouvelle expérience de réalité de la différence des sexes qu'est ce mode de pénétration réélabore celle qu'avait initiée le complexe d'Œdipe et ses identifications, le fantasme de scène primitive et le complexe de castration. Si ce « féminin » là, ouverture coûte que coûte au pulsionnel et à l'étranger, n'est pas révélé, s'il est refusé, l'homme en reste à une position phallique, celle d'une théorie sexuelle infantile de la phase oedipienne, la femme à son envie du pénis et tous deux à leur frigidité. Autant l'égalité des sexes doit être revendiquée dans les domaines social et économique, autant la relation sexuelle ne commence qu'avec la reconnaissance exaltée des voeux de la différence des sexes. C'est donc le caractère à la fois effractif et nourricier de la poussée constante libidinale, lorsqu'elle est portée dans le corps de la femme par la pénétration de l'homme, qui maintient le désir. Le conflit constitutif du féminin s'exprime ainsi : le sexe de la femme veut être effracté, exige de grandes quantités de libido, de la « défaire » et du masochisme érotique, mais son moi hait tout cela. C'est le « masculin » de l'homme qui crée le «féminin » de la femme en lui arrachant la jouissance sexuelle. Il se réalise alors une véritable expérience de différenciation sexuelle et d'introjection selon la poussée constante dans la psychosexualité.