share_book
Envoyer cet article par e-mail

Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens

Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens"

L'amour est un service des dieux qui a pour fin l'intérêt et le salut des jeunes gens." En cette phrase, Polémôn, l'un des successeurs de Platon à la tête de l'Académie, exprime parfaitement toute la pensée grecque au sujet de la pédérastie. La mythologie grecque, selon une thématique qui s'enracine dans la protohistoire et ne remonte pas seulement à l'époque de Pindare ou d'Eschyle, n'en fait état que dans des contextes initiatiques. Les héros et les dieux qui y figurent sont des élèves pour les uns, des maîtres pour les autres. Dans l'Europe antique, l'homosexualité était une pratique très répandue chez plusieurs peuples (Grecs, bien sûr, mais aussi Celtes, Latins, Germains, Thraces, Macédoniens et, jusqu'à une époque récente, Albanais). Cette généralité trouve précisément son origine dans une problématique pédagogique. Avant les épreuves qui faisaient passer un adolescent au statut d'adulte, sa sujétion au maître et sa différence se traduisaient dans sa féminisation, c'est-à-dire sa réduction à un rôle sexuel passif. Une telle homologie de formes sociales originales dans un groupe de peuples aux langues apparentées étaie l'hypothèse selon laquelle il s'agit là d'une antique pratique commune aux cultures indo-européennes primitives."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 670  pages
  • Dimensions :  4.4cmx14.8cmx22.6cm
  • Poids : 880.0g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : Payot Hist.
  • ISBN :  2228890529
  • EAN13 :  9782228890526
  • Classe Dewey :  306.766 093
  • Langue : Français

D'autres livres de Bernard Sergent

Athéna et la grande déesse indienne

Rarement notés, les points communs entre Athéna et la grande déesse indienne, celle connue sous les noms, entre autres, de Durgâ, Kalî, Devî, sont pourtant remarquables. Ils s'appliquent aussi bien aux déesses elles-mêmes, qui présentent, entre Grèce ancienne et Inde, des caractères commu...

Voir tous les livres de Bernard Sergent

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

L'amour est un service des dieux qui a pour fin l'intérêt et le salut des jeunes gens." En cette phrase, Polémôn, l'un des successeurs de Platon à la tête de l'Académie, exprime parfaitement toute la pensée grecque au sujet de la pédérastie. La mythologie grecque, selon une thématique qui s'enracine dans la protohistoire et ne remonte pas seulement à l'époque de Pindare ou d'Eschyle, n'en fait état que dans des contextes initiatiques. Les héros et les dieux qui y figurent sont des élèves pour les uns, des maîtres pour les autres. Dans l'Europe antique, l'homosexualité était une pratique très répandue chez plusieurs peuples (Grecs, bien sûr, mais aussi Celtes, Latins, Germains, Thraces, Macédoniens et, jusqu'à une époque récente, Albanais). Cette généralité trouve précisément son origine dans une problématique pédagogique. Avant les épreuves qui faisaient passer un adolescent au statut d'adulte, sa sujétion au maître et sa différence se traduisaient dans sa féminisation, c'est-à-dire sa réduction à un rôle sexuel passif. Une telle homologie de formes sociales originales dans un groupe de peuples aux langues apparentées étaie l'hypothèse selon laquelle il s'agit là d'une antique pratique commune aux cultures indo-européennes primitives."