share_book
Envoyer cet article par e-mail

Penser et représenter le corps dans l'Antiquité

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Penser et représenter le corps dans l'Antiquité

Penser et représenter le corps dans l'Antiquité

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Penser et représenter le corps dans l'Antiquité"

Dans un article fondateur paru en 1934, Marcel Mauss invitait anthropologues, sociologues et historiens à étendre leurs investigations aux techniques corporelles, désignant par cette expression les façons dont les hommes se servent de leur corps dans une société donnée. Cet art d'utiliser son corps varie d'une société à une autre, d'une époque à une autre : c'est pourquoi penser le corps ou le représenter ne se réduisent pas à une somme de connaissances scientifiques, mais relèvent bien d'une histoire, avec ses rythmes propres, ses ruptures et ses évolutions spécifiques. Depuis près de quarante ans, la recherche scientifique s'est évertuée à mettre en évidence cette histoire principalement à partir de l'avènement du christianisme, plus exactement à partir de l'émergence de nouvelles subjectivités, dans le but d'élucider les relations complexes que notre modernité décèle derrière les usages des plaisirs ou le souci de soi. Mais avant cette modernité, comment pensait-on le corps ? Quels étaient les systèmes de représentations mentales qui structuraient l'appréhension corporelle dans ses tâches et ses emplois quotidiens ou exceptionnels ? Si l'éducation ou la tradition impriment des marques culturelles indélébiles sur le corps de tous et chacun, comment les corps ont-ils fonctionné dans les sociétés de, l'Antiquité ? Le colloque international tenu sur ce thème à l'université Rennes 2, dans le cadre de la Celtic Conférence in Classics, se proposait d'apporter quelques réponses à ces questions et de livrer, par des études de cas, quelques clefs de compréhension. Les sociétés des cités grecques ou de l'Empire romain ont édicté des conduites, sanctionné des écarts, selon leurs normes propres, souvent bien éloignées des nôtres, parfois si proches aussi. Et, loin de réduire le corps à n'être qu'un instrument de savoir-vivre ou un carcan étroitement surveillé, les Anciens ont surtout développé une pensée pour que le corps sache vivre et mieux vivre dans le monde.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 412  pages
  • Dimensions :  2.2cmx16.6cmx23.2cm
  • Poids : 680.4g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : Cahiers d'histoire du corps antique
  • ISBN :  2753502056
  • EAN13 :  9782753502055
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

D'autres livres de  François Queyrel

Lexique d'histoire et de civilisation grecques

Cet ouvrage vise à faciliter l'étude de l'histoire et de la civilisation grecque de l'Antiquité. S'il privilégie les notions d'ordre institutionnel, ce lexique aborde aussi les notions d'ordre politique, religieux, économique et artistique, ainsi que certains aspects de la vie quotidienne [....

Voir tous les livres de  François Queyrel

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans un article fondateur paru en 1934, Marcel Mauss invitait anthropologues, sociologues et historiens à étendre leurs investigations aux techniques corporelles, désignant par cette expression les façons dont les hommes se servent de leur corps dans une société donnée. Cet art d'utiliser son corps varie d'une société à une autre, d'une époque à une autre : c'est pourquoi penser le corps ou le représenter ne se réduisent pas à une somme de connaissances scientifiques, mais relèvent bien d'une histoire, avec ses rythmes propres, ses ruptures et ses évolutions spécifiques. Depuis près de quarante ans, la recherche scientifique s'est évertuée à mettre en évidence cette histoire principalement à partir de l'avènement du christianisme, plus exactement à partir de l'émergence de nouvelles subjectivités, dans le but d'élucider les relations complexes que notre modernité décèle derrière les usages des plaisirs ou le souci de soi. Mais avant cette modernité, comment pensait-on le corps ? Quels étaient les systèmes de représentations mentales qui structuraient l'appréhension corporelle dans ses tâches et ses emplois quotidiens ou exceptionnels ? Si l'éducation ou la tradition impriment des marques culturelles indélébiles sur le corps de tous et chacun, comment les corps ont-ils fonctionné dans les sociétés de, l'Antiquité ? Le colloque international tenu sur ce thème à l'université Rennes 2, dans le cadre de la Celtic Conférence in Classics, se proposait d'apporter quelques réponses à ces questions et de livrer, par des études de cas, quelques clefs de compréhension. Les sociétés des cités grecques ou de l'Empire romain ont édicté des conduites, sanctionné des écarts, selon leurs normes propres, souvent bien éloignées des nôtres, parfois si proches aussi. Et, loin de réduire le corps à n'être qu'un instrument de savoir-vivre ou un carcan étroitement surveillé, les Anciens ont surtout développé une pensée pour que le corps sache vivre et mieux vivre dans le monde.