share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le café-concert (1848-1914)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le café-concert (1848-1914)

Le café-concert (1848-1914)

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le café-concert (1848-1914)"

François Caradec et Alain Weill nous emmènent au café-concert, cette forme typiquement française de spectacle populaire qui, de 1848 à 1914, fut l'ancêtre du music-hall. A ses débuts, sous le Second Empire, ce sont des établissements en plein air dans les jardins des Champs-Elysées, avec pour seul décor la corbeille - cinq ou six femmes en toilette qui occupent le fond de la scène. A son apogée, sous la Troisième République, ce sont de grandes salles au décor luxueux où, au fil des années la scène et les costumes s'enrichissent pour aboutir à "la Revue". Il reste toujours un lieu où on entre gratuitement pour écouter des chansons tout en buvant et fumant la pipe ou le cigare. Ce livre illustré cite de nombreux couplets de chansons ainsi que les textes des principaux critiques de l'époque. Il fait revivre tout le petit monde des entrepreneurs, vedettes (Paulus, Yvette Guilbert, Bruant, Polin, Dranem, Fragson, Mayol...), les cabots en tous genres, les musiciens, les bouquetières, qui ravissaient un public avide de la grivoiserie d'un répertoire que la censure n'arriva jamais à vraiment contrôler.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 415  pages
  • Dimensions :  3.2cmx19.4cmx24.8cm
  • Poids : 1678.3g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : LITT.GENE.
  • ISBN :  2213631247
  • EAN13 :  9782213631240
  • Classe Dewey :  790
  • Langue : Français

D'autres livres de François Caradec

Entre miens

Ce volume rassemble des écrits de François Caradec, publiés dans des périodiques des plus variés, certains célèbres, comme Combat ou Les Nouvelles littéraires, d'autres passablement oubliés, comme Arts et Lettres ou Actualité littéraire, entre 1945 et 2008. Il s'agit le plus souvent de...

Le Doigt coupé de la rue du Bison

Un doigt coupé appartenant à une femme, ramassé rue du Bison, est le point de départ d'une enquête menée par le commissaire Pauquet. Ce dernier rencontre des suspects qui semblent tous avoir quelque chose à cacher....

Voir tous les livres de François Caradec

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

François Caradec et Alain Weill nous emmènent au café-concert, cette forme typiquement française de spectacle populaire qui, de 1848 à 1914, fut l'ancêtre du music-hall. A ses débuts, sous le Second Empire, ce sont des établissements en plein air dans les jardins des Champs-Elysées, avec pour seul décor la corbeille - cinq ou six femmes en toilette qui occupent le fond de la scène. A son apogée, sous la Troisième République, ce sont de grandes salles au décor luxueux où, au fil des années la scène et les costumes s'enrichissent pour aboutir à "la Revue". Il reste toujours un lieu où on entre gratuitement pour écouter des chansons tout en buvant et fumant la pipe ou le cigare. Ce livre illustré cite de nombreux couplets de chansons ainsi que les textes des principaux critiques de l'époque. Il fait revivre tout le petit monde des entrepreneurs, vedettes (Paulus, Yvette Guilbert, Bruant, Polin, Dranem, Fragson, Mayol...), les cabots en tous genres, les musiciens, les bouquetières, qui ravissaient un public avide de la grivoiserie d'un répertoire que la censure n'arriva jamais à vraiment contrôler.