share_book
Envoyer cet article par e-mail

De sang mêlé : Chronique du métissage en Indochine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
De sang mêlé : Chronique du métissage en Indochine

De sang mêlé : Chronique du métissage en Indochine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "De sang mêlé : Chronique du métissage en Indochine"

Il n'y a pas le choix, c'est ce que vous voulez dire ? Vous n'aviez pas le choix de quoi ? Une certaine forme de bonheur n'était pas accessible. Ce n'était de la faute de personne, c'était ainsi. Je n'étais pas malheureuse. C'étaient les gens autour de moi qui avaient du malheur. Pas spécialement moi. On était installés dans la douleur, depuis longtemps, je crois. Quelle douleur ? La douleur de ne pas savoir qui on est, où on est, du côté du bien, du côté du mal. Ce n'est pas facile. De quoi parlez-vous ? De la colonisation. De sang mêlé est une musique. Ni essai ni roman autobiographique, mais probablement un peu des deux, le livre de Dominique Rolland est une polyphonie de chroniques sur l'Indochine passée et le Viêt-nam contemporain ; où l'on voit le touriste déambuler, en chasse du poncif de la photo de rizière avec paysannes aux chapeaux coniques affleurant l'eau çà et là ; où l'on croise la parole de quelques vieux combattants Vietnamiens encore usés à la francophonie ; où l'on observe les cicatrices des guerres, l'agitation de la ville, le cours de la vie... D'universelle, l'histoire devient alors personnelle, avec l'irrésistible besoin de comprendre. De sang mêlé est un regard porté sur l'héritage colonial et sur le métissage. La condition du métis, cet enfant du colonialisme, se dilue inévitablement dans deux cultures au point que les identités se troublent. Les sangs se mêlent et les identités s'emmêlent. De sang mêlé est cette musique-là.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 382  pages
  • Dimensions :  3.4cmx17.0cmx23.2cm
  • Poids : 662.2g
  • Editeur :   Elytis Paru le
  • ISBN :  2914659547
  • EAN13 :  9782914659543
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Rolland

Petits Viet-Nams

" La France, on en avait rêvé. Qu'y avait-il de plus désirable que la France ? Là-bas en Indochine, tout cc qui était beau, propre, enviable, riche, puissant s'appelait la France. La France, c'était tout ce blanc lumineux et immaculé des costumes, des uniformes, des robes de bal, des nappes, ...

Voir tous les livres de Dominique Rolland

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Il n'y a pas le choix, c'est ce que vous voulez dire ? Vous n'aviez pas le choix de quoi ? Une certaine forme de bonheur n'était pas accessible. Ce n'était de la faute de personne, c'était ainsi. Je n'étais pas malheureuse. C'étaient les gens autour de moi qui avaient du malheur. Pas spécialement moi. On était installés dans la douleur, depuis longtemps, je crois. Quelle douleur ? La douleur de ne pas savoir qui on est, où on est, du côté du bien, du côté du mal. Ce n'est pas facile. De quoi parlez-vous ? De la colonisation. De sang mêlé est une musique. Ni essai ni roman autobiographique, mais probablement un peu des deux, le livre de Dominique Rolland est une polyphonie de chroniques sur l'Indochine passée et le Viêt-nam contemporain ; où l'on voit le touriste déambuler, en chasse du poncif de la photo de rizière avec paysannes aux chapeaux coniques affleurant l'eau çà et là ; où l'on croise la parole de quelques vieux combattants Vietnamiens encore usés à la francophonie ; où l'on observe les cicatrices des guerres, l'agitation de la ville, le cours de la vie... D'universelle, l'histoire devient alors personnelle, avec l'irrésistible besoin de comprendre. De sang mêlé est un regard porté sur l'héritage colonial et sur le métissage. La condition du métis, cet enfant du colonialisme, se dilue inévitablement dans deux cultures au point que les identités se troublent. Les sangs se mêlent et les identités s'emmêlent. De sang mêlé est cette musique-là.