share_book
Envoyer cet article par e-mail

La gloire et la puissance: Histoire de la culture équestre XVI e-XIXe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La gloire et la puissance: Histoire de la culture équestre XVI e-XIXe siècle

La gloire et la puissance: Histoire de la culture équestre XVI e-XIXe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La gloire et la puissance: Histoire de la culture équestre XVI e-XIXe siècle"

Longtemps, la fortune et la puissance on été jugées à l’aune du nombre des chevaux, de la magnificence des écuries ou des attelages, de l’élégance du dressage ou de la race des bêtes.  De François Ier à Napoléon III, les activités équestres de tous ordres furent créatrices d’un sentiment distinctif pour ceux qui les pratiquaient et d’une conception de la différenciation pour ceux qui n’y participaient pas. La culture équestre peut alors se lire autant comme l’un des facteurs de la continuité des visions aristocratiques que s’envisager comme l’un des théâtres de la transformation des représentations du pouvoir. Et dans ce jeu subtil entre permanence et continuité, les Anglais furent – comme en démocratie et ce n’est pas un hasard – des rénovateurs et des inventeurs copiés dans tout l’Occident. Que l’on songe aux courses de chevaux, aux rituels vestimentaires et sociaux qu’elles génèrent, ou encore au Jockey club… Avec l’érudition et le talent de plume que les lecteurs d’Histoire des choses banales ou d’Humeurs vagabondes apprécient tant, Daniel Roche continue son exploration de la culture équestre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 488  pages
  • Dimensions :  3.0cmx15.2cmx23.4cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Divers Histoire
  • ISBN :  2213666075
  • EAN13 :  9782213666075
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Daniel Roche

Les circulations dans l'Europe moderne

Daniel RocheLes circulations dans l’Europe moderne XVIIe- XVIIIe sièclesProfesseur au Collège de France, Daniel Roche a consacré de nombreux livres à la France du XVIIIe siècle, notamment La France des Lumières (Fayard).La société d’Ancien Régime n’est pas cette société figée et...

Humeurs vagabondes

On a pris l'habitude d'opposer les sociétés contemporaines aux sociétés anciennes fixes et stables, immobiles et localisées, où tout le malheur de l'homme provenait de ce qu'il ne savait rester dans sa chambre et à sa place. Les mouvements étaient restreints dans un espace limité, la [.....

La Culture équestre occidentale, XVIe-XIXe siècle, L'ombre du cheval : Tome 1, Le cheval moteur, Essai sur l'utilité équestre

Un siècle et quelque après l'invention du moteur à explosion, l'Occident presque totalement oublié le rôle qu'a joué le cheval dans son histoire, qu'il s'agisse de son usage économique et guerrier ou de ses fonctions symbolique, politique et culturelle. Comment le rapport des hommes à la gen...

Voir tous les livres de Daniel Roche

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Longtemps, la fortune et la puissance on été jugées à l’aune du nombre des chevaux, de la magnificence des écuries ou des attelages, de l’élégance du dressage ou de la race des bêtes.  De François Ier à Napoléon III, les activités équestres de tous ordres furent créatrices d’un sentiment distinctif pour ceux qui les pratiquaient et d’une conception de la différenciation pour ceux qui n’y participaient pas. La culture équestre peut alors se lire autant comme l’un des facteurs de la continuité des visions aristocratiques que s’envisager comme l’un des théâtres de la transformation des représentations du pouvoir. Et dans ce jeu subtil entre permanence et continuité, les Anglais furent – comme en démocratie et ce n’est pas un hasard – des rénovateurs et des inventeurs copiés dans tout l’Occident. Que l’on songe aux courses de chevaux, aux rituels vestimentaires et sociaux qu’elles génèrent, ou encore au Jockey club… Avec l’érudition et le talent de plume que les lecteurs d’Histoire des choses banales ou d’Humeurs vagabondes apprécient tant, Daniel Roche continue son exploration de la culture équestre.