share_book
Envoyer cet article par e-mail

Politique de santé et principe de précaution

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Politique de santé et principe de précaution

Politique de santé et principe de précaution

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Politique de santé et principe de précaution"

Les questions d'environnement telles qu'elles se présentent à l'échelle de la planète ont été l'occasion première de formuler le principe de précaution. Ce principe n'a pas manqué de peser sur les politiques de santé. Des OGM à la « vache folle », aux pandémies de grippe aviaire puis A (H1N1) et demain aux nanotechnologies, la nécessité s'impose de distinguer entre risques réels et risques perçus. De récentes décisions de justice sur l'implantation d'antennes de téléphones portables ont été prises au nom de la santé publique. La confusion des esprits se révèle d'autant plus grande que les médias ont propension à jouer du catastrophisme. L'expertise scientifique se trouve systématiquement suspectée d'insincérité. Comment garantir l'objectivité des données à partir desquelles un véritable débat pourrait se développer ? Peut-on imaginer une instance qui serait dégagée de l'influence des pouvoirs politiques et économiques comme des associations militantes ? Notre pays ne doit-il pas en ces matières rehausser ses exigences scientifiques, comme l'Europe a décidé de le faire ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 264  pages
  • Dimensions :  1.8cmx12.4cmx18.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Quadrige
  • ISBN :  2130589863
  • EAN13 :  9782130589860
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Lecourt

La philosophie des sciences

Dans l'élan de la révolution industrielle, le XIXe siècle a forgé le projet d'une « philosophie des sciences » pour faire face aux défis intellectuels et sociaux des sciences physico-chimiques. Ainsi est née une discipline associant les compétences des scientifiques et celles des [.......

Georges Canguilhem

De Georges Canguilhem (1904-1995), Michel Foucault a écrit qu'il fut son maître et l'a présenté comme l'inspirateur secret des années soixante en France. Philosophe, docteur en médecine, il fut un historien des sciences dans la tradition de Gaston Bachelard et s'appliqua à penser les [.......

L'âge de la peur : Science, éthique et société

OGM, nanotechnologies, épidémies, réchauffement climatique, clonage, trous noirs... les découvertes scientifiques sont de plus en plus sources d'inquiétudes. Pour contrer ce sentiment de peur, aussi diffus que paralysant, Dominique Lecourt nous délivre dans ces chroniques un savoir précis,...

Voir tous les livres de Dominique Lecourt

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Les questions d'environnement telles qu'elles se présentent à l'échelle de la planète ont été l'occasion première de formuler le principe de précaution. Ce principe n'a pas manqué de peser sur les politiques de santé. Des OGM à la « vache folle », aux pandémies de grippe aviaire puis A (H1N1) et demain aux nanotechnologies, la nécessité s'impose de distinguer entre risques réels et risques perçus. De récentes décisions de justice sur l'implantation d'antennes de téléphones portables ont été prises au nom de la santé publique. La confusion des esprits se révèle d'autant plus grande que les médias ont propension à jouer du catastrophisme. L'expertise scientifique se trouve systématiquement suspectée d'insincérité. Comment garantir l'objectivité des données à partir desquelles un véritable débat pourrait se développer ? Peut-on imaginer une instance qui serait dégagée de l'influence des pouvoirs politiques et économiques comme des associations militantes ? Notre pays ne doit-il pas en ces matières rehausser ses exigences scientifiques, comme l'Europe a décidé de le faire ?