share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ruiner les vérités sacrées - Poésie et croyance

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ruiner les vérités sacrées - Poésie et croyance

Ruiner les vérités sacrées - Poésie et croyance

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ruiner les vérités sacrées - Poésie et croyance"

" Kafka craignit toujours de périr de la vérité, de la seule vérité qu'il connaissait, qui était d'avoir foi en son engagement en tant qu'écrivain. Qu'est©ce que cela peut bien signifier d'avoir foi en l'alliance, non pas entre Yahvé et le peuple juif, mais entre le fait d'écrire et un écrivain ? Gregor Samsa est un solitaire (son nom de famille peut se traduire du tchèque par "je suis seul"), un voyageur de commerce, et une sorte de paria ou de proscrit, au moins selon sa propre vision tourmentée. Sa célèbre métamorphose en une sorte d'énorme insecte s'accomplit dans la première phrase de l'histoire. Le sort de Gregor est certain mais sans espoir ; il y a plein d'espoir, pour l'écriture comme pour Dieu, mais aucun pour Gregor. La loi, qui est l'état de choses, y compris l'énorme dette de ses parents vis©à©vis de son employeur, est essentiellement une compulsion universelle de répétition. Aucune ironie, si habilement maniée qu'elle soit, ne peut représenter la compulsion de répétition comme la Loi des Juifs. L'employeur de Samsa n'est donc pas Yahvé mais une autre version du Démiurge gnostique, qui gouverne le vide cosmologique dans lequel nous habitons. Le seul désir furieux de commander que connaissait Kafka était son désir implicite de ne pas être interprété. Il ne peut y avoir de cohérence ultime à mon interprétation gnostique (ni à celle de Scholem, ou de Benjamin, ou de Heller, ou de quiconque) parce que Kafka refuse la quête gnostique d'un Dieu étranger, de sa propre étincelle ou pneuma rejoignant l'abîme originel quelque part hors de ce monde... "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 240  pages
  • Dimensions :  2.2cmx12.0cmx19.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Circé Paru le
  • Collection : Bibliothèque critique
  • ISBN :  2842420004
  • EAN13 :  9782842420000
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Harold Bloom

Anatomía de la influencia

«Harold Bloom, el gran crítico literario de Estados Unidos, logra en Anatomía de la influencia una magistral conexión a través del canon literario y su propia vida con su impresionante y habitual elocuencia.» Publishers Weekly «La crítica, [Bloom] cree, debe ser “personal y apasionada” y, ...

How to Read and Why

Harold Bloom's urgency in How to Read and Why may have much to do with his age. He brackets his combative, inspiring manual with the news that he is nearing 70 and hasn't time for the mediocre. (One doubts that he ever did.) Nor will he countenance such fashionable notions as the death of the author...

Voir tous les livres de Harold Bloom

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Kafka craignit toujours de périr de la vérité, de la seule vérité qu'il connaissait, qui était d'avoir foi en son engagement en tant qu'écrivain. Qu'est©ce que cela peut bien signifier d'avoir foi en l'alliance, non pas entre Yahvé et le peuple juif, mais entre le fait d'écrire et un écrivain ? Gregor Samsa est un solitaire (son nom de famille peut se traduire du tchèque par "je suis seul"), un voyageur de commerce, et une sorte de paria ou de proscrit, au moins selon sa propre vision tourmentée. Sa célèbre métamorphose en une sorte d'énorme insecte s'accomplit dans la première phrase de l'histoire. Le sort de Gregor est certain mais sans espoir ; il y a plein d'espoir, pour l'écriture comme pour Dieu, mais aucun pour Gregor. La loi, qui est l'état de choses, y compris l'énorme dette de ses parents vis©à©vis de son employeur, est essentiellement une compulsion universelle de répétition. Aucune ironie, si habilement maniée qu'elle soit, ne peut représenter la compulsion de répétition comme la Loi des Juifs. L'employeur de Samsa n'est donc pas Yahvé mais une autre version du Démiurge gnostique, qui gouverne le vide cosmologique dans lequel nous habitons. Le seul désir furieux de commander que connaissait Kafka était son désir implicite de ne pas être interprété. Il ne peut y avoir de cohérence ultime à mon interprétation gnostique (ni à celle de Scholem, ou de Benjamin, ou de Heller, ou de quiconque) parce que Kafka refuse la quête gnostique d'un Dieu étranger, de sa propre étincelle ou pneuma rejoignant l'abîme originel quelque part hors de ce monde... "