share_book
Envoyer cet article par e-mail

La fantaisie post-romantique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La fantaisie post-romantique

La fantaisie post-romantique

Collectif,   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La fantaisie post-romantique"

Des écrivains aussi divers que Hugo, Nerval, Gautier, Champfleury ou les frères Goncourt se sont réclamés de la fantaisie, dessinant en cela un paysage littéraire allant du pittoresque blagueur au merveilleux, du fantasque au fantastique, du grotesque à l'arabesque, de la vraisemblance contestée à la satire, la caricature, la parodie ou la pantomime. La fantaisie, c'est aussi l'excentricité sous toutes ses formes : excentricité narrative, personnages d'excentriques chers à Champfleury, excentricité sociale des bohèmes et des dandys. C'est bien la muse de " la génération poétique de 1860 ". Mais si cette fantaisie prétend être l'expression de l'imagination créatrice, il arrive aussi qu'elle rencontre les codes journalistiques : elle s'incarne alors dans la prose blagueuse d'Aurélien Scholl ou de Charles Monselet. Les contributions de ce volume adoptent d'abord une perspective sociocritique ou historienne qui, sans négliger les minores, explore une période relativement peu connue de l'histoire littéraire (1845-1860), au carrefour du réalisme et du renouveau des formes poétiques. Une approche " poéticienne " analyse en outre la fantaisie, dans sa rhétorique et ses modalités, comme catégorie esthétique. On voit en quoi cette réflexion peut enrichir notre compréhension des modernités littéraires.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 648  pages
  • Dimensions :  3.6cmx13.6cmx22.0cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Toulouse Pu Mirail Paru le
  • Collection : Cribles
  • ISBN :  285816648X
  • EAN13 :  9782858166480
  • Classe Dewey :  809
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Louis Cabanès

Critique et théorie littéraires en France (1800-2000)

Dans la période où Lumières et Romantisme s'interpénètrent encore, l'idée de littérature se transforme, les poétiques normatives sont souvent mises en cause, tandis que le jugement critique s'effectue soit au nom d'une sensibilité esthétique, soit en prenant en compte l'historicité des...

Prix : 273.75 DH

Voir tous les livres de Jean-Louis Cabanès

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Des écrivains aussi divers que Hugo, Nerval, Gautier, Champfleury ou les frères Goncourt se sont réclamés de la fantaisie, dessinant en cela un paysage littéraire allant du pittoresque blagueur au merveilleux, du fantasque au fantastique, du grotesque à l'arabesque, de la vraisemblance contestée à la satire, la caricature, la parodie ou la pantomime. La fantaisie, c'est aussi l'excentricité sous toutes ses formes : excentricité narrative, personnages d'excentriques chers à Champfleury, excentricité sociale des bohèmes et des dandys. C'est bien la muse de " la génération poétique de 1860 ". Mais si cette fantaisie prétend être l'expression de l'imagination créatrice, il arrive aussi qu'elle rencontre les codes journalistiques : elle s'incarne alors dans la prose blagueuse d'Aurélien Scholl ou de Charles Monselet. Les contributions de ce volume adoptent d'abord une perspective sociocritique ou historienne qui, sans négliger les minores, explore une période relativement peu connue de l'histoire littéraire (1845-1860), au carrefour du réalisme et du renouveau des formes poétiques. Une approche " poéticienne " analyse en outre la fantaisie, dans sa rhétorique et ses modalités, comme catégorie esthétique. On voit en quoi cette réflexion peut enrichir notre compréhension des modernités littéraires.