share_book
Envoyer cet article par e-mail

Cent visages énigmatiques de la peinture

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Cent visages énigmatiques de la peinture

Cent visages énigmatiques de la peinture

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Cent visages énigmatiques de la peinture"

    Autant que des traits, le portrait inscrit un nom : celui d’un homme mais aussi celui de l’artiste qui le peint. Celui-ci, par sa gloire, garantissant la gloire de celui-là : qui se souviendrait du roublard Andrea Odoni si Lotto ne l’avait peint ? Qui se souviendrait de l’ennuyeuse Signora del Giocondo sans Léonard ? En dessinant les traits d’un homme, le peintre fige pour l’éternité un visage qui, de ce fait, devient plus ressemblant que cette réalité mouvante que fut sa physionomie au fil des ans. En ce sens, un portrait n’est pas simple reproduction – et non imitation – d’une physionomie, mais un témoignage de l’intemporalité qui gît dans un visage et donc de sa dimension morale. Au fil des pages, à contempler ces effigies, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, que Gérard-Julien Salvy scrute à la loupe, on réalise qu’elles recèlent des énigmes sans nombre. D’abord parce que le portrait, qui semblerait la plus anodine des disciplines de la peinture, est en fait celle qui concentre le plus grand nombre de questions touchant à un au-delà de la représentation et avant tout au rapport avec la mort, bien avant la photographie. Ensuite parce que, en peignant les traits d’un autre, l’artiste exécute, par ses choix, son « autoportrait par procuration » d’où un feuilletage vertigineux de leurre et de probité cachés sous la physionomie muette de la centaine de modèles réunis ici et que Gérard-Julien Salvy soumet avec finesse et sagacité à l’interrogatoire de l’historien de l’art.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 360  pages
    • Dimensions :  3.0cmx23.0cmx26.0cm
    • Poids : 1800.8g
    • Editeur :   Hazan Paru le
    • Collection : Beaux Arts
    • ISBN :  2754105549
    • EAN13 :  9782754105545
    • Classe Dewey :  700
    • Langue : Français

    D'autres livres de Gérard-Julien Salvy

    Cent énigmes de la peinture

    La contemplation d’un tableau ne se résume pas à une simple expérience visuelle. Depuis des siècles, le langage muet de la peinture est riche en équivoques et attisant sans cesse notre curiosité, à la suite de celle des collectionneurs et des historiens de l’art. Ce livre recense et [....

    Guido Reni

    Peintre longtemps négligé, Guido Reni (1575-1642) est depuis une cinquantaine d'années restauré à son juste rang, celui d'artiste majeur de la Renaissance. Peintre à la recherche de l'idéal classique, il fut aussi l'un des annonciateurs de l'âge baroque. Formé à Bologne dans l'atelier du p...

    Le Caravage

    " Mon métier est celui de peintre. Quand je dis qu'un homme a du talent, je veux dire qu'il réussit dans son art ; ainsi, un peintre de talent est un peintre qui peint bien, et qui imite bien les choses de la nature." Depuis qu'il a été redécouvert, il y a moins d'un siècle, le Caravage (1571-...

    Voir tous les livres de Gérard-Julien Salvy

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Autant que des traits, le portrait inscrit un nom : celui d’un homme mais aussi celui de l’artiste qui le peint. Celui-ci, par sa gloire, garantissant la gloire de celui-là : qui se souviendrait du roublard Andrea Odoni si Lotto ne l’avait peint ? Qui se souviendrait de l’ennuyeuse Signora del Giocondo sans Léonard ? En dessinant les traits d’un homme, le peintre fige pour l’éternité un visage qui, de ce fait, devient plus ressemblant que cette réalité mouvante que fut sa physionomie au fil des ans. En ce sens, un portrait n’est pas simple reproduction – et non imitation – d’une physionomie, mais un témoignage de l’intemporalité qui gît dans un visage et donc de sa dimension morale. Au fil des pages, à contempler ces effigies, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, que Gérard-Julien Salvy scrute à la loupe, on réalise qu’elles recèlent des énigmes sans nombre. D’abord parce que le portrait, qui semblerait la plus anodine des disciplines de la peinture, est en fait celle qui concentre le plus grand nombre de questions touchant à un au-delà de la représentation et avant tout au rapport avec la mort, bien avant la photographie. Ensuite parce que, en peignant les traits d’un autre, l’artiste exécute, par ses choix, son « autoportrait par procuration » d’où un feuilletage vertigineux de leurre et de probité cachés sous la physionomie muette de la centaine de modèles réunis ici et que Gérard-Julien Salvy soumet avec finesse et sagacité à l’interrogatoire de l’historien de l’art.