share_book
Envoyer cet article par e-mail

Etudes sur l'amour

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Etudes sur l'amour

Etudes sur l'amour

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Etudes sur l'amour"

« Depuis deux siècles, on parle beaucoup des amours et peu de l'amour. Tandis que toutes les époques, depuis les beaux temps de la Grèce, ont eu une grande théorie des sentiments, les deux derniers siècles en sont totalement dépourvus. Oublions les gesticolations romantiques. Notre description de l'amour est l'inverse de celle de Stendhal. Stendhal avait la tête remplie de théories, mais il n'avait pas les dons d'un théoricien. L'état amoureux est tout d'abord un phénomène de l'attention, un état anormal de l'attention qui se produit chez l'homme. Le mysticisme est aussi un phénomène de l'attention. La première chose que nous propose la technique mystique est que nous fixions notre attention sur quelque chose. Il faut prêter notre attention à quelque chose, simplement comme moyen de détourner l'attention de tout le reste du monde. L'étude De l'Amour de Stendhal est l'un des livres les plus lus. Mais cette fameuse théorie de l'amour comme cristallisation est-elle certaine ? Cette théorie, en résumé, qualifie l'amour de fiction constitutive. Ce n'est pas que l'amour soit parfois dans l'erreur, c'est qu'il est, par essence, une erreur. Pour Stendhal l'amour est moins qu'aveugle : il est visionnaire. Non seulement il ne voit pas le réel, mais il le remplace par autre chose. Un jour la fantasmagorie s'évanouit et avec elle meurt l'amour. Cette théorie est une sécrétion typique de l'Européen du XIXe siècle. Elle en a les deux traits caractéristiques : l'idéalisme et le pessimisme. Dans le cas de Stendhal, il n'y a aucun doute. Il s'agit d'un homme qui n'a jamais vraiment aimé et qui surtout ne fut jamais vraiment aimé. Il n'a pas connu le symptôme suprême du véritable amour : être au côté de l'aimé, dans un contact, dans une proximité plus profonde que la proximité spatiale. C'est être vitalement avec l'autre. Le mot le plus exact, mais trop technique, serait : être ontologiquement avec l'aimé, fidèle à son destin, quel qu'il soit. »

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 158  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx16.2cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages poches
  • ISBN :  2743612118
  • EAN13 :  9782743612115
  • Classe Dewey :  864.6
  • Langue : Français

D'autres livres de José Ortega y Gasset

La révolte des masses

Paru en 1937 dans sa traduction française, soit sept ans après sa publication en Espagne (1930) sous le titre La rebellion de las masos, La révolte des masses demeure un opus majeur de la littérature intellectuelle mondiale. Et son auteur, le philosophe José Ortega y Gasset (1883-1955), [......

La déshumanisation de l'art : Suivi de Idées sur le roman et de L'art au présent et au passé

En 1925, face à ce qu'il perçoit comme une crise culturelle de 1'Occident, José Ortega y Gassez s'interroge sur l'évolution des formes artistiques vers un " art nouveau " sans forme humaine où prédominent le jeu et le non-sens. La Déshumanisation de l'art explore. les conséquences esthétiqu...

Méditations sur la chasse

En ce début de XXIe siècle, la chasse n'a pas bonne presse. Mais pourquoi donc l'homme contemporain pratique-t-il encore cette activité immémoriale qui apparaît anachronique à certains ? Le philosophe espagnol José Ortega y Gasset répond à cette question en explorant l'âme humaine et en r...

Voir tous les livres de José Ortega y Gasset

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Depuis deux siècles, on parle beaucoup des amours et peu de l'amour. Tandis que toutes les époques, depuis les beaux temps de la Grèce, ont eu une grande théorie des sentiments, les deux derniers siècles en sont totalement dépourvus. Oublions les gesticolations romantiques. Notre description de l'amour est l'inverse de celle de Stendhal. Stendhal avait la tête remplie de théories, mais il n'avait pas les dons d'un théoricien. L'état amoureux est tout d'abord un phénomène de l'attention, un état anormal de l'attention qui se produit chez l'homme. Le mysticisme est aussi un phénomène de l'attention. La première chose que nous propose la technique mystique est que nous fixions notre attention sur quelque chose. Il faut prêter notre attention à quelque chose, simplement comme moyen de détourner l'attention de tout le reste du monde. L'étude De l'Amour de Stendhal est l'un des livres les plus lus. Mais cette fameuse théorie de l'amour comme cristallisation est-elle certaine ? Cette théorie, en résumé, qualifie l'amour de fiction constitutive. Ce n'est pas que l'amour soit parfois dans l'erreur, c'est qu'il est, par essence, une erreur. Pour Stendhal l'amour est moins qu'aveugle : il est visionnaire. Non seulement il ne voit pas le réel, mais il le remplace par autre chose. Un jour la fantasmagorie s'évanouit et avec elle meurt l'amour. Cette théorie est une sécrétion typique de l'Européen du XIXe siècle. Elle en a les deux traits caractéristiques : l'idéalisme et le pessimisme. Dans le cas de Stendhal, il n'y a aucun doute. Il s'agit d'un homme qui n'a jamais vraiment aimé et qui surtout ne fut jamais vraiment aimé. Il n'a pas connu le symptôme suprême du véritable amour : être au côté de l'aimé, dans un contact, dans une proximité plus profonde que la proximité spatiale. C'est être vitalement avec l'autre. Le mot le plus exact, mais trop technique, serait : être ontologiquement avec l'aimé, fidèle à son destin, quel qu'il soit. »