share_book
Envoyer cet article par e-mail

Utopie et désenchantement

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Utopie et désenchantement

Utopie et désenchantement

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Utopie et désenchantement"

Certes on ne peut qu'être un peu déçu en découvrant le nouveau livre de Claudio Magris. Après l'extraordinaire Microcosmes, à la fois récit de voyage, enquête culturelle et fiction, on espérait que l'écrivain italien s'essaierait à nouveau à mélanger les genres. Cette alchimie étrange au terme de laquelle le récit de voyage pose les bases d'une fiction, a donné naissance ces dernières années à des chefs-d'oeuvre comme Danube, ou, en allemand, les trois superbes récits de W.G. Sebald publiés par les éditions Actes Sud. Passée cette première déception, on se livre complètement à la lecture de cet Utopie et désenchantement qui est un épais recueil d'articles. Littérature, ethnographie, questions identitaires... on retrouve, étalés sur vingt-cinq ans, les thèmes de prédilection qui parcourent l'oeuvre de Magris qui s'est construit, depuis Danube, une identité d'écrivain. Natif de Trieste, les yeux rivés sur la frontière Italo-slovène qui, au cours du siècle dernier, changea si souvent, il est «l'écrivain de la frontière» ; de la nécessité de s'ouvrir à l'autre et de ne construire sa propre identité que dans l'ouvert. Il faut connaître sa culture et en même temps connaître la relativité du regard que l'on porte sur les autres. Et c'est précisément quand il applique ces préceptes que Claudio Magris est le plus intéressant. Quand, délaissant Trieste, il consacre cinq pages au récit de Johan Turi, «l'Homère des Lapons» ; quand, dans la foulée, il étudie cet autre grand texte des peuples du nord, l'autobiographie de George Quppersimaan ; quand, il évoque en une longue et passionnante étude un écrivain du XIXe peu estimé car excessivement prolifique, Charles Sealsfield. Alors, il se révèle être un extraordinaire passeur de textes. Car dans une langue superbe, claire et balancée, il parvient sans cuistrerie à donner des clés pour la lecture, sans réduire le texte à ses propres obsessions. Il indique des pistes, des textes peu lus, ouvre des fenêtres par lesquelles s'envoler. --Arnaud Bertina--

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 447  pages
  • Dimensions :  3.0cmx13.2cmx21.6cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Gallimard 
  • Collection : L'arpenteur
  • ISBN :  2070756904
  • EAN13 :  9782070756902
  • Classe Dewey :  854.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Claudio Magris

Danube

Danube se présente comme le journal d'un voyage sentimental des sources au delta du grand fleuve, de la Forêt-Noire à la mer Noire, où l'évocation des paysages débouche sur celle d'oeuvres littéraires, où l'allusion à des événements tourne à la méditation historique, sans que soient ...

L'Exposition

Entre pièce de théâtre et livret d'opéra, L'exposition marque une nouvelle étape dans l'œuvre de Claudio Magris. Au cœur de cette fantaisie baroque et débridée se dresse la figure du peintre triestin Vito Timmel, mort en 1949 à l'asile psychiatrique. Esprit vagabond, anarchiste et bohème,...

Danube

Danube se présente comme le journal d'un voyage sentimental des sources au delta du grand fleuve, de la Forêt-Noire à la mer Noire, où l'évocation des paysages débouche sur celle d'oeuvres littéraires, où l'allusion à des événements tourne à la méditation historique, sans que soient dé...

Une autre mer

A travers la vie d'un de ses amis, Claudio Magris fait revivre Carlo Michelstaedter, génie précoce mort à 22 ans. Mais c'est tout le XXe siècle qui renaît dans ce roman inépuisable avec ses guerres et ses souffrances. Un oeuvre magistrale, une leçon de vie....

Voir tous les livres de Claudio Magris

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Certes on ne peut qu'être un peu déçu en découvrant le nouveau livre de Claudio Magris. Après l'extraordinaire Microcosmes, à la fois récit de voyage, enquête culturelle et fiction, on espérait que l'écrivain italien s'essaierait à nouveau à mélanger les genres. Cette alchimie étrange au terme de laquelle le récit de voyage pose les bases d'une fiction, a donné naissance ces dernières années à des chefs-d'oeuvre comme Danube, ou, en allemand, les trois superbes récits de W.G. Sebald publiés par les éditions Actes Sud. Passée cette première déception, on se livre complètement à la lecture de cet Utopie et désenchantement qui est un épais recueil d'articles. Littérature, ethnographie, questions identitaires... on retrouve, étalés sur vingt-cinq ans, les thèmes de prédilection qui parcourent l'oeuvre de Magris qui s'est construit, depuis Danube, une identité d'écrivain. Natif de Trieste, les yeux rivés sur la frontière Italo-slovène qui, au cours du siècle dernier, changea si souvent, il est «l'écrivain de la frontière» ; de la nécessité de s'ouvrir à l'autre et de ne construire sa propre identité que dans l'ouvert. Il faut connaître sa culture et en même temps connaître la relativité du regard que l'on porte sur les autres. Et c'est précisément quand il applique ces préceptes que Claudio Magris est le plus intéressant. Quand, délaissant Trieste, il consacre cinq pages au récit de Johan Turi, «l'Homère des Lapons» ; quand, dans la foulée, il étudie cet autre grand texte des peuples du nord, l'autobiographie de George Quppersimaan ; quand, il évoque en une longue et passionnante étude un écrivain du XIXe peu estimé car excessivement prolifique, Charles Sealsfield. Alors, il se révèle être un extraordinaire passeur de textes. Car dans une langue superbe, claire et balancée, il parvient sans cuistrerie à donner des clés pour la lecture, sans réduire le texte à ses propres obsessions. Il indique des pistes, des textes peu lus, ouvre des fenêtres par lesquelles s'envoler. --Arnaud Bertina--