share_book
Envoyer cet article par e-mail

Trois traités pour les animaux

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Trois traités pour les animaux

Trois traités pour les animaux

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Trois traités pour les animaux"

Rousseau cite Amyot qui traduit Plutarque que lit Montaigne. Ils s'entretiennent les uns avec les autres et nous parlent de la différence entre vivants humains et non humains, de la raison du plus fort qui est toujours la meilleure, de la transmigration des âmes, de la vulnérabilité de toute chair, de l'introuvable propre de l'homme, de la portée du meurtre, de la vertu d'humanité, du vivre ensemble sur la terre. Et nous, que disons-nous ? Pourquoi ne pas essayer de nous mêler à cette conversation, notre héritage, et de la poursuivre à travers les mots, à propos des choses de la réalité contemporaine ? Paradoxalement, l'entrée dans l'ère du technocosme ne nous permet plus de nous dérober à la question animale ; le mutisme de la solitude et de la souffrance nous interroge comme une énigme ontologique autant que comme une inquiétude d'ordre éthique et juridique. Il se pourrait que dans un vieux Plutarque reposent l'humus et l'humilité qui nous affranchissent des cultures hors sol et rendent l'humanisme un peux moins arrogant.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 217  pages
  • Dimensions :  1.8cmx11.6cmx18.8cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   P.O.L. Paru le
  • Collection : Elisabet Badint
  • ISBN :  2867441978
  • EAN13 :  9782867441974
  • Langue : Français

D'autres livres de Plutarque

Conseils aux politiques pour bien gouverner

Pour Plutarque, le grand moraliste de l'Antiquité, la philosophie et la politique sont liées : si la philosophie est une vision de la vie, la politique en est la réalisation. Ce traité, adressé à un jeune ami promis à une brillante carrière d'homme d'État, se présente comme une série [...

Comment tirer profit de ses ennemis

" Il faut toujours avoir la bouche pleine de sucre pour confire les paroles car les ennemis y prennent goût ", écrivait Bahasar Gracian. Tel semble être le credo de Plutarque dans son traité sur La manière de distinguer le flatteur d'avec l'ami. Pourtant, si les vieilles routines de la flatteri...

La Sérénité intérieure

La Sérénité intérieure rassemble les considérations morales sur la tranquillité de l'âme que Plutarque envoie à Paccius, sénateur romain. Le ton, familier et immédiat, est celui de la correspondance, tandis que profonde et rationnelle est la quête d'un parfait équilibre qui sait [.......

Dialogue sur l'amour

Isménodore, belle et riche veuve, s'est éprise du très convoité Bacchon, son cadet de plusieurs années. L'indignation est grande, notamment parmi les amoureux de Bacchon qui pointent tout autant la différence d'âge du couple que l'amour d'un homme pour une femme. Le mariage semble [....]...

Voir tous les livres de Plutarque

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Rousseau cite Amyot qui traduit Plutarque que lit Montaigne. Ils s'entretiennent les uns avec les autres et nous parlent de la différence entre vivants humains et non humains, de la raison du plus fort qui est toujours la meilleure, de la transmigration des âmes, de la vulnérabilité de toute chair, de l'introuvable propre de l'homme, de la portée du meurtre, de la vertu d'humanité, du vivre ensemble sur la terre. Et nous, que disons-nous ? Pourquoi ne pas essayer de nous mêler à cette conversation, notre héritage, et de la poursuivre à travers les mots, à propos des choses de la réalité contemporaine ? Paradoxalement, l'entrée dans l'ère du technocosme ne nous permet plus de nous dérober à la question animale ; le mutisme de la solitude et de la souffrance nous interroge comme une énigme ontologique autant que comme une inquiétude d'ordre éthique et juridique. Il se pourrait que dans un vieux Plutarque reposent l'humus et l'humilité qui nous affranchissent des cultures hors sol et rendent l'humanisme un peux moins arrogant.