share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Roman et le sens de la vie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Roman et le sens de la vie

Le Roman et le sens de la vie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Roman et le sens de la vie"

Dans Voyage au Phare, Virginia Woolf parle de " la vieille question qui continuellement traverse le ciel de la pensée, la vaste question générale ", qui accapare soudain I.ili Rriscoc. Cette question n'est rien moins que celle-ci : " Quel est le sens de la vie ? ". Et c'est au même personnage qu'on doit la remarque qu'il s'agit d'un " simple slogan, glané dans quelque livre, qui ne s'ajustait que vaguement à sa pensée ". " Le sens de la vie " : l'expression porte à sourire, tant elle semble usée et formulaire. On s'étonnera donc que j'aie inscrit clans le titre de ce livre pareil " slogan ", sans prendre la précaution de le mettre en italique ou de l'inclure clans une question - ce que Briscoe fait avec plus de prudence. Si je n'ai pas choisi d'afficher une telle ironie, ce n'est pas parce que j'ai l'intention de donner une réponse (même complexe) à semblable question. Je montrerai plutôt que la question doit demeurer, comme une inquiétude, comme un partage. Ce que je veux souligner, avec sérieux, c'est l'articulation que le roman moderne opère quant à cc questionnement dont il fait sa matière mystérieuse. Ma thèse, si je la simplifie, est que le roman est l'un des lieux privilégiés où ce questionnement se réfléchit avec le plus d'ampleur, le plus de finesse, où se relance " la vieille question " mais selon des inflexions singulières, des réponses partielles, des apories indécidables. Je prolonge une intuition capitale de Walter Benjamin qui voit dans le roman moderne la recherche passionnée du sens de la vie pour des consciences séparées et solitaires. C'est cette intuition que je discute dans cet essai. Selon trois temps : d'abord une méditation théorique sur l'idée de " vie à soi " et les pouvoirs de la fiction, méditation qui appelle deux lectures d'oeuvres célèbres : La mort d'Ivan Iltitch de Tolstoï et Voyage au Phare de Woolf. Car c'est en nouant le plus personnel avec l'impersonnel que le romancier sait nous donner à penser la vie comme l'impossible totalité qui est la nôtre et qui ne cesse de nous échapper. Dominique Rabaté.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 112  pages
  • Dimensions :  1.0cmx13.4cmx21.4cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   José Corti Editions Paru le
  • Collection : Les essais
  • ISBN :  2714310192
  • EAN13 :  9782714310194
  • Classe Dewey :  809
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Rabaté

Marie NDiaye (1CD audio)

Un CD audio d'archives sonores, des documents visuels, un essai critique : une triple approche pour une plongée vivante et argumentée dans la littérature française contemporaine. Tel est le parti pris de la collection " Auteurs ". Elle a pour ambition de donner accès aux ressorts intimes de ...

Pascal Quignard

La collection " Ecrivains au présent " accompagne le lecteur dans la découverte des œuvres majeures d'aujourd'hui. Chaque ouvrage aborde un écrivain, étudie la singularité de ses livres, en interroge les enjeux et la démarche, les confronte à la pensée de notre temps. L'œuvre de Pascal ...

Le Chaudron fêlé : Ecarts de la littérature

Ce livre se place sous l'égide de Flaubert. Dans une page célèbre de Madame Bovary, le narrateur note : " comme si la plénitude de l'âme ne débordait pas quelquefois par les métaphores les plus vides, puisque personne, jamais, ne peut donner l'exacte mesure de ses besoins, ni de ses conceptio...

Voir tous les livres de Dominique Rabaté

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans Voyage au Phare, Virginia Woolf parle de " la vieille question qui continuellement traverse le ciel de la pensée, la vaste question générale ", qui accapare soudain I.ili Rriscoc. Cette question n'est rien moins que celle-ci : " Quel est le sens de la vie ? ". Et c'est au même personnage qu'on doit la remarque qu'il s'agit d'un " simple slogan, glané dans quelque livre, qui ne s'ajustait que vaguement à sa pensée ". " Le sens de la vie " : l'expression porte à sourire, tant elle semble usée et formulaire. On s'étonnera donc que j'aie inscrit clans le titre de ce livre pareil " slogan ", sans prendre la précaution de le mettre en italique ou de l'inclure clans une question - ce que Briscoe fait avec plus de prudence. Si je n'ai pas choisi d'afficher une telle ironie, ce n'est pas parce que j'ai l'intention de donner une réponse (même complexe) à semblable question. Je montrerai plutôt que la question doit demeurer, comme une inquiétude, comme un partage. Ce que je veux souligner, avec sérieux, c'est l'articulation que le roman moderne opère quant à cc questionnement dont il fait sa matière mystérieuse. Ma thèse, si je la simplifie, est que le roman est l'un des lieux privilégiés où ce questionnement se réfléchit avec le plus d'ampleur, le plus de finesse, où se relance " la vieille question " mais selon des inflexions singulières, des réponses partielles, des apories indécidables. Je prolonge une intuition capitale de Walter Benjamin qui voit dans le roman moderne la recherche passionnée du sens de la vie pour des consciences séparées et solitaires. C'est cette intuition que je discute dans cet essai. Selon trois temps : d'abord une méditation théorique sur l'idée de " vie à soi " et les pouvoirs de la fiction, méditation qui appelle deux lectures d'oeuvres célèbres : La mort d'Ivan Iltitch de Tolstoï et Voyage au Phare de Woolf. Car c'est en nouant le plus personnel avec l'impersonnel que le romancier sait nous donner à penser la vie comme l'impossible totalité qui est la nôtre et qui ne cesse de nous échapper. Dominique Rabaté.