share_book
Envoyer cet article par e-mail

Voyage autour du monde : Par la frégate la Boudeuse et la flûte l'Etoile

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Voyage autour du monde : Par la frégate la Boudeuse et la flûte l'Etoile

Voyage autour du monde : Par la frégate la Boudeuse et la flûte l'Etoile

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Voyage autour du monde : Par la frégate la Boudeuse et la flûte l'Etoile"

" Le grand frisson qu'éprouva Bougainville/Ce fut un soir à Nouméa/De voir les feux du Triangle immobile/Ruisseler sur les bougainvillées... " A ce détail près que Bougainville ne visita jamais La Nouvelle-Calédonie mais Tahiti - qu'il nomma la nouvelle Cythère " -, Jean Giraudoux a vu juste dans son destin : le navigateur lui-même l'a affirmé à son retour : " Je mets l'espoir de ma renommée dans une fleur. " Nourri de l'esprit de L'Encyclopédie, il est parti, écrit Diderot, " avec les lumières nécessaires et les qualités propres à ses vues : de la philosophie, du courage, de la véracité ; d'un coup d'oeil prompt qui saisit les choses et abrège le temps des observations ; de la circonspection, de la patience ; le désir de voir, de s'éclairer et d'instruire ; la science du calcul, des mécaniques, de la géométrie et de l'astronomie, et une teinture suffisante d'histoire naturelle ". Tel est l'homme qui fut le plus puissant propagateur en France du mythe des mers du Sud : en partie malgré lui, car il avait pour sa part trop de réalisme et de scepticisme. Rien à voir, pour autant, avec l'esprit méthodique et l'efficacité d'un Cook ; mais la culture et la curiosité d'un réel " honnête homme ", au sens où l'entend son siècle, entouré de compagnons aussi attentifs que lui. Leurs observations et leurs réflexions sont parmi celles qui fondent, pour longtemps, toute une vision, une pensée anthropologique dont nous sommes encore tributaires.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 292  pages
  • Dimensions :  1.4cmx12.6cmx18.4cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Editions La Découverte Paru le
  • Collection : La Découverte/Poche
  • ISBN :  2707148717
  • EAN13 :  9782707148711
  • Classe Dewey :  910.41
  • Langue : Français

D'autres livres de Louis-Antoine de Bougainville

Ecrits sur le Canada : Mémoire - Journal - Lettres

" L'air qui nourrit les sauvages, leur exemple, ces déserts immenses, tout inspire, tout offre l'indépendance", écrit Bougainville en janvier 1759. Et ces Sauvages, comme il les appelle, ont déteint sur les Canadiens qualifiés de "peuple le plus indocile et le plus indépendant". Ils ont inspir...

Voir tous les livres de Louis-Antoine de Bougainville

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Le grand frisson qu'éprouva Bougainville/Ce fut un soir à Nouméa/De voir les feux du Triangle immobile/Ruisseler sur les bougainvillées... " A ce détail près que Bougainville ne visita jamais La Nouvelle-Calédonie mais Tahiti - qu'il nomma la nouvelle Cythère " -, Jean Giraudoux a vu juste dans son destin : le navigateur lui-même l'a affirmé à son retour : " Je mets l'espoir de ma renommée dans une fleur. " Nourri de l'esprit de L'Encyclopédie, il est parti, écrit Diderot, " avec les lumières nécessaires et les qualités propres à ses vues : de la philosophie, du courage, de la véracité ; d'un coup d'oeil prompt qui saisit les choses et abrège le temps des observations ; de la circonspection, de la patience ; le désir de voir, de s'éclairer et d'instruire ; la science du calcul, des mécaniques, de la géométrie et de l'astronomie, et une teinture suffisante d'histoire naturelle ". Tel est l'homme qui fut le plus puissant propagateur en France du mythe des mers du Sud : en partie malgré lui, car il avait pour sa part trop de réalisme et de scepticisme. Rien à voir, pour autant, avec l'esprit méthodique et l'efficacité d'un Cook ; mais la culture et la curiosité d'un réel " honnête homme ", au sens où l'entend son siècle, entouré de compagnons aussi attentifs que lui. Leurs observations et leurs réflexions sont parmi celles qui fondent, pour longtemps, toute une vision, une pensée anthropologique dont nous sommes encore tributaires.