share_book
Envoyer cet article par e-mail

La nuit, tous les vieux sont gris : La Société contre la vieillesse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La nuit, tous les vieux sont gris : La Société contre la vieillesse

La nuit, tous les vieux sont gris : La Société contre la vieillesse

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La nuit, tous les vieux sont gris : La Société contre la vieillesse"

La nuit, tous les vieux sont gris. C'est dire bien entendu qu'ils ne le sont pas, que c'est notre regard qui nous les fait voir identiques. Tous seniors puis tous séniles. Tous gais retraités puis tous réactionnaires, passifs, radins et radoteurs. Marqués par la dépendance, les troubles du comportement, les détériorations et déficits en tous genres. Et par l' " Alzheimer ", cette maladie étrange dont on maîtrise mal le diagnostic et dont on ne connaît pas les causes. La nuit, tous les vieux sont gris. C'est dire qu'ils le deviennent, dans une société âgiste et inadaptée qui les conduit de plus en plus souvent à perdre la mémoire, la raison et le goût de vivre. Les vieux nous parlent. Ils nous apprennent qu'il est possible, moyennant certains aménagements, de bien vieillir. Dans son corps et surtout dans son esprit. Mais ils nous apprennent aussi que bien vieillir n'est socialement accessible qu'à une minorité d'entre eux... et d'entre nous. Et si nos vieux nous posaient simplement la question les voulons-nous vraiment vivants ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 348  pages
  • Dimensions :  3.2cmx13.6cmx20.4cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Bibliophane - Daniel Radford Paru le
  • Collection : Science cherche conscience
  • ISBN :  2869700830
  • EAN13 :  9782869700833
  • Classe Dewey :  305.26
  • Langue : Français

D'autres livres de Jérôme Pellissier

Ces troubles qui nous troublent

En proposant une approche des « troubles du comportement » (refus de manger, agitation et agressivité, errance, apathie...) centrée sur la compréhension du vécu de la personne malade, cet ouvrage clair et d'une grande lisibilité développe des pistes de réflexion et d'action destinées ...

Voir tous les livres de Jérôme Pellissier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La nuit, tous les vieux sont gris. C'est dire bien entendu qu'ils ne le sont pas, que c'est notre regard qui nous les fait voir identiques. Tous seniors puis tous séniles. Tous gais retraités puis tous réactionnaires, passifs, radins et radoteurs. Marqués par la dépendance, les troubles du comportement, les détériorations et déficits en tous genres. Et par l' " Alzheimer ", cette maladie étrange dont on maîtrise mal le diagnostic et dont on ne connaît pas les causes. La nuit, tous les vieux sont gris. C'est dire qu'ils le deviennent, dans une société âgiste et inadaptée qui les conduit de plus en plus souvent à perdre la mémoire, la raison et le goût de vivre. Les vieux nous parlent. Ils nous apprennent qu'il est possible, moyennant certains aménagements, de bien vieillir. Dans son corps et surtout dans son esprit. Mais ils nous apprennent aussi que bien vieillir n'est socialement accessible qu'à une minorité d'entre eux... et d'entre nous. Et si nos vieux nous posaient simplement la question les voulons-nous vraiment vivants ?