share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le royaume de Sobrarbe : Journal 2005

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le royaume de Sobrarbe : Journal 2005

Le royaume de Sobrarbe : Journal 2005

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le royaume de Sobrarbe : Journal 2005"

« Cette promenade-là, toute mélangée de graves inquiétudes pour le châssis de la voiture, pour les pneumatiques (qu?en effet il va falloir changer, a-t-on découvert hier...), et à propos de l?heure qui tournait, d?un hôtel à trouver, du danger de s?enliser et de l?absence de tout secours à espérer si le besoin s?en manifestait, cette promenade-là était éminemment frustrante, comme toujours les plus belles promenades, qui sont des idées de promenade, des projets de promenade, des marches pour une autre fois. Je veux dire que je ne rêve que de la refaire, celle-là, et mieux, plus à loisir, au cours d?une de ces vies qui ne se présentent jamais où le temps qu?on a dans sa gibecière est aussi énorme que l?espace offert à la vue sur des hauteurs pareilles. L?archi-objet du désir est un village abandonné nommé Morcat, je crois bien, dont on aperçoit le clocher, une haute tour carrée, de toutes les contrées à la ronde. Isolé, perdu, très difficile à atteindre (au moins pour les voyageurs pressés), il est pourtant, lui, en position de chef d?orchestre du sublime ? car si le sublime a un sens, en matière de paysage, c?est bien sur ces plateaux-là qu?il le rencontre, au sud de Boltaña, à l?ouest-sud-ouest d?Aínsa, près des sources du río Vero, dans l?ancien royaume de Sobrarbe. »

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 673  pages
  • Dimensions :  5.2cmx15.0cmx23.4cm
  • Poids : 1120.4g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : LITT.GENE.
  • ISBN :  2213629897
  • EAN13 :  9782213629896
  • Classe Dewey :  848.914 03
  • Langue : Français

D'autres livres de Renaud Camus

La grande déculturation

Amis du Désastre et Niveau-montistes sont formels : la culture s'est répandue dans toutes les couches de la population. Ce livre soutient le contraire. Si la culture s'est répandue, selon lui, c'est comme le lait de Perette : plus la culture est diffusée, moins il y en a pour chacun et moins ...

La dictature de la petite bourgeoisie

" Vous n'avez pas l'impression de vivre sous une dictature, soit. Il y a à cela deux raisons bien simples, à mon avis. La première raison, c'est que le dictateur c'est vous !... " Ce livre prend la forme d'un entretien mené par Marc du Saune. Poussé dans ses retranchements par son [....]...

Le Communisme du XXIe siècle

Sans contester la validité de la lutte contre le racisme ni l'honneur de ceux qui en furent les pionniers, Renaud Camus fustige l'aveuglement que le " communisme du XXIe siècle " (selon l'expression d'Alain Finkielkraut pour désigner l'antiracisme dogmatique), impose, en s'appuyant sur la [......

Répertoire des délicatesses du français contemporain

Exactitude étymologique d'une part, réalité linguistique de l'autre : la langue vit, se tord, oublie ses nuances, se les réapproprie quelquefois au détour d'un usage. La leçon de Renaud Camus ? S'immiscer dans le secret des mots, dans les rouages les plus délicats de notre grammaire, [.......

Voir tous les livres de Renaud Camus

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Cette promenade-là, toute mélangée de graves inquiétudes pour le châssis de la voiture, pour les pneumatiques (qu?en effet il va falloir changer, a-t-on découvert hier...), et à propos de l?heure qui tournait, d?un hôtel à trouver, du danger de s?enliser et de l?absence de tout secours à espérer si le besoin s?en manifestait, cette promenade-là était éminemment frustrante, comme toujours les plus belles promenades, qui sont des idées de promenade, des projets de promenade, des marches pour une autre fois. Je veux dire que je ne rêve que de la refaire, celle-là, et mieux, plus à loisir, au cours d?une de ces vies qui ne se présentent jamais où le temps qu?on a dans sa gibecière est aussi énorme que l?espace offert à la vue sur des hauteurs pareilles. L?archi-objet du désir est un village abandonné nommé Morcat, je crois bien, dont on aperçoit le clocher, une haute tour carrée, de toutes les contrées à la ronde. Isolé, perdu, très difficile à atteindre (au moins pour les voyageurs pressés), il est pourtant, lui, en position de chef d?orchestre du sublime ? car si le sublime a un sens, en matière de paysage, c?est bien sur ces plateaux-là qu?il le rencontre, au sud de Boltaña, à l?ouest-sud-ouest d?Aínsa, près des sources du río Vero, dans l?ancien royaume de Sobrarbe. »