share_book
Envoyer cet article par e-mail

Genève, 1993

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Genève, 1993

Genève, 1993

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Genève, 1993"

" Avène, avène ", chantonnait Rimbaud semblablement, dans un moment d'espérance, " que le beau temps t'amène ! " Un beau mot se faisait pour lui le signe d'un bien possible, un son transgressait un sens pour ranimer un désir. Ce qui n'est pas étonnant, puisque le son, c'est un fragment de la réalité sensible, c'est du dehors de l'esprit autant que la couleur d'un nuage ou le grain rugueux d'une pierre : si bien que l'écouter pour ce qu'il est, au-delà du sens, c'est déjà se tourner vers cet indéfait d'au-delà les concepts que j'évoquais tout à l'heure. Le son dans le vocable fait signe en direction de cette intuition qui a rouvert la pensée de l'être. C'est comme si l'unité que la signification avait abolie était demeurée cachée au sein même de la parole. On la cherchait du côté de Dieu, elle était ici, avec nous, dans le moindre mot, chacun le maître mot en puissance.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 58  pages
  • Dimensions :  1.2cmx10.6cmx16.0cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Herne Paru le
  • Collection : Carnets de l'Herne
  • ISBN :  2851979248
  • EAN13 :  9782851979247
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Yves Bonnefoy

Pensées d'étoffe ou d'argile

Le tissu, qui est cependant ce qui protège, est perçu plus facilement, ou du moins le fut-il bien tôt, comme ce qui empêtre, et ce qui cache. Et c'est vrai qu'il met à distance notre origine, cet état de nature qui peut sembler être une innocence, et de la franchise. Quand Adam et Eve eurent ...

Prix : 113 DH
L'inachevable - Entretiens sur la poésie 1990-2010

Ce livre est le recueil des plus grands entretiens accordés par l'écrivain depuis vingt ans. Ils portent sur la poésie, mais aussi la création ; l'auteur fait part de ses méditations sur Baudelaire, Rimbaud ou Mallarmé, de son travail autour de Shakespeare, et de son propre rapport à la [....

Goya, les peintures noires

Goya, qui ne se réclamait que de Vélasquez et de Rembrandt, n'est certainement pas explicable par la peinture de son époque en Espagne. Les documents écrits ou même ses lettres ne donnent guère d'information sur ce que fut au secret de soi cet esprit si évidemment hors de toutes normes. [....

Voir tous les livres de Yves Bonnefoy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

" Avène, avène ", chantonnait Rimbaud semblablement, dans un moment d'espérance, " que le beau temps t'amène ! " Un beau mot se faisait pour lui le signe d'un bien possible, un son transgressait un sens pour ranimer un désir. Ce qui n'est pas étonnant, puisque le son, c'est un fragment de la réalité sensible, c'est du dehors de l'esprit autant que la couleur d'un nuage ou le grain rugueux d'une pierre : si bien que l'écouter pour ce qu'il est, au-delà du sens, c'est déjà se tourner vers cet indéfait d'au-delà les concepts que j'évoquais tout à l'heure. Le son dans le vocable fait signe en direction de cette intuition qui a rouvert la pensée de l'être. C'est comme si l'unité que la signification avait abolie était demeurée cachée au sein même de la parole. On la cherchait du côté de Dieu, elle était ici, avec nous, dans le moindre mot, chacun le maître mot en puissance.