share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pougnacs et Margagnes : Dictionnaire définitif du bordeluche

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pougnacs et Margagnes : Dictionnaire définitif du bordeluche

Pougnacs et Margagnes : Dictionnaire définitif du bordeluche

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pougnacs et Margagnes : Dictionnaire définitif du bordeluche"

Avec son sang occitan, ses veines espagnoles, ses neurones de bistrot, la farandole cabossée des mots d'ici, branche, persille, blogue encore nos conversations. Au-delà d'un irrépressible noyau dur, gravitent de plus modestes substantifs liés à des pratiques passées et dépassées. Difficile donc de trouver sur sa route, baradiers, plieurs de codre, galips ou radimat... Ils reposent dans de vieux almanachs qui sentent l'eau de Cologne et apprenaient aux gens les dangers de la lune rousse. Comment nommera-t-on demain : bourrier, gueille, pignot. Et ventrèche, toujours à la carte, mais oublier des menus ? "Ce livre est né du regret de voir les mots de bonne compagnie nous quitter". A l'heure où les locuteurs natifs s'amenuisent, il était urgent de les convoquer, une dernière fois, à la réception solennelle que confère l'écrit. Car ils sont de formidables machines à remonter le temps. Ces mots, sons et lumières, sont sans culottes, jubilatoires, ravivent les mémoires et le temps des cerises. De formidables étiquettes sur nos idées pour en donner la couleur en une période de langage warning et attrape tout, où le monde parle par code, sigle, SMS. Ils sont le roman de nos origines. Un maquis de mots débraillés, mal peignés, barbouillés de patois. Ils trahissent une mentalité, révèlent des comportements, approchent une identitaire culture. Ne sont folkloriques que pour les folkloristes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 263  pages
  • Dimensions :  2.0cmx11.8cmx22.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Mollat Editions Paru le
  • ISBN :  2358770035
  • EAN13 :  9782358770033
  • Classe Dewey :  914
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avec son sang occitan, ses veines espagnoles, ses neurones de bistrot, la farandole cabossée des mots d'ici, branche, persille, blogue encore nos conversations. Au-delà d'un irrépressible noyau dur, gravitent de plus modestes substantifs liés à des pratiques passées et dépassées. Difficile donc de trouver sur sa route, baradiers, plieurs de codre, galips ou radimat... Ils reposent dans de vieux almanachs qui sentent l'eau de Cologne et apprenaient aux gens les dangers de la lune rousse. Comment nommera-t-on demain : bourrier, gueille, pignot. Et ventrèche, toujours à la carte, mais oublier des menus ? "Ce livre est né du regret de voir les mots de bonne compagnie nous quitter". A l'heure où les locuteurs natifs s'amenuisent, il était urgent de les convoquer, une dernière fois, à la réception solennelle que confère l'écrit. Car ils sont de formidables machines à remonter le temps. Ces mots, sons et lumières, sont sans culottes, jubilatoires, ravivent les mémoires et le temps des cerises. De formidables étiquettes sur nos idées pour en donner la couleur en une période de langage warning et attrape tout, où le monde parle par code, sigle, SMS. Ils sont le roman de nos origines. Un maquis de mots débraillés, mal peignés, barbouillés de patois. Ils trahissent une mentalité, révèlent des comportements, approchent une identitaire culture. Ne sont folkloriques que pour les folkloristes.