share_book
Envoyer cet article par e-mail

Henri-Edmond Cross et le néo-impressionnisme, de Seurat à Matisse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Henri-Edmond Cross et le néo-impressionnisme, de Seurat à Matisse

Henri-Edmond Cross et le néo-impressionnisme, de Seurat à Matisse

Collectif


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Henri-Edmond Cross et le néo-impressionnisme, de Seurat à Matisse"

Le namurois Félicien Rops (1833-1898) est célèbre pour son œuvre sulfureuse et les liens entre la femme et Satan qu’il illustra avec brio. Son travail s’inscrit dans une période charnière, celle la fin-de-siècle dite de la décadence, marquée par l’influence directe de Baudelaire qu’il rencontra en 1864. En 1874, Rops s’installe à Paris où il sera un illustrateur recherché par les grands écrivains de sa génération : Mallarmé, Péladan, Verlaine, etc.   Félicien Rops et Auguste Rodin se sont rencontrés en 1884 et se sont côtoyés jusqu’à la fin de la décennie, fréquentant les mêmes cercles. De cette relation témoignent des rapports entre les deux œuvres et une ample correspondance. L’amitié qui aurait pu lier les deux hommes se transforme alors en rivalité larvée. Les embrassements de Rodin sont trop proches des corps exaltés de Rops… L’artiste namurois réclame la paternité de ces couples enlacés hautement érotiques qui établissent sa notoriété auprès des collectionneurs et des artistes. C’est que, soutenus par les écrivains et les critiques de leur temps, Rops et Rodin participent à l’émergence d’un pré-symbolisme et d’une représentation du corps tout à fait moderne. Ils sont associés à la montée d’un même mouvement artistique, tout en gardant chacun leur spécificité, l’un dans le domaine de la sculpture, l’autre dans celui de l’illustration. Cependant, Rops voyant la carrière fulgurante de Rodin supporte assez mal de rester cantonner dans la sphère du milieu littéraire et des collectionneurs. L’œuvre dessiné des deux artistes permet de suivre leur face à face, évoluant d’une certaine complicité à une rivalité larvée, et leur apport respectif à un art nouveau, dans la logique de la modernité baudelairienne. L’étude de leurs œuvres porte également sur les notions « d’états », de variations et de répétitions, sur les procédés de collage et la question de l’inachèvement.   Malgré ce sentiment d’avoir été spolié d’une partie de sa création, Rops conserve une admiration sans borne au statutaire Auguste Rodin. A travers cette exposition « Auguste Rodin – Félicien Rops, embrassements humains », c’est cette communion d’esprit et de représentation d’une nouvelle vision du corps de la femme qui est restituée ici à travers une soixantaine de dessins de Rops et de Rodin et plusieurs plâtres du sculpteur.  

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 144  pages
  • Dimensions :  2.2cmx22.2cmx28.2cm
  • Poids : 1360.8g
  • Editeur :   Hazan Paru le
  • Collection : Beaux Arts
  • ISBN :  2754105891
  • EAN13 :  9782754105897
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le namurois Félicien Rops (1833-1898) est célèbre pour son œuvre sulfureuse et les liens entre la femme et Satan qu’il illustra avec brio. Son travail s’inscrit dans une période charnière, celle la fin-de-siècle dite de la décadence, marquée par l’influence directe de Baudelaire qu’il rencontra en 1864. En 1874, Rops s’installe à Paris où il sera un illustrateur recherché par les grands écrivains de sa génération : Mallarmé, Péladan, Verlaine, etc.   Félicien Rops et Auguste Rodin se sont rencontrés en 1884 et se sont côtoyés jusqu’à la fin de la décennie, fréquentant les mêmes cercles. De cette relation témoignent des rapports entre les deux œuvres et une ample correspondance. L’amitié qui aurait pu lier les deux hommes se transforme alors en rivalité larvée. Les embrassements de Rodin sont trop proches des corps exaltés de Rops… L’artiste namurois réclame la paternité de ces couples enlacés hautement érotiques qui établissent sa notoriété auprès des collectionneurs et des artistes. C’est que, soutenus par les écrivains et les critiques de leur temps, Rops et Rodin participent à l’émergence d’un pré-symbolisme et d’une représentation du corps tout à fait moderne. Ils sont associés à la montée d’un même mouvement artistique, tout en gardant chacun leur spécificité, l’un dans le domaine de la sculpture, l’autre dans celui de l’illustration. Cependant, Rops voyant la carrière fulgurante de Rodin supporte assez mal de rester cantonner dans la sphère du milieu littéraire et des collectionneurs. L’œuvre dessiné des deux artistes permet de suivre leur face à face, évoluant d’une certaine complicité à une rivalité larvée, et leur apport respectif à un art nouveau, dans la logique de la modernité baudelairienne. L’étude de leurs œuvres porte également sur les notions « d’états », de variations et de répétitions, sur les procédés de collage et la question de l’inachèvement.   Malgré ce sentiment d’avoir été spolié d’une partie de sa création, Rops conserve une admiration sans borne au statutaire Auguste Rodin. A travers cette exposition « Auguste Rodin – Félicien Rops, embrassements humains », c’est cette communion d’esprit et de représentation d’une nouvelle vision du corps de la femme qui est restituée ici à travers une soixantaine de dessins de Rops et de Rodin et plusieurs plâtres du sculpteur.