share_book
Envoyer cet article par e-mail

AUTREFOIS LA VIGNE ET LES VIGNERONS

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
AUTREFOIS LA VIGNE ET LES VIGNERONS

AUTREFOIS LA VIGNE ET LES VIGNERONS

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "AUTREFOIS LA VIGNE ET LES VIGNERONS"

Il y a deux ou trois grands-pères, il y a à peine 150 ans de cela, le vignoble français couvrait 2 330 000 hectares, soit presque trois fois plus qu'aujourd'hui. La vigne n'était absente que de six départements, et aussi étonnant que cela puisse paraître, les paysans-vignerons de l'Eure, du Morbihan, de l'Ille-et-Vilaine ou de la Mayenne cultivaient la vigne pour leur consommation personnelle. Dans cet ouvrage, l'auteur nous fait revivre la vie des vignerons d'autrefois avec ses peurs, ses colères, ses peines et ses joies. Peur de la grêle, peur des maladies de la vigne, le mildiou et l'oïdium, que l'on guettait sur les rosiers plantés en bout de rangée. Peur surtout du phylloxéra qui de 1863 a 1900 dévasta la totalité du vignoble français. Colère aussi, comme celle ries vignerons du Languedoc-Roussillon en 1907 et de Champagne en 1911. Mais quelle joie lorsque la vendange était belle, que les coupeuses :Chantaient dans les rangs de vigne en remplissant leurs seaux et que les boeufs ou les chevaux des charretiers amenaient les comportes pleines au pressoir. La vie était dure pour le paysan-vigneron, mais elle était aussi belle quand il faisait goûter son vin à ses amis. Il va sans dire que cet ouvrage, illustré de nombreux documents d'époque, est à lire sans modération !

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 192  pages
  • Dimensions :  1.8cmx16.8cmx23.8cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Sud Ouest Paru le
  • Collection : La vie d'autrefois
  • ISBN :  2817701364
  • EAN13 :  9782817701363
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

D'autres livres de JEAN-MICHEL LE CORFEC

Grand-mère disait... et elle avait raison ! : 1500 dictons, proverbes et sentences de bon sens du monde paysan

Dans cet ouvrage, l'auteur a rassemblé près de 1500 dictons ou proverbes de bon sens, le fameux bon sens paysan, qu'au début du XXe siècle, nos grands-mères égrenaient, tout au long de l'année, en fonction du saint du jour, du temps qu'il faisait et, en l'absence de bulletin météo, du temps...

Quand nos grands-parents faisaient la fête

Carnaval de Nice ou de Nantes, mi-carême de Cognac ou de Cholet, processions de la Tarasque à Tarascon et du chameau à Béziers, sorties des géants du Nord, fêtes des fleurs ou de la musique, couronnements de rosières, fêtes foraines et kermesses, fêtes provençales ou bretonnes, fêtes mili...

Voir tous les livres de JEAN-MICHEL LE CORFEC

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Il y a deux ou trois grands-pères, il y a à peine 150 ans de cela, le vignoble français couvrait 2 330 000 hectares, soit presque trois fois plus qu'aujourd'hui. La vigne n'était absente que de six départements, et aussi étonnant que cela puisse paraître, les paysans-vignerons de l'Eure, du Morbihan, de l'Ille-et-Vilaine ou de la Mayenne cultivaient la vigne pour leur consommation personnelle. Dans cet ouvrage, l'auteur nous fait revivre la vie des vignerons d'autrefois avec ses peurs, ses colères, ses peines et ses joies. Peur de la grêle, peur des maladies de la vigne, le mildiou et l'oïdium, que l'on guettait sur les rosiers plantés en bout de rangée. Peur surtout du phylloxéra qui de 1863 a 1900 dévasta la totalité du vignoble français. Colère aussi, comme celle ries vignerons du Languedoc-Roussillon en 1907 et de Champagne en 1911. Mais quelle joie lorsque la vendange était belle, que les coupeuses :Chantaient dans les rangs de vigne en remplissant leurs seaux et que les boeufs ou les chevaux des charretiers amenaient les comportes pleines au pressoir. La vie était dure pour le paysan-vigneron, mais elle était aussi belle quand il faisait goûter son vin à ses amis. Il va sans dire que cet ouvrage, illustré de nombreux documents d'époque, est à lire sans modération !