share_book
Envoyer cet article par e-mail

Zitilchén

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Zitilchén

Zitilchén

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Zitilchén"

A Zitilchén, un petit village mexicain, les rues sont brûlantes et le temps immobile. Sous la légèreté des anecdotes de la vie quotidienne, souvent teintées d'érotisme, et les échanges laconiques entre les personnages transparaissent une angoisse, une nostalgie qui laissent prévoir la possible extinction de ce monde issu de la grande tradition du réalisme magique latino-américain. " - Don Ariel, pouvez-vous me couper les cheveux ? Ou bien êtes-vous trop occupé ? - Les exigences de l'esprit m'occupent en permanence mais entre et assieds-toi. L'alcool me met l'âme à fleur de peau. Je suis meilleur coiffeur bourré que lorsque je jouis de mes cinq sens. Tu ne serais pas par hasard le petit-fils de don Pepe Amaro qui vient passer ses vacances dans le coin ? - Oui, monsieur. - Ton grand-père me dit que tu veux être poète. Quand tu écriras quelque chose, peut-être que je serai déjà mort, mais n'oublie pas de me mentionner, car dans ce salon on fait de la poésie, et de la bonne. Comment veux-tu que je te coupe les cheveux ? - Rafraîchissez-les. Ni trop courts ni trop longs. - Les poètes ont pour habitude d'avoir les cheveux longs, commenta Zurrisa. Je me réjouis que tu ne suives pas cet exemple abominable qui ne nous plaît guère à nous autres coiffeurs et nous attire toutes sortes de critiques".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 123  pages
  • Dimensions :  1.0cmx14.0cmx20.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Herne Paru le
  • Collection : COLLECTION ROMA
  • ISBN :  2851977199
  • EAN13 :  9782851977199
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

A Zitilchén, un petit village mexicain, les rues sont brûlantes et le temps immobile. Sous la légèreté des anecdotes de la vie quotidienne, souvent teintées d'érotisme, et les échanges laconiques entre les personnages transparaissent une angoisse, une nostalgie qui laissent prévoir la possible extinction de ce monde issu de la grande tradition du réalisme magique latino-américain. " - Don Ariel, pouvez-vous me couper les cheveux ? Ou bien êtes-vous trop occupé ? - Les exigences de l'esprit m'occupent en permanence mais entre et assieds-toi. L'alcool me met l'âme à fleur de peau. Je suis meilleur coiffeur bourré que lorsque je jouis de mes cinq sens. Tu ne serais pas par hasard le petit-fils de don Pepe Amaro qui vient passer ses vacances dans le coin ? - Oui, monsieur. - Ton grand-père me dit que tu veux être poète. Quand tu écriras quelque chose, peut-être que je serai déjà mort, mais n'oublie pas de me mentionner, car dans ce salon on fait de la poésie, et de la bonne. Comment veux-tu que je te coupe les cheveux ? - Rafraîchissez-les. Ni trop courts ni trop longs. - Les poètes ont pour habitude d'avoir les cheveux longs, commenta Zurrisa. Je me réjouis que tu ne suives pas cet exemple abominable qui ne nous plaît guère à nous autres coiffeurs et nous attire toutes sortes de critiques".