share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'odyssée américaine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'odyssée américaine

L'odyssée américaine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'odyssée américaine"

Avec ce nouvel essai, Alexandre Adler nous offre son histoire du monde moderne. J'ai vu finir le monde ancien s'achevait à proximité de « la plaine d'Armaggedon » - autrement dit le Proche-Orient légendaire. L'odyssée américaine s'ouvre, symboliquement, à Washington. L'auteur estime en effet que nous sommes au commencement du « quatrième cycle » américain. Le premier courait de 1788 à la guerre de Sécession - naissance des Etats-Unis d'Amérique, prophétisés par Bacon comme la nouvelle Atlantide. Le deuxième de 1865 à 1932 - de la réconciliation des Etats à la domination économique mondiale, incarnée par la Ford T et le gold-exchange standard. Le troisième de 1932 à 2004 - qui est l'Iliade américaine : la poursuite des ennemis hors des terres, de l'Allemagne nazie aux fous d'Allah, en passant les dictatures communistes. Tel un Ulysse, qui rentre dans son pays après avoir livré bataille aux peuples du monde, George W. Bush clôt en 2004 le troisième cycle américain. Fort d'avoir combattu le Mal, sur les hauts plateaux afghans, dans les plaines irakiennes, sur tous les points du globe où plane l'ombre de Ben Laden, de l'Indonésie au Maroc, de Birmingham à Francfort, le président américain s'invente un nouveau leitmotiv, loin du « America is back ! » reaganien : le « Back to America ». La mère-patrie n'est donc plus seulement la façade blessée du skyline new-yorkais, mais un vaste patchwork : le Capitole, les tourbes du Mississippi, les Cold mountains, le Texas des derricks... Contre le discours commun, Alexandre Adler affirme que les Etats-Unis ne constituent pas un empire. Et surtout, qu'ils ne veulent pas l'être. Seul le 11 septembre les a décidés à partir à la conquête du monde, avec ou sans l'ONU. Retraçant ces trois cycles de 72 ans chacun, l'auteur s'attache à décrire les bouleversements tectoniques de la planète. Il applique ici sa méthode coutumière : ne s'interdire aucun rapprochement géographique, historique, artistique, procéder par « sauts et gambades ». Bref, être à chaque instant, un « observateur engagé et perplexe », qui nous laisse épuisés mais conquis. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 317  pages
  • Dimensions :  1.8cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Hachette Paru le
  • Collection : Pluriel
  • ISBN :  201279226X
  • EAN13 :  9782012792265
  • Classe Dewey :  327.730090511
  • Langue : Français

D'autres livres de Alexandre Adler

Le rapport de la CIA

Ce document est exceptionnel, unique même. Pour la première fois, le public a accès aux recherches et aux analyses des meilleurs géopoliticiens de la CIA. Quelle sera la carte du monde dans dix ans ? dans trente ans ? Quelle sera l'issue de la guerre mondiale diffuse que nous vivons actuellement...

Prix : 85 DH
Le monde est un enfant qui joue

Alexandre Adler est membre du comité directeur du Figaro et chroniqueur sur France Culture. Il est l’auteur de nombreux essais, dont en « Pluriel », J’ai vu finir le monde ancien, L’Odyssée américaine, Rendez-vous avec l’Islam, Sociétés secrètes.Prolongeant les réflexions de ses ...

Le nouveau rapport de la CIA

Terrorisme en retrait, glissement du pouvoir économique de l'Occident à l'Orient, pénurie d'eau, déclin des ressources en hydrocarbures, nouvelles technologies. Dans la lignée du précédent Rapport de la CIA (Robert Laffont, 2005), un document inédit réunissant plusieurs hypothèses qui [...

Berlin 9 novembre 1989 : la chute

Il y a vingt ans, le mur de Berlin tombait et notre monde, partagé depuis un demi-siècle entre un Est et un Ouest irréconciliables, basculait. Nul n'aurait cru possible ce qui s'est passé en ce 9 novembre 1989 où le Mur. symbole de la guerre froide, s'est effondré sans faire la moindre [......

Voir tous les livres de Alexandre Adler

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avec ce nouvel essai, Alexandre Adler nous offre son histoire du monde moderne. J'ai vu finir le monde ancien s'achevait à proximité de « la plaine d'Armaggedon » - autrement dit le Proche-Orient légendaire. L'odyssée américaine s'ouvre, symboliquement, à Washington. L'auteur estime en effet que nous sommes au commencement du « quatrième cycle » américain. Le premier courait de 1788 à la guerre de Sécession - naissance des Etats-Unis d'Amérique, prophétisés par Bacon comme la nouvelle Atlantide. Le deuxième de 1865 à 1932 - de la réconciliation des Etats à la domination économique mondiale, incarnée par la Ford T et le gold-exchange standard. Le troisième de 1932 à 2004 - qui est l'Iliade américaine : la poursuite des ennemis hors des terres, de l'Allemagne nazie aux fous d'Allah, en passant les dictatures communistes. Tel un Ulysse, qui rentre dans son pays après avoir livré bataille aux peuples du monde, George W. Bush clôt en 2004 le troisième cycle américain. Fort d'avoir combattu le Mal, sur les hauts plateaux afghans, dans les plaines irakiennes, sur tous les points du globe où plane l'ombre de Ben Laden, de l'Indonésie au Maroc, de Birmingham à Francfort, le président américain s'invente un nouveau leitmotiv, loin du « America is back ! » reaganien : le « Back to America ». La mère-patrie n'est donc plus seulement la façade blessée du skyline new-yorkais, mais un vaste patchwork : le Capitole, les tourbes du Mississippi, les Cold mountains, le Texas des derricks... Contre le discours commun, Alexandre Adler affirme que les Etats-Unis ne constituent pas un empire. Et surtout, qu'ils ne veulent pas l'être. Seul le 11 septembre les a décidés à partir à la conquête du monde, avec ou sans l'ONU. Retraçant ces trois cycles de 72 ans chacun, l'auteur s'attache à décrire les bouleversements tectoniques de la planète. Il applique ici sa méthode coutumière : ne s'interdire aucun rapprochement géographique, historique, artistique, procéder par « sauts et gambades ». Bref, être à chaque instant, un « observateur engagé et perplexe », qui nous laisse épuisés mais conquis. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .