share_book
Envoyer cet article par e-mail

J'ai vu finir le monde ancien

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
J'ai vu finir le monde ancien

J'ai vu finir le monde ancien

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "J'ai vu finir le monde ancien"

"Ce fut une Apocalypse...", cette première phrase de l'essai d'Alexandre Adler sur les attentats du 11 septembre donne le ton. Peut-être n'est-ce pas la fin du monde, mais au moins est-il temps de prendre acte que ces événements marquent la fin d'un monde. Ces faits dramatiques nous apprennent que l'hégémonie américaine est terminée et que désormais l'Amérique, géant solitaire, a besoin de soutiens pour défendre les valeurs de la liberté et de la démocratie. Adler, directeur de la rédaction au Courrier international, tente de décrypter le jeu complexe des relations entre les pays sur l'échiquier mondial depuis le 11 septembre 2001. Il a le mérite de chercher, derrière l'historicité des faits, les enjeux fondamentaux de ce nouvel ordre mondial. C'est d'ailleurs à cet instant que son analyse devient passionnante. En effet, que faire ? Pour les pays musulmans qui ne suivraient pas le terrorisme, apprendre à sortir des années de dictature militaire et de théocratie obscurantiste ; pour l'Amérique, "première démocratie capable d'exercer un pouvoir impérial", ne pas tomber dans le piège d'une guerre totale qui marquerait "la fin du processus de démocratisation du monde" et éteindrait le feu d'un idéal démocratique hérité des Lumières. Adler étudie point par point toutes ces options dans leur extension planétaire (le conflit israélo-palestinien, pakistano-indien, la guerre en Tchétchénie) et il pose la carte du nouvel ordre mondial des conflits géostratégiques. On sait la difficulté pour un historien de penser le présent. Se définissant comme "un observateur engagé et perplexe", Alexandre Adler ose proposer dans son essai J'ai vu finir le monde ancien une véritable lecture historique du monde au lendemain des attentats du 11 septembre. --Denis Gombert

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 280  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.0cmx19.6cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Grasset Paru le
  • ISBN :  2246630215
  • EAN13 :  9782702878514
  • Classe Dewey :  327.1
  • Langue : Français

D'autres livres de Alexandre Adler

Le rapport de la CIA

Ce document est exceptionnel, unique même. Pour la première fois, le public a accès aux recherches et aux analyses des meilleurs géopoliticiens de la CIA. Quelle sera la carte du monde dans dix ans ? dans trente ans ? Quelle sera l'issue de la guerre mondiale diffuse que nous vivons actuellement...

Prix : 85 DH
Le monde est un enfant qui joue

Alexandre Adler est membre du comité directeur du Figaro et chroniqueur sur France Culture. Il est l’auteur de nombreux essais, dont en « Pluriel », J’ai vu finir le monde ancien, L’Odyssée américaine, Rendez-vous avec l’Islam, Sociétés secrètes.Prolongeant les réflexions de ses ...

Le nouveau rapport de la CIA

Terrorisme en retrait, glissement du pouvoir économique de l'Occident à l'Orient, pénurie d'eau, déclin des ressources en hydrocarbures, nouvelles technologies. Dans la lignée du précédent Rapport de la CIA (Robert Laffont, 2005), un document inédit réunissant plusieurs hypothèses qui [...

Berlin 9 novembre 1989 : la chute

Il y a vingt ans, le mur de Berlin tombait et notre monde, partagé depuis un demi-siècle entre un Est et un Ouest irréconciliables, basculait. Nul n'aurait cru possible ce qui s'est passé en ce 9 novembre 1989 où le Mur. symbole de la guerre froide, s'est effondré sans faire la moindre [......

Voir tous les livres de Alexandre Adler

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

"Ce fut une Apocalypse...", cette première phrase de l'essai d'Alexandre Adler sur les attentats du 11 septembre donne le ton. Peut-être n'est-ce pas la fin du monde, mais au moins est-il temps de prendre acte que ces événements marquent la fin d'un monde. Ces faits dramatiques nous apprennent que l'hégémonie américaine est terminée et que désormais l'Amérique, géant solitaire, a besoin de soutiens pour défendre les valeurs de la liberté et de la démocratie. Adler, directeur de la rédaction au Courrier international, tente de décrypter le jeu complexe des relations entre les pays sur l'échiquier mondial depuis le 11 septembre 2001. Il a le mérite de chercher, derrière l'historicité des faits, les enjeux fondamentaux de ce nouvel ordre mondial. C'est d'ailleurs à cet instant que son analyse devient passionnante. En effet, que faire ? Pour les pays musulmans qui ne suivraient pas le terrorisme, apprendre à sortir des années de dictature militaire et de théocratie obscurantiste ; pour l'Amérique, "première démocratie capable d'exercer un pouvoir impérial", ne pas tomber dans le piège d'une guerre totale qui marquerait "la fin du processus de démocratisation du monde" et éteindrait le feu d'un idéal démocratique hérité des Lumières. Adler étudie point par point toutes ces options dans leur extension planétaire (le conflit israélo-palestinien, pakistano-indien, la guerre en Tchétchénie) et il pose la carte du nouvel ordre mondial des conflits géostratégiques. On sait la difficulté pour un historien de penser le présent. Se définissant comme "un observateur engagé et perplexe", Alexandre Adler ose proposer dans son essai J'ai vu finir le monde ancien une véritable lecture historique du monde au lendemain des attentats du 11 septembre. --Denis Gombert