share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le savoir et la finance. Liaisons dangereuses au coeur du capitalisme contemporain.

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le savoir et la finance. Liaisons dangereuses au coeur du capitalisme contemporain.

Le savoir et la finance. Liaisons dangereuses au coeur du capitalisme contemporain.

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le savoir et la finance. Liaisons dangereuses au coeur du capitalisme contemporain."

Un essai original sur la contradiction majeure entre le court-termisme des financiers et l horizon long de l accumulation des connaissances. Depuis les années 1980, le capitalisme connaît une profonde mutation, attribuée en général à deux phénomènes : la montée en puissance de la finance, devenue force pla-nétaire ; et les nouvelles technologies, qui ont fait entrer les économies industrielles dans l ère de la « société de la connaissance », effaçant les frontières entre pays. Pour beaucoup, ce nouveau capitalisme devait profiter à toutes les populations de la planète, vision optimiste brutalement démentie par la crise de 2007-2008. Car si les nouvelles technologies favorisent la circulation des idées et de l information, celles-ci sont très inégalement diffusées entre les pays, ce qui contribue à creuser les inégalités. Quant à la finance moderne, si elle facilite le financement des innovations telles qu Internet, elle est également à l origine de l instabilité actuelle de nos économies. Dans cet essai, El Mouhoub Mouhoud et Dominique Plihon montrent ainsi ce que les crises doivent à la contradiction majeure entre le court-termisme des financiers et l horizon long de l accumulation des connaissances. Et ils proposent une vision du capitalisme mondialisé très différente de celle des analyses dominantes : loin de correspondre à un « monde plat » mettant en relation territoires et travailleurs grâce aux nouvelles technologies de l information, ce capitalisme se caractérise toujours plus par l accaparement des connaissances et des ressources financières au profit d une minorité de pays et d acteurs grâce notamment à l instrument des droits de propriété intel-lectuelle instaurés sous l égide de l OMC. D où un appauvrissement paradoxal des connaissances et de leur diffusion, face auquel les auteurs explorent les conditions d une alternative.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 224  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.6cmx21.8cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   La Découverte Paru le
  • Collection : CAHIERS LIBRES
  • ISBN :  270715847X
  • EAN13 :  9782707158475
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Un essai original sur la contradiction majeure entre le court-termisme des financiers et l horizon long de l accumulation des connaissances. Depuis les années 1980, le capitalisme connaît une profonde mutation, attribuée en général à deux phénomènes : la montée en puissance de la finance, devenue force pla-nétaire ; et les nouvelles technologies, qui ont fait entrer les économies industrielles dans l ère de la « société de la connaissance », effaçant les frontières entre pays. Pour beaucoup, ce nouveau capitalisme devait profiter à toutes les populations de la planète, vision optimiste brutalement démentie par la crise de 2007-2008. Car si les nouvelles technologies favorisent la circulation des idées et de l information, celles-ci sont très inégalement diffusées entre les pays, ce qui contribue à creuser les inégalités. Quant à la finance moderne, si elle facilite le financement des innovations telles qu Internet, elle est également à l origine de l instabilité actuelle de nos économies. Dans cet essai, El Mouhoub Mouhoud et Dominique Plihon montrent ainsi ce que les crises doivent à la contradiction majeure entre le court-termisme des financiers et l horizon long de l accumulation des connaissances. Et ils proposent une vision du capitalisme mondialisé très différente de celle des analyses dominantes : loin de correspondre à un « monde plat » mettant en relation territoires et travailleurs grâce aux nouvelles technologies de l information, ce capitalisme se caractérise toujours plus par l accaparement des connaissances et des ressources financières au profit d une minorité de pays et d acteurs grâce notamment à l instrument des droits de propriété intel-lectuelle instaurés sous l égide de l OMC. D où un appauvrissement paradoxal des connaissances et de leur diffusion, face auquel les auteurs explorent les conditions d une alternative.