share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le dépositaire et autres poèmes : Suivi de Kritike (lignes de crète III)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le dépositaire et autres poèmes : Suivi de Kritike (lignes de crète III)

Le dépositaire et autres poèmes : Suivi de Kritike (lignes de crète III)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le dépositaire et autres poèmes : Suivi de Kritike (lignes de crète III)"

Dans l'exploration du temps qu'elle suppose, la poésie s'adonne autant au présent qu'à la mémoire. La première partie de ce livre recueille (mais n'est-ce pas « lire » ?). Ce n'est pas le passé qui est alors envisagé, mais l'instant tel qu'il peut s'offrir, sans extases dûment affichées, ni portes ouvertes aux regrets. Le vers libre est plutôt construit pour aboutir, par segments, à des maximes provisoires. Il est attentif à son apparition. Les trois autres séquences, dont la deuxième et la troisième, plus brèves, imposent un déplacement dans l'espace. L'une indique un amour lointain, sans inclure le haïkaï auquel on pouvait ici s'attendre. L'autre, en terres borgésiennes, se veut à l'affût de banalités qu'elle exaspère. La dernière longue séance, « Lignes de Crète », fait écho à un carnet de sensations et de pensées déjà donné dans deux autres livres. La prose, cette fois, y domine, mais sous l'aspect de fragments. L'interrogation sur le poème qui s'y poursuit, atteint à l'évidence l'« être », en toute conscience de la langue où ce mot même prit sa valeur philosophique. Le gain de ces textes est dans la perte qu'ils suggèrent, laquelle n'est pas nécessairement dénuée d'espérance. En l'occurrence, sans démontrer, viennent au jour des poèmes qui ont lieu d'être.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 141  pages
  • Dimensions :  1.4cmx14.0cmx20.4cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Le Castor Astral Paru le
  • Collection : POESIE
  • ISBN :  2859208682
  • EAN13 :  9782859208684
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Luc Steinmetz

Tristan Corbière: Une vie à-peu-près

      Depuis Verlaine, quelques poètes ont eu le redoutable privilège d’être appelés « maudits ». Mallarmé, Rimbaud, Corbière se sont vus décerner un pareil titre. Les deux premiers ont hardiment franchi la barre de cette malédiction imposée. Tristan Corbière, quant à lui, n’a ...

Arthur Rimbaud : Une question de présence

Etoile filante de la littérature, enfant terrible des lettres, la légende de Rimbaud perdure. Le tempérament dont il fit preuve, la complexe et poignante relation qu'il entretint avec Verlaine et les scandales qu'il aima provoquer y sont pour quelque chose. Il reste pourtant à comprendre l'oeuvr...

Philippe Jacottet

Jean-Luc Steinmetz est à la fois poète et professeur d'université. On lui doit différents recueils de poèmes, dont Chute libre dans le matin, La Ligne de ciel et Jusqu'à (Le Castor Astral), des essais (La Poésie et ses raisons, paru aux éditions José Corti) et deux biographies importantes :...

Voir tous les livres de Jean-Luc Steinmetz

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Dans l'exploration du temps qu'elle suppose, la poésie s'adonne autant au présent qu'à la mémoire. La première partie de ce livre recueille (mais n'est-ce pas « lire » ?). Ce n'est pas le passé qui est alors envisagé, mais l'instant tel qu'il peut s'offrir, sans extases dûment affichées, ni portes ouvertes aux regrets. Le vers libre est plutôt construit pour aboutir, par segments, à des maximes provisoires. Il est attentif à son apparition. Les trois autres séquences, dont la deuxième et la troisième, plus brèves, imposent un déplacement dans l'espace. L'une indique un amour lointain, sans inclure le haïkaï auquel on pouvait ici s'attendre. L'autre, en terres borgésiennes, se veut à l'affût de banalités qu'elle exaspère. La dernière longue séance, « Lignes de Crète », fait écho à un carnet de sensations et de pensées déjà donné dans deux autres livres. La prose, cette fois, y domine, mais sous l'aspect de fragments. L'interrogation sur le poème qui s'y poursuit, atteint à l'évidence l'« être », en toute conscience de la langue où ce mot même prit sa valeur philosophique. Le gain de ces textes est dans la perte qu'ils suggèrent, laquelle n'est pas nécessairement dénuée d'espérance. En l'occurrence, sans démontrer, viennent au jour des poèmes qui ont lieu d'être.