share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le collectif : Le séminaire de Sainte-Anne

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le collectif : Le séminaire de Sainte-Anne

Le collectif : Le séminaire de Sainte-Anne

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le collectif : Le séminaire de Sainte-Anne"

Depuis l'élaboration improvisée, comme à l'accoutumée, de ce texte (1984-85) et sa première édition (1986), Jean Oury continue à bâtir des amers pour le " chemin qui se fait en marchant " au cours de ses séminaires mensuels de Sainte-Anne. Ces soirées sont d'une rare densité, comme le texte qui suit en témoigne, mais tout se lit aisément, tout se lie, se lisse, glisse. Pourtant " Rome brûle " ; mais parce que, comme le dit le poète, " elle brûle tout l'temps ", il faut bien continuer à penser, parler, écrire, témoigner, tout cela parfois dans la honte ; le rouge au front - au front de la folie - comme notre cher Tosquelles empoignant celle-ci au plus près des affrontements sanglants de la guerre civile d'Espagne. Car c'est là, des leçons de cette guerre, qu'il a bien fallu penser les rapports entre l'Etat et ses institutions d'Etat, ses " établissements ", et le tissu d'institutions, les associations, amicales, clubs, syndicats, mutuelles, que dire encore !, créées pour être près du " singulier ", de l'être cheminant. C'est précisément là que l'ouvrage, où le lecteur va déambuler, jette une vive lumière. Saisissant une première articulation, celle de l'établissement et des institutions de cet établissement, puis une deuxième, celle entre ces institutions et un-chacun (comme le dit Tosquelles), cet opérateur qu'est le Collectif permet le jeu de cette double articulation. Une vraie relation triadique, donc d'un registre conceptuel. C'est là que Jean Oury, à l'instar de Lacan, de Peirce, propose d'identifier cet opérateur à ce que permet la double articulation dans le langage. Quel bonheur de rendre possible par cette nouvelle édition la continuité de la diffusion de cette parole, de cette pensée ! Michel Balat.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 218  pages
  • Dimensions :  1.8cmx15.6cmx23.2cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Champ Social Editions Paru le
  • Collection : Psychothérapie institutionnelle
  • ISBN :  2913376401
  • EAN13 :  9782913376403
  • Classe Dewey :  616
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean Oury

A quelle heure passe le train... Conversations sur la folie

D'où ce très singulier dialogue, où la théorie se prolonge en des scènes poétiques, souvent drôles. Marie Depussé écrit, parfois dans ses mots à lui, ou dans sa langue à elle, sa pensée à lui. Il y a dans ce duo beckettien une tendresse distante, son insolence à elle, son rire à [....

Voir tous les livres de Jean Oury

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Depuis l'élaboration improvisée, comme à l'accoutumée, de ce texte (1984-85) et sa première édition (1986), Jean Oury continue à bâtir des amers pour le " chemin qui se fait en marchant " au cours de ses séminaires mensuels de Sainte-Anne. Ces soirées sont d'une rare densité, comme le texte qui suit en témoigne, mais tout se lit aisément, tout se lie, se lisse, glisse. Pourtant " Rome brûle " ; mais parce que, comme le dit le poète, " elle brûle tout l'temps ", il faut bien continuer à penser, parler, écrire, témoigner, tout cela parfois dans la honte ; le rouge au front - au front de la folie - comme notre cher Tosquelles empoignant celle-ci au plus près des affrontements sanglants de la guerre civile d'Espagne. Car c'est là, des leçons de cette guerre, qu'il a bien fallu penser les rapports entre l'Etat et ses institutions d'Etat, ses " établissements ", et le tissu d'institutions, les associations, amicales, clubs, syndicats, mutuelles, que dire encore !, créées pour être près du " singulier ", de l'être cheminant. C'est précisément là que l'ouvrage, où le lecteur va déambuler, jette une vive lumière. Saisissant une première articulation, celle de l'établissement et des institutions de cet établissement, puis une deuxième, celle entre ces institutions et un-chacun (comme le dit Tosquelles), cet opérateur qu'est le Collectif permet le jeu de cette double articulation. Une vraie relation triadique, donc d'un registre conceptuel. C'est là que Jean Oury, à l'instar de Lacan, de Peirce, propose d'identifier cet opérateur à ce que permet la double articulation dans le langage. Quel bonheur de rendre possible par cette nouvelle édition la continuité de la diffusion de cette parole, de cette pensée ! Michel Balat.