share_book
Envoyer cet article par e-mail

Calamity Gab (Journal janvier 1985-avril 1986)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Calamity Gab (Journal janvier 1985-avril 1986)

Calamity Gab (Journal janvier 1985-avril 1986)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Calamity Gab (Journal janvier 1985-avril 1986)"

Moi, je resterai dans son souvenir comme une folie absolue, un amour-passion, une nostalgie. Ce n'est déjà pas si mal, quand on sait que la plupart des femmes n'ont aucun souvenir de cet ordre, qu'elles n'aiment pas les souvenirs, qu'elles n'ont ni le goût de leur passé, ni le goût de leur destin, ni - je ne sais plus ce que je voulais écrire, c'était assurément génial, mais je ne sais plus. La vérité est que je suis à moitié paf : le morgon, puis, après le morgon, un merveilleux porto de dix ans d'âge avec le roquefort, et, avant le morgon, une flûte de champagne offerte par le patron, bref, je suis PAFOUZE (" Vous êtes pafouze ", me dirait Marie-Élisabeth, c'est un de ses mots), je ne peux plus écrire, tant pis pour mes précieuses pensées dont la postérité est gourmande, tant pis pour la postérité !

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 386  pages
  • Dimensions :  2.6cmx14.0cmx19.8cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : L'Infini
  • ISBN :  2070732657
  • EAN13 :  9782070732654
  • Classe Dewey :  848.914 03
  • Langue : Français

D'autres livres de Gabriel Matzneff

Mes amours décomposés (Journal 1983-1984)

" Ce matin j'ai été réveillé par Aude, puis appels successifs de Marie-Élisabeth, de Pascale. Poursuivi, coursé. Hier après-midi, pendant l'amour avec Marie-Agnès, j'ai débranché le téléphone. Débrancher le téléphone, quand je suis chez moi, c'est mon unique défense contre le ...

Prix : 87 DH
Ivre du vin perdu

Angiolina, une adolescente de quinze ans, est la figure centrale de Ivre du vin perdu, mais cette histoire d'un amour fou est aussi le roman du Cynisme, de la drague, et les libertins frénétiques et désabusés que sont le banquier Rodin et l'oisif Kolytcheff y sont décrits dans leur [....]...

Carnets noirs : 2007-2008

Les Carnets noirs de Gabriel Matzneff sont une œuvre unique, inclassable, qui n'a cessé de susciter admiration et débat, scandale et fascination. Matzneff, en choisissant de ne rien cacher de sa vie, de se montrer à nu, sans masque, a pris tous les risques. Le courage et la liberté se paient au...

Voir tous les livres de Gabriel Matzneff

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Moi, je resterai dans son souvenir comme une folie absolue, un amour-passion, une nostalgie. Ce n'est déjà pas si mal, quand on sait que la plupart des femmes n'ont aucun souvenir de cet ordre, qu'elles n'aiment pas les souvenirs, qu'elles n'ont ni le goût de leur passé, ni le goût de leur destin, ni - je ne sais plus ce que je voulais écrire, c'était assurément génial, mais je ne sais plus. La vérité est que je suis à moitié paf : le morgon, puis, après le morgon, un merveilleux porto de dix ans d'âge avec le roquefort, et, avant le morgon, une flûte de champagne offerte par le patron, bref, je suis PAFOUZE (" Vous êtes pafouze ", me dirait Marie-Élisabeth, c'est un de ses mots), je ne peux plus écrire, tant pis pour mes précieuses pensées dont la postérité est gourmande, tant pis pour la postérité !