share_book
Envoyer cet article par e-mail

Après la finitude : Essai sur la nécessité de la contingence

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Après la finitude : Essai sur la nécessité de la contingence

Après la finitude : Essai sur la nécessité de la contingence

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Après la finitude : Essai sur la nécessité de la contingence"

La critique empiriste des prétentions universelles de la pensée humaine est-elle réellement fondée ? On sait que c'est le problème de Kant. Mais Quentin Meillassoux montre avec une force étonnante qu'une autre compréhension de cette critique, restée en quelque sorte dissimulée, bien que plus " naturelle ", aboutit à un partage des ambitions de la pensée très différent de celui proposé par Kant. Il établit en effet qu'une seule chose est absolument nécessaire : que les lois de la nature soient contingentes. Ce noeud entièrement nouveau entre les modalités contraires installe la pensée dans un tout autre rapport à l'expérience du monde, un rapport qui défait simultanément les prétentions " nécessitantes " de la métaphysique classique, et le partage " critique " entre l'empirique et le transcendantal. Cette remarquable " critique de la Critique " est ici introduite sans fioritures, coupant vers l'essentiel dans un style particulièrement clair et démonstratif Elle autorise à nouveau que le destin de la pensée soit l'Absolu, et non la " finitude " dans laquelle nous nous complaisons en laissant la morale, ou le " retour du religieux ", servir de fictif supplément d'âme.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 178  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx19.8cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : L'ordre philosophique
  • ISBN :  2020847426
  • EAN13 :  9782020847421
  • Classe Dewey :  194
  • Langue : Français

D'autres livres de Quentin Meillassoux

Le nombre et la sirène

Un Coup de Dés jamais n'abolira le Hasard constitue, dans l'histoire de la poésie moderne, peut-être la rupture la plus radicale: lignes éclatées sur tout l'espace de la double page, jeu sur la taille des caractères qui emprunte au procédé de l'affiche, multiplication des incises qui [......

Voir tous les livres de Quentin Meillassoux

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La critique empiriste des prétentions universelles de la pensée humaine est-elle réellement fondée ? On sait que c'est le problème de Kant. Mais Quentin Meillassoux montre avec une force étonnante qu'une autre compréhension de cette critique, restée en quelque sorte dissimulée, bien que plus " naturelle ", aboutit à un partage des ambitions de la pensée très différent de celui proposé par Kant. Il établit en effet qu'une seule chose est absolument nécessaire : que les lois de la nature soient contingentes. Ce noeud entièrement nouveau entre les modalités contraires installe la pensée dans un tout autre rapport à l'expérience du monde, un rapport qui défait simultanément les prétentions " nécessitantes " de la métaphysique classique, et le partage " critique " entre l'empirique et le transcendantal. Cette remarquable " critique de la Critique " est ici introduite sans fioritures, coupant vers l'essentiel dans un style particulièrement clair et démonstratif Elle autorise à nouveau que le destin de la pensée soit l'Absolu, et non la " finitude " dans laquelle nous nous complaisons en laissant la morale, ou le " retour du religieux ", servir de fictif supplément d'âme.