share_book
Envoyer cet article par e-mail

Cinéma et peinture : Passages, partages, présences

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Cinéma et peinture : Passages, partages, présences

Cinéma et peinture : Passages, partages, présences

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Cinéma et peinture : Passages, partages, présences"

Le cinéma ne vient pas de la peinture, et cependant ce qu'il élabore comme pensée de l'image et de l'art ne peut être restitué sans elle. Encore le rapport de ces arts va-t-il bien au-delà des seuls effets de présence de la peinture (biographie de peintres, oeuvres citées, remplois de motifs et de formes) dans les films. C'est un ensemble de savoirs et de pratiques, de problèmes et de solutions que le cinéma expérimente au contact de la peinture. Comment passe-t-on de la peinture au cinéma ? De l'impressionnisme aux frères Lumière ? Du siècle au XXe ? Pour certains, le cinéma vient libérer la peinture (E. Faure), pour d'autres, il s'apprête à réussir là où l'opéra a échoué, en incarnant l'idéal d'un art total (S. M. Eisenstein), pour d'autres encore il accomplit une réforme majeure de l'idée même d'art (W. Benjamin). Ces thèses surgissent alors même que le cinéma naissant et la peinture en crise affirment leur fascination mutuelle ; c'est le début d'une intense expérimentation croisée. Tout se partage. Des problèmes de peinture sont explorés en cinéma (H. Richter, V. Eggeling), des formes cinématographiques passent dans la peinture de F. Léger et de M. Duchamp, des cinéastes interviennent picturalement sur le film (S. Brakhage). Les approches que privilégie ce livre d'esthétique sont autant de contributions à une histoire des images et de l'art.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 188  pages
  • Dimensions :  1.4cmx15.0cmx20.8cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Armand Colin Paru le
  • Collection : Armand Colin Cinéma
  • ISBN :  2200352840
  • EAN13 :  9782200352844
  • Classe Dewey :  194
  • Langue : Français

D'autres livres de Luc Vancheri

Les pensées figurales de l'image

La théorie et l’analyse du film ont connu au début des années 1970, sous l’impulsion d’une redécouverte du texte qui fonde la psychanalyse freudienne, L’interprétation des rêves, une véritable révolution herméneutique. Cet essai se propose de parcourir quelques-unes des grandes pens...

Voir tous les livres de Luc Vancheri

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le cinéma ne vient pas de la peinture, et cependant ce qu'il élabore comme pensée de l'image et de l'art ne peut être restitué sans elle. Encore le rapport de ces arts va-t-il bien au-delà des seuls effets de présence de la peinture (biographie de peintres, oeuvres citées, remplois de motifs et de formes) dans les films. C'est un ensemble de savoirs et de pratiques, de problèmes et de solutions que le cinéma expérimente au contact de la peinture. Comment passe-t-on de la peinture au cinéma ? De l'impressionnisme aux frères Lumière ? Du siècle au XXe ? Pour certains, le cinéma vient libérer la peinture (E. Faure), pour d'autres, il s'apprête à réussir là où l'opéra a échoué, en incarnant l'idéal d'un art total (S. M. Eisenstein), pour d'autres encore il accomplit une réforme majeure de l'idée même d'art (W. Benjamin). Ces thèses surgissent alors même que le cinéma naissant et la peinture en crise affirment leur fascination mutuelle ; c'est le début d'une intense expérimentation croisée. Tout se partage. Des problèmes de peinture sont explorés en cinéma (H. Richter, V. Eggeling), des formes cinématographiques passent dans la peinture de F. Léger et de M. Duchamp, des cinéastes interviennent picturalement sur le film (S. Brakhage). Les approches que privilégie ce livre d'esthétique sont autant de contributions à une histoire des images et de l'art.