share_book
Envoyer cet article par e-mail

La bête du Gévaudan : Nouvelles révélations sur un crime organisé au XVIIIe siècle, en Gévaudan

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La bête du Gévaudan : Nouvelles révélations sur un crime organisé au XVIIIe siècle, en Gévaudan

La bête du Gévaudan : Nouvelles révélations sur un crime organisé au XVIIIe siècle, en Gévaudan

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La bête du Gévaudan : Nouvelles révélations sur un crime organisé au XVIIIe siècle, en Gévaudan"

Roger Oulion n'a pas voulu raconter une autre histoire de la bête du Gévaudan, mais il a suivi pas à pas, griffe après griffe, depuis cinquante ans, les traces de l'animal. Il n'a jamais trouvé de réponse à ses questions dans les nombreux ouvrages relatant cette histoire. Aujourd'hui il propose une nouvelle thèse en se servant de déductions à la façon d'un enquêteur de police après un crime. Mais après plusieurs crimes, plus d'une centaine. La bête ? Il y a eu tant d'hypothèses : était-ce un loup, une hyène, un tigron, un chien, un hybride mi-loup, mi-chien ? Roger Oulion affirme que la bête du Gévaudan était l'arme d'un crime organisé et que les loups ne sont pas entièrement responsables des 134 agressions mortelles. Il nous en livre l'auteur ou les auteurs. Magistralement Roger Oulion répond aux thèses de nombreux auteurs en se posant des questions simples, mais évidentes. Comment un animal peut-il croquer un être humain, à dix heures du matin et recommencer le même jour à vingt kilomètres de distance ? Comment un animal peut-il lacérer un enfant avec des griffes après avoir parcouru des dizaines de kilomètres, pendant des jours et des jours ? Roger Qu'ion, chasseur lui-même sait bien que ses chiens de chasse n'ont plus d'ongles aux pattes en saison de chasse. Comment expliquer la présence d'une tête de fémur d'enfant dans l'estomac de la bête tuée, sinon parce qu'on l'aurait placé intentionnellement ? Comment Jean Chastel a-t-il pu tuer la bête aussi facilement après avoir cerné à douze hommes, une forêt de plus de cent hectares ? Quel est le rôle du curé de La Besseyre-Saint-Mary ? Les invraisemblances racontées n'échappent pas à notre enquêteur. Les manipulations religieuses non plus. L'auteur explore les mystères de l'abbaye de Mercoire et les relations avec les Morangiès. Il s'inspire du rapport Marin de 1767 redécouvert. L'histoire de la bête est l'histoire d'un crime organisé. Qui fut le serial triller de la Margeride au XVIIIe siècle ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 150  pages
  • Dimensions :  1.4cmx14.8cmx21.4cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Editions Du Roure Paru le
  • Collection : HISTOIRE
  • ISBN :  2906278823
  • EAN13 :  9782906278820
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Roger Oulion n'a pas voulu raconter une autre histoire de la bête du Gévaudan, mais il a suivi pas à pas, griffe après griffe, depuis cinquante ans, les traces de l'animal. Il n'a jamais trouvé de réponse à ses questions dans les nombreux ouvrages relatant cette histoire. Aujourd'hui il propose une nouvelle thèse en se servant de déductions à la façon d'un enquêteur de police après un crime. Mais après plusieurs crimes, plus d'une centaine. La bête ? Il y a eu tant d'hypothèses : était-ce un loup, une hyène, un tigron, un chien, un hybride mi-loup, mi-chien ? Roger Oulion affirme que la bête du Gévaudan était l'arme d'un crime organisé et que les loups ne sont pas entièrement responsables des 134 agressions mortelles. Il nous en livre l'auteur ou les auteurs. Magistralement Roger Oulion répond aux thèses de nombreux auteurs en se posant des questions simples, mais évidentes. Comment un animal peut-il croquer un être humain, à dix heures du matin et recommencer le même jour à vingt kilomètres de distance ? Comment un animal peut-il lacérer un enfant avec des griffes après avoir parcouru des dizaines de kilomètres, pendant des jours et des jours ? Roger Qu'ion, chasseur lui-même sait bien que ses chiens de chasse n'ont plus d'ongles aux pattes en saison de chasse. Comment expliquer la présence d'une tête de fémur d'enfant dans l'estomac de la bête tuée, sinon parce qu'on l'aurait placé intentionnellement ? Comment Jean Chastel a-t-il pu tuer la bête aussi facilement après avoir cerné à douze hommes, une forêt de plus de cent hectares ? Quel est le rôle du curé de La Besseyre-Saint-Mary ? Les invraisemblances racontées n'échappent pas à notre enquêteur. Les manipulations religieuses non plus. L'auteur explore les mystères de l'abbaye de Mercoire et les relations avec les Morangiès. Il s'inspire du rapport Marin de 1767 redécouvert. L'histoire de la bête est l'histoire d'un crime organisé. Qui fut le serial triller de la Margeride au XVIIIe siècle ?