share_book
Envoyer cet article par e-mail

Magda Goebbels : Approche d'une vie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Magda Goebbels : Approche d'une vie

Magda Goebbels : Approche d'une vie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Magda Goebbels : Approche d'une vie"

Un geste qui réglait son cas. La vérité, bien plus complexe, révèle une femme au parcours en forme de grand écart. Car l'ironie de l'histoire veut que l'épouse de l'antisémite enragé ait été élevée en Belgique par un beau-père juif, lequel lui avait donné son nom Friedländer. Et qu'amoureuse à 18 ans d'un certain Victor Arlosoroff, futur bras droit de Ben Gourion, elle manqua d'émigrer dans la Palestine des pionniers. Un passé qui rendait fou Goebbels, il fit du reste liquider Arlosoroff à Tel-Aviv dès 1933 et qui explique ce titre de la presse allemande lors de leur mariage en 1931 : « Le petit chef nazi épouse une juive ». Mais comment expliquer pareille dérive ? Anja Klabunde avance la thèse d'une arriviste prête à tout. Une bourgeoise désoeuvrée en quête de l'homme providentiel. Qui eut d'abord les traits d'un riche industriel protestant dont elle saura divorcer au mieux avant de séduire Goebbels en se faisant engager incognito comme archiviste à son QG. Leur rencontre dans un escalier de la Gauleitung a de faux airs de « In the Mood for love ». Mais l'intrigante déchantera vite. Car Joseph est un don Juan invétéré. On imaginait un couple uni pour le pire. Il ne cessa de se déchirer. Un vrai vaudeville hystérique, avec Hitler dans le rôle du juge de paix, soucieux de préserver l'image de la famille idyllique conforme à l'idéologie du parti. Mais, dès 1938, Magda envisage le suicide. Avec cette lucidité des femmes trompées : « Joseph est la plus grande crapule qui ait jamais vécu en Allemagne ».

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 414  pages
  • Dimensions :  3.0cmx12.0cmx18.0cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Tallandier Paru le
  • Collection : Texto
  • ISBN :  2847348247
  • EAN13 :  9782847348248
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

D'autres livres de Anja Klabunde

Magda Goebbels

Une vie allemande, trois versants d'une tragédie du vingtième siècle, à l'image du basculement d'une civilisation vers la folie et le meurtre. Une éducation juive : Abandonnée à sa naissance par son père (1901), Maria Magdalena Behrend est élevée par son beau-père, juif pratiquant. Il ...

Voir tous les livres de Anja Klabunde

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Un geste qui réglait son cas. La vérité, bien plus complexe, révèle une femme au parcours en forme de grand écart. Car l'ironie de l'histoire veut que l'épouse de l'antisémite enragé ait été élevée en Belgique par un beau-père juif, lequel lui avait donné son nom Friedländer. Et qu'amoureuse à 18 ans d'un certain Victor Arlosoroff, futur bras droit de Ben Gourion, elle manqua d'émigrer dans la Palestine des pionniers. Un passé qui rendait fou Goebbels, il fit du reste liquider Arlosoroff à Tel-Aviv dès 1933 et qui explique ce titre de la presse allemande lors de leur mariage en 1931 : « Le petit chef nazi épouse une juive ». Mais comment expliquer pareille dérive ? Anja Klabunde avance la thèse d'une arriviste prête à tout. Une bourgeoise désoeuvrée en quête de l'homme providentiel. Qui eut d'abord les traits d'un riche industriel protestant dont elle saura divorcer au mieux avant de séduire Goebbels en se faisant engager incognito comme archiviste à son QG. Leur rencontre dans un escalier de la Gauleitung a de faux airs de « In the Mood for love ». Mais l'intrigante déchantera vite. Car Joseph est un don Juan invétéré. On imaginait un couple uni pour le pire. Il ne cessa de se déchirer. Un vrai vaudeville hystérique, avec Hitler dans le rôle du juge de paix, soucieux de préserver l'image de la famille idyllique conforme à l'idéologie du parti. Mais, dès 1938, Magda envisage le suicide. Avec cette lucidité des femmes trompées : « Joseph est la plus grande crapule qui ait jamais vécu en Allemagne ».