share_book
Envoyer cet article par e-mail

Chaminadour : Contes, nouvelles, et récits

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Chaminadour : Contes, nouvelles, et récits

Chaminadour : Contes, nouvelles, et récits

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Chaminadour : Contes, nouvelles, et récits"

" Chaminadour, c'est la vie spectrale et irradiée, il y a cent ans, d'une grise petite ville peuplée d'artisans, de fonctionnaires et de ruraux. Chaminadour est un "arbre de visages". Un bouquet d'âmes pures, un roncier d'âmes damnées, un foisonnement de faits et gestes cocasses ou tragiques, éclatants, infâmes, arrachés au secret. "J'ai besoin des passions, des mains jaunes, des coeurs rouges de Chaminadour", disait magnifiquement René Crevel. Nous en avons plus que jamais besoin, nous qui, en une époque morose, déprimée, désenchantée, demandons à la littérature non pas de nous divertir mais de nous délivrer des pesanteurs sociales, de nous rendre la mémoire des siècles, de nous donner la pleine mesure de l'homme sans le discours humaniste, affadi ou psychologisant, et de nous émerveiller dans le pire. " Richard Millet, " Une figure de l'enfer", préface. Tous mes recueils de Contes, même ceux qui n'en portent pas le nom, nous découvrent Chaminadour, en y comprenant Les Térébinthe, Tite-leLong, Le Saladier, jusqu'à L'Arbre de visages. Presque tous, quelques-uns plus particulièrement, composent une suite à La Jeunesse de Théophile. " Marcel Jouhandeau, Essai surmoi-même,1941.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 1534  pages
  • Dimensions :  4.6cmx14.2cmx20.0cm
  • Poids : 1120.4g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Quarto
  • ISBN :  2070777162
  • EAN13 :  9782070777167
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Marcel Jouhandeau

Journaliers 28 - Dans l'épouvante le sourire aux lèvres

Voici le dernier volume de ce grand roman éclaté que sont les Journaliers. Parvenu à ce point final d'où il peut prendre une vue rétrospective de toute l'œuvre, le lecteur mesure, à travers la dissémination des notes, des maximes, des anecdotes, l'unité du récit quasi quotidien de cette vi...

Voir tous les livres de Marcel Jouhandeau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Chaminadour, c'est la vie spectrale et irradiée, il y a cent ans, d'une grise petite ville peuplée d'artisans, de fonctionnaires et de ruraux. Chaminadour est un "arbre de visages". Un bouquet d'âmes pures, un roncier d'âmes damnées, un foisonnement de faits et gestes cocasses ou tragiques, éclatants, infâmes, arrachés au secret. "J'ai besoin des passions, des mains jaunes, des coeurs rouges de Chaminadour", disait magnifiquement René Crevel. Nous en avons plus que jamais besoin, nous qui, en une époque morose, déprimée, désenchantée, demandons à la littérature non pas de nous divertir mais de nous délivrer des pesanteurs sociales, de nous rendre la mémoire des siècles, de nous donner la pleine mesure de l'homme sans le discours humaniste, affadi ou psychologisant, et de nous émerveiller dans le pire. " Richard Millet, " Une figure de l'enfer", préface. Tous mes recueils de Contes, même ceux qui n'en portent pas le nom, nous découvrent Chaminadour, en y comprenant Les Térébinthe, Tite-leLong, Le Saladier, jusqu'à L'Arbre de visages. Presque tous, quelques-uns plus particulièrement, composent une suite à La Jeunesse de Théophile. " Marcel Jouhandeau, Essai surmoi-même,1941.