share_book
Envoyer cet article par e-mail

La prise d'Orange : Chanson (fin XIIe-début XIIIe)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La prise d'Orange : Chanson (fin XIIe-début XIIIe)

La prise d'Orange : Chanson (fin XIIe-début XIIIe)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La prise d'Orange : Chanson (fin XIIe-début XIIIe)"

Cette édition bilingue de la Prise d'Orange se fonde sur l'un des meilleurs manuscrits, A2, Paris, BNF fr. 1449 qui n'avait jamais encore été publié dans son intégralité. Appartenant au Cycle de Garin de Monglane, la Prise d'Orange, chanson de geste composée à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle, est une oeuvre pour le moins paradoxale. Il était en effet naturel de penser que Guillaume, qui fut jusqu'alors un vaillant guerrier au service du roi et de Dieu, s'illustrerait encore davantage pour conquérir la ville d'Orange et le coeur d'Orable. Or il n'en est rien. Guillaume Fierebrace se métamorphose en Guillaume l'Amïable, un amoureux plaintif et passif, qui s'empare de la cité sarrasine et épouse la reine Orable-Guibourc, sans accomplir d'exploit héroïque. Et cette transformation entraîne des changements de perspective et d'esthétique. Placée dans la continuité narrative du Couronnement de Louis et du Charroi de Nîmes, la Prise d'Orange s'en détache en partie par sa tonalité courtoise, sa grâce orientale et son écriture parodique. En s'inspirant de la poésie lyrique et du roman, l'auteur malicieux joue avec les habitudes du public et les stéréotypes du genre. Il se plaît à «bestourner» les personnages, les poncifs et les clichés de la tradition épique. Même si cette transposition ludique reste mesurée, elle illustre l'évolution sociale et morale de cette époque qui s'ouvre à un idéal plus individualiste.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 280  pages
  • Dimensions :  1.6cmx13.0cmx19.2cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Honoré Champion Paru le
  • Collection : Champion Classiques Moyen Age
  • ISBN :  2745320688
  • EAN13 :  9782745320681
  • Classe Dewey :  870
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Cette édition bilingue de la Prise d'Orange se fonde sur l'un des meilleurs manuscrits, A2, Paris, BNF fr. 1449 qui n'avait jamais encore été publié dans son intégralité. Appartenant au Cycle de Garin de Monglane, la Prise d'Orange, chanson de geste composée à la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle, est une oeuvre pour le moins paradoxale. Il était en effet naturel de penser que Guillaume, qui fut jusqu'alors un vaillant guerrier au service du roi et de Dieu, s'illustrerait encore davantage pour conquérir la ville d'Orange et le coeur d'Orable. Or il n'en est rien. Guillaume Fierebrace se métamorphose en Guillaume l'Amïable, un amoureux plaintif et passif, qui s'empare de la cité sarrasine et épouse la reine Orable-Guibourc, sans accomplir d'exploit héroïque. Et cette transformation entraîne des changements de perspective et d'esthétique. Placée dans la continuité narrative du Couronnement de Louis et du Charroi de Nîmes, la Prise d'Orange s'en détache en partie par sa tonalité courtoise, sa grâce orientale et son écriture parodique. En s'inspirant de la poésie lyrique et du roman, l'auteur malicieux joue avec les habitudes du public et les stéréotypes du genre. Il se plaît à «bestourner» les personnages, les poncifs et les clichés de la tradition épique. Même si cette transposition ludique reste mesurée, elle illustre l'évolution sociale et morale de cette époque qui s'ouvre à un idéal plus individualiste.