share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'art des cavernes en action : Tome 2 : les animaux figurés, Animation et mouvement, l'illusion de la vie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'art des cavernes en action : Tome 2 : les animaux figurés, Animation et mouvement, l'illusion de la vie

L'art des cavernes en action : Tome 2 : les animaux figurés, Animation et mouvement, l'illusion de la vie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'art des cavernes en action : Tome 2 : les animaux figurés, Animation et mouvement,..."

De tout temps, la représentation des mouvements a posé bien des problèmes aux artistes. Nous avons voulu savoir ce qu'il en était pour l'art des cavernes paléolithiques. Notre étude se fonde sur 4 634 représentations d'animaux, provenant de 141 grottes françaises, dont Chauvet, Cosquer et Lascaux, et couvre une période chronologique allant de 36000 à 9000 ans environ avant le présent. Grâce à l'étude éthologique débutée dans le tome I, nous avons analysé comment les artistes paléolithiques ont réussi à traduire graphiquement les mouvements observés dans la nature sur leurs modèles ; nous avons décrypté ces actions qui exprimaient des comportements précis, des interactions plus ou moins complexes au sein des assemblages, et reflétaient l'émergence de la première forme de narration graphique, qui conduira un jour à l'écriture. Mieux encore, nous démontrons que les artistes de la préhistoire ont dépassé les limites physiologiques de la perception visuelle partagées par tous les Homo sapiens, en mettant en place un système de conventions graphiques pour caractériser les allures lentes et rapides. Les plus doués d'entre eux sont même parvenus à traduire graphiquement la quatrième dimension, à savoir le temps, grâce à deux procédés de décomposition du mouvement en images successives, un véritable pré-cinéma ! Sur les parois des cavernes, ces représentations d'animaux servaient d'acteurs aux récits mythologiques de la tribu ou à d'autres formes d'utilisation (chamanisme, totémisme). La caverne était peut-être pour nos lointains ancêtres un monde imaginaire, une sorte de "réalité virtuelle" dans laquelle "vivait" un bestiaire "fictif". Les artistes-chasseurs du Paléolithique supérieur interagissaient avec eux par le bais de la parole, de chants ou de jeux d'éclairage, à travers la figuration de signes mystérieux ou en s'identifiant aux animaux "totems" qui leur semblaient les plus proches. Qui le sait ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 470  pages
  • Dimensions :  3.0cmx16.0cmx23.9cm
  • Poids : 1088.6g
  • Editeur :   Editions Errance Paru le
  • Collection : Hespérides
  • ISBN :  2877724131
  • EAN13 :  9782877724135
  • Classe Dewey :  930
  • Langue : Français

D'autres livres de Marc Azéma

La Préhistoire du cinéma : Origines paléolithiques de la narration graphique et du cinématographe... (1DVD)

Marc Azéma est docteur en Préhistoire et chercheur associé à l'UMR 5608 du CNRS « TRACES » et au Centre Cartailhac pour la Recherche et l'Etude sur l'Art Préhistoriques (CREAP). Spécialiste de l'art des cavernes, il est membre de l'équipe scientifque chargée d'étudier la grotte Chauvet (A...

L'art des cavernes en action : Tome 1, Les animaux modèles : aspect, locomotion et comportement

Chacun connaît les images des grottes Chauvet et de Lascaux. Les chevaux, bisons, aurochs, cerfs, mammouths et rhinocéros, mais aussi les lions et les ours. Les premières figures dessinées par l'humanité sont donc principalement des reproductions d'animaux. Les artistes de la Préhistoire étai...

Marsoulas : Renaissance d'une grotte ornée (1DVD)

Cachée au coeur des Pyrénées, la grotte de Marsoulas (Haute-Garonne) recèle un trésor, un monde fantastique de peintures et de gravures incisées dans la roche. Depuis plus de quinze mille ans, des bisons, des chevaux, des bouquetins mais aussi des signes énigmatiques et d'étranges figures hu...

Voir tous les livres de Marc Azéma

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

De tout temps, la représentation des mouvements a posé bien des problèmes aux artistes. Nous avons voulu savoir ce qu'il en était pour l'art des cavernes paléolithiques. Notre étude se fonde sur 4 634 représentations d'animaux, provenant de 141 grottes françaises, dont Chauvet, Cosquer et Lascaux, et couvre une période chronologique allant de 36000 à 9000 ans environ avant le présent. Grâce à l'étude éthologique débutée dans le tome I, nous avons analysé comment les artistes paléolithiques ont réussi à traduire graphiquement les mouvements observés dans la nature sur leurs modèles ; nous avons décrypté ces actions qui exprimaient des comportements précis, des interactions plus ou moins complexes au sein des assemblages, et reflétaient l'émergence de la première forme de narration graphique, qui conduira un jour à l'écriture. Mieux encore, nous démontrons que les artistes de la préhistoire ont dépassé les limites physiologiques de la perception visuelle partagées par tous les Homo sapiens, en mettant en place un système de conventions graphiques pour caractériser les allures lentes et rapides. Les plus doués d'entre eux sont même parvenus à traduire graphiquement la quatrième dimension, à savoir le temps, grâce à deux procédés de décomposition du mouvement en images successives, un véritable pré-cinéma ! Sur les parois des cavernes, ces représentations d'animaux servaient d'acteurs aux récits mythologiques de la tribu ou à d'autres formes d'utilisation (chamanisme, totémisme). La caverne était peut-être pour nos lointains ancêtres un monde imaginaire, une sorte de "réalité virtuelle" dans laquelle "vivait" un bestiaire "fictif". Les artistes-chasseurs du Paléolithique supérieur interagissaient avec eux par le bais de la parole, de chants ou de jeux d'éclairage, à travers la figuration de signes mystérieux ou en s'identifiant aux animaux "totems" qui leur semblaient les plus proches. Qui le sait ?