share_book
Envoyer cet article par e-mail

Génération Y : Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Génération Y : Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion

Génération Y : Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Génération Y : Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion"

Ils ont entre 15 et 30 ans et ils ont grandi avec internet. Ils participent massivement aux réseaux sociaux et le web a révolutionné leur façon de regarder le monde et de s'y projeter. Monique Dagnaud explore en profondeur les cultures de cette nouvelle génération, en multipliant les angles d'observation. Celui de l'émergence d'une "identité numérique" et de l'essor d'une sociabilité originale fondée sur la conversation en continu, les échanges d'images et des productions artistiques amateurs. Puis celui de la dimension politique : culture"lol" faite de plaisanteries potaches, mais aussi de raids de hackers et d'actions protestataires (des grands rassemblements du printemps arabe aux "indignés" de la place Puerta del Sol). Enfin, celui du piratage de produits culturels et de l'attachement à une économie du gratuit ou du low cost. On voit ainsi se dessiner de nouveaux profils psychologiques, une façon de vivre ensemble inédite, dont le modèle économique reste à créer. Mais face à une innovation technologique d'une telle ampleur et aux transformations sociales qu'elle génère, ne peut-on d'ores et déjà parler de rupture anthropologique ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 172  pages
  • Dimensions :  1.4cmx11.0cmx17.8cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Les Presses De Sciences Po Paru le
  • Collection : Nouveaux débats
  • ISBN :  2724611950
  • EAN13 :  9782724611953
  • Classe Dewey :  993
  • Langue : Français

D'autres livres de Monique Dagnaud

Les artisans de l'imaginaire

Vingt millions de fidèles chaque soir, en France. Plus de deux millions de téléspectateurs pour le moindre téléfilm. Plus de trois heures par personne et par jour : la télévision façonne largement notre univers mental. Elle colonise notre temps libre, " télémorphose " nos vies, et [.......

Voir tous les livres de Monique Dagnaud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ils ont entre 15 et 30 ans et ils ont grandi avec internet. Ils participent massivement aux réseaux sociaux et le web a révolutionné leur façon de regarder le monde et de s'y projeter. Monique Dagnaud explore en profondeur les cultures de cette nouvelle génération, en multipliant les angles d'observation. Celui de l'émergence d'une "identité numérique" et de l'essor d'une sociabilité originale fondée sur la conversation en continu, les échanges d'images et des productions artistiques amateurs. Puis celui de la dimension politique : culture"lol" faite de plaisanteries potaches, mais aussi de raids de hackers et d'actions protestataires (des grands rassemblements du printemps arabe aux "indignés" de la place Puerta del Sol). Enfin, celui du piratage de produits culturels et de l'attachement à une économie du gratuit ou du low cost. On voit ainsi se dessiner de nouveaux profils psychologiques, une façon de vivre ensemble inédite, dont le modèle économique reste à créer. Mais face à une innovation technologique d'une telle ampleur et aux transformations sociales qu'elle génère, ne peut-on d'ores et déjà parler de rupture anthropologique ?